séton

 

définitions

séton ​​​ nom masculin

Drain passé sous la peau avec deux orifices différents. —  Blessure, plaie en séton, à deux orifices d'entrée et de sortie, faits par un projectile.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Celui-ci eut vite pansé le cheval et rassuré le trompette sur la blessure, séton anodin qu'il oblitéra.Paul Adam (1862-1920)
Je dicte cette lettre à mon frère ; ma blessure est douloureuse mais peu grave ; j'ai le dessus de l'avant-bras balafré et percé en séton.Hermine Lecomte du Noüy (1854-1915)
Canterel, qui cherchait un mode d'attelage pour l'emblème mythologique projeté, résolut d'utiliser chaque séton à deux fins en lui donnant la longueur nécessaire à l'agrippement de la sphère vineuse.Raymon Roussel (1877-1933)
En le soumettant à une inspection minutieuse, on ne trouve pas de traces d'affections antécédentes, mais on constate à la nuque deux cicatrices produites par un séton.Émile Blanche (1820-1893)
Arrivée au niveau marqué par l'extrémité double de chaque séton, elle attira comme un aimant le métal des sept courts étuis marieurs.Raymon Roussel (1877-1933)
Les balles se perdent au milieu de cette couche de graisse, ou la traversent d'un séton inoffensif.Louis Boussenard (1847-1910)
Le séton, et c'est un dérivatif commandé seulement par des lésions profondes et menaçantes, aurait été employé pour combattre cette affection rebelle.Émile Blanche (1820-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SETON » s. m.

Terme de Chirurgie. C'est un remede qui sert comme un cautere à détourner les fluxions qui sont sur les yeux, en faisant une playe à la peau du derriere du col, qu'on entretient en suppuration par le moyen d'un fil de coton ou de soye qu'on y passe. On en applique aussi à ceux qui tombent souvent d'epilepsie.
Vidéos Épivarder, par Alain Rey Épivarder, par Alain Rey

Saviez-vous que le verbe épivarder, couramment utilisé au Québec, était employé au XVIIe siècle dans les provinces de l'ouest de la France ? Écoutez Alain Rey nous raconter l'histoire de ce mot, témoin du lien profond entre le français québécois et le français de France.

Alain Rey 16/09/2020