abonner

 

définitions

abonner ​​​ verbe transitif

Prendre un abonnement pour (qqn). Abonner qqn à un journal. —  pronominal S'abonner au câble. S'abonner à une liste de diffusion, à un fil d'actualité.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'abonne

tu abonnes

il abonne / elle abonne

nous abonnons

vous abonnez

ils abonnent / elles abonnent

imparfait

j'abonnais

tu abonnais

il abonnait / elle abonnait

nous abonnions

vous abonniez

ils abonnaient / elles abonnaient

passé simple

j'abonnai

tu abonnas

il abonna / elle abonna

nous abonnâmes

vous abonnâtes

ils abonnèrent / elles abonnèrent

futur simple

j'abonnerai

tu abonneras

il abonnera / elle abonnera

nous abonnerons

vous abonnerez

ils abonneront / elles abonneront

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Seulement, comme on ne peut pas s'abonner à ces feuilles, – aucune condition d'abonnement n'y est indiquée, – vous voyez que cela correspond à une défense absolue.Jean Massart (1865-1925)
Tu ne peux t'abonner : mais nous avons prévu cela.Charles Péguy (1873-1914)
Lorsque j'ai essayé de m'abonner à une compagnie par câble, on m'a dit que la portabilité du numéro était impossible.Europarl
Je vais m'y abonner si elle a d'aussi bons poètes pour collaborateurs...Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Le commissaire peut secouer la tête et sourire, mais veut-il devoir expliquer à une agence gouvernementale ou à toute autre agence pourquoi il a choisi de s'abonner ?Europarl
Ni l'un ni l'autre ne voulait s'abonner à la gazette, mais ils aimaient d'en entendre la lecture pour rien.Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Je suis tout à fait opposé à l'idée que demander à une personne si elle veut s'abonner avant de pouvoir être facturée représente une restriction des libertés civiles.Europarl
Si certains parmi mes collègues désirent s'y abonner, qu'ils me le fassent savoir et je serai heureux de les intégrer à la liste.Europarl
Il nous avait fait abonner aux revues socialistes.Charles Péguy (1873-1914)
Je lui demandai seulement si, après cette vive critique, il avait encore l'intention de s'abonner aux cahiers, que je lui servais éventuellement.Charles Péguy (1873-1914)
Il n'est pas un de nos collègues qui ne doive s'imposer le devoir de décider à s'abonner tous ceux de ses amis dont les opinions sont encore incertaines.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Même, pour que la comtesse oubliât les heures, elle avait trouvé moyen de l'abonner, sur leurs derniers sous, à un cabinet de lecture...Jules Lemaître (1853-1914)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ABONNER, ou Abourner » v. act.

Terme du Palais. Estimer & reduire à une certaine somme d'argent un droit qu'on payoit en especes, & dont le prix estoit incertain. Il est abonné à tant par an pour tous droits Seigneuriaux. ce marchand est abonné à cent escus par an avec le Doüanier pour les droits d'entrée de toutes ses marchandises. par plusieurs Coûtumes les roucins de service sont abonnez à un escu.
 
ABONNER, signifie aussi, Aliener, changer : c'est quand un vassal aliene ses rentes, ou change son hommage à quelque autre devoir. Voyez les Coûtumes d'Anjou & du Maine. L'ancienne Coûtume de Tours portoit aliener, au lieu d'abonner, qui est en la nouvelle.
 
ABONNÉ, ÉE. part. pass. & adj. Champart abonné, ou abourné. Les Coûtumes font aussi souvent mention d'hommes & de femmes serfs abonnez, de queste abonnée, d'aydes abonnées, c'est à dire, fixées.
 
On dit aussi des meusniers abonnez au Seigneur pour avoir permission de chasser & de chercher les mounées dans sa Seigneurie.
 
On dit aussi, Taille abonnée en la Coûtume de Nevers, & abournée en la Coûtume de Troyes.
Le mot du jour Crise Crise

Nous l’entendons partout et tout le temps, en ce moment et à raison, puisque nous traversons une crise, soit un épisode violent et aigu qui n’a pas vocation à s’installer dans le temps.

Aurore Vincenti 06/05/2020