Nom propre et déterminant

Les noms d'habitants et presque tous les noms géographiques (sauf les noms de ville) s'emploient avec l'article défini :
les Turcs, la Belgique, les Alpes, le Périgord, l'Amazonie
Les autres types de noms propres (prénoms, surnoms, pseudonymes, noms de marque…) ainsi que les noms de ville s'emploient généralement sans déterminant :
Chloé, Dédé, Molière, Apple, Bruxelles

Cas particuliers d'emploi d'un déterminant

Ces noms propres sont toutefois accompagnés d'un déterminant lorsqu'ils sont employés avec un adjectif qualificatif ou un complément du nom :
ma chère Catherine ; mon Benjamin chéri ; un certain M. Dubosc
le Grand Paris ; le Paris des amoureux
Paul est amoureux de la belle Virginie.
Les prénoms, surnoms ou noms de famille sont parfois employés avec un déterminant qui leur confère une valeur affective, péjorative ou pittoresque :
Ma Juliette est une petite fille adorable.
Cette Géraldine est incroyable !
Ce Léon n'est pas recommandable.
(…) il allait faire part de son chagrin à la Fadette. (La Petite Fadette, George Sand)
Un nom propre peut être accompagné d'un déterminant au pluriel lorsqu'il désigne :
  • plusieurs personnes portant le même nom :
    Nous dînerons chez les Blondel.
  • une dynastie :
    Philippe Auguste et Saint Louis étaient des Capétiens.
Les noms d'artistes sont accompagnés d'un déterminant quand ils désignent, par métonymie, les œuvres de l'artiste :
Est-ce que ce tableau est un Van Gogh ?
J'ai lu tous les Agatha Christie.
Il en va de même des noms de marques, quand ils désignent un objet produit par la marque ou, par extension, un objet du même type produit par une autre marque :
Il s'est acheté une Ferrari.
Est-ce que tu as des kleenex ?
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des noms d'animaux imaginaires Top 10 des noms d'animaux imaginaires

Les créateurs des Pokémon n’ont rien inventé : depuis toujours, l’imaginaire collectif est peuplé d’animaux hybrides plus ou moins étranges et effrayants, souvent venus de la mythologie gréco-romaine ou de légendes anciennes. Certains sont restés très populaires grâce à la fiction contemporaine : le cinéma et le jeu vidéo ne manquent pas de licornes, de dragons et autres serpents ailés. L’origine de leur nom, en revanche, est souvent méconnue. Je vous propose un petit décryptage étymologique de mes dix bêtes curieuses favorites, dans un ordre de préférence totalement subjectif ! Dans un prochain top 10, je vous parlerai aussi des créatures mi-animales mi-humaines, comme le centaure, le sphinx et la sirène !

Édouard Trouillez 17/02/2020