b

 

définitions

b ​​​ | ​​​ nom masculin invariable et symbole

nom masculin invariable Deuxième lettre, première consonne de l'alphabet.
symbole La note si dans la notation anglo-saxonne, si bémol dans la notation allemande.
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « B »

La seconde lettre de l'Alphabet, qui est la premiere des consones. La prononciation du B imite le cri & le beslement des moutons.
 
B, chez les Anciens, étoit une lettre numerale qui signifioit 300. suivant ce vers :
 
Et B trecentum per se retinere videtur.
 
Quand on mettoit une ligne par dessus, elle signifioit trois mille.
 
B quarre, & B mol, sont des termes & des marques de Musique qui se mettent au commencement des reglets pour marquer la qualité du chant.
 
Le B quarre est le ton naturel & ordinaire qui rend le chant plus dur & plus rude. Il n'a pas besoin de marque particuliere. On l'a ainsi nommé, parce que les choses quarrées sont plus dures que les rondes.
 
Le B mol se marque toûjours par un B simple, qui fait que la voix chante plus aisément, à cause qu'il fait seulement le demi-ton, & chante le fa où le B quarre fait le mi.
 
Dans le chant de B quarre il y a un ton entier de la premiere notte à la seconde ; & dans le B mol il n'y a qu'un demi-ton : desorte que leur difference consiste en la seule transposition d'un demi-ton entre la premiere & la seconde, ou entre la seconde & la troisiéme notte.
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020