amorti

 

définitions

amorti ​​​ nom masculin

Sports Manière de toucher le ballon ou la balle, en amortissant le coup ; coup ainsi exécuté.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le bruit des pas de la jeune fille, amorti par un double tapis, n'avait point sans doute été entendu du vieillard, car il resta immobile.Émile Souvestre (1806-1854)
Le choc, prévu et amorti, ne brisa qu'un mât de pavillon, une embarcation et quelques mètres de chaînes.René Bazin (1853-1932)
Par exemple, un avion requiert une période de vie beaucoup plus longue qu'un autre type d'investissement pour être correctement amorti.Europarl
Le roi portait ce jour-là, à cause du froid plusieurs vêtements, ils avaient amorti le coup.Émile Gaboriau (1832-1873)
En haut la tempête continuait ; mais en bas le tonnerre des artilleries adverses ne parvenait que comme un écho amorti.Vicente Blasco Ibáñez (1867-1928), traduction Georges Hérelle (1848-1935)
Le temps dégrade souvent notre destinée avant d'avoir affaibli nos facultés, affaiblit nos facultés avant d'avoir amorti nos désirs.Madame de Staël (1766-1817)
Puis, lors même que le boulet serait ramené à la surface, comment ses voyageurs auraient-ils supporté ce choc terrible que vingt mille pieds d'eau n'avaient peut-être pas suffisamment amorti ?Jules Verne (1828-1905)
Mais, si vous voulez m'en croire, attendez, pour une telle démarche, que le temps ait un peu amorti la force du coup et engourdi leur douleur.Wenceslas-Eugène Dick (1848-1919)
Un visage en soi-même trop beau était amorti par la convenance à des circonstances douloureuses.Marcel Proust (1871-1922)
Il courut, il la trouva par terre, tombée d'une échelle sur laquelle elle était montée pour cueillit des figues ; les buis avaient heureusement amorti sa chute.Émile Zola (1840-1902)
Le feu des transactions était amorti, et chacun n'avait plus qu'une idée : rentrer chez soi.Georges Ohnet (1848-1918)
J'entends un choc sec et lourd, amorti par des ressorts, – pareil à celui d'une demoiselle enfonçant un pavé.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Si elle est enfoncée d'une douzaine de pieds dans le tableau, elle en prend une autre ; car son éclat est amorti par la couleur de l'air interposé.Stendhal (1783-1842)
Quant à la masse, le sentiment était tellement amorti chez elle, que l'impression ne fut pas ce qu'elle aurait été en toute autre circonstance.Adolphe Thiers (1797-1877)
Le choc s'était-il amorti, grâce aux ressorts, aux quatre tampons, aux coussins d'eau, aux cloisons brisantes ?Jules Verne (1828-1905)
Il faisait fort sombre, tu t'en souviens, et un peu de pluie avait rendu l'herbe humide ; le bruit des pas s'y trouvait entièrement amorti.George Sand (1804-1876)
Si elle avait porté la coiffure en bandeaux, le coup quelle a reçu à la tempe aurait été amorti.Gaston Leroux (1868-1927)
Le mouvement de va-et-vient se continue jusqu'à ce qu'il soit amorti par la résistance de l'air et des points d'attache et par la roideur de la corde.Joseph Delboeuf (1831-1896)
Ses yeux couvaient un feu amorti par les disgrâces ; ses lèvres avaient le pli du dédain philosophique contre la destinée, qu'on subit, mais qu'on méprise.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Le goût de la galanterie subsistait, mais amorti, et celui des affaires prenait le dessus.Victor Cousin (1792-1867)
Afficher toutRéduire
Le mot du jour Applaudissements Applaudissements

On aura entendu parler de clapping, un anglicisme qui me fait doucement rigoler.

Aurore Vincenti 27/04/2020