sourdement

 

définitions

sourdement ​​​ adverbe

Avec un bruit sourd.
D'une manière sourde, cachée.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La jeune fille, avec l'espoir d'une prompte délivrance, avait repris des forces, le mal qui la minait sourdement avait disparu comme par enchantement.Gustave Aimard (1818-1883)
Des sentiments confus dorment sourdement dans notre âme, sans qu'elle ose seulement se méfier des occasions qui les font naître.Edmond Haraucourt (1856-1941)
Une certaine animosité latente semble s'être développée sourdement, peut-être sans que ni l'un ni l'autre en eût conscience.Émile Blanche (1820-1893)
Elle bourdonne et grouille sourdement, la foule vêtue de laine grise, accourue de loin pour acheter ou revendre d'extraordinaires petites choses.Pierre Loti (1850-1923)
Je sais bien aussi ce qui me tracasse sourdement, quand je me sens près de lui.Eugène Delacroix (1798-1863)
Il ordonna des informations secrètes, mit en honneur la délation, et autorisa les espions à faire sourdement des enquêtes et à dresser des procès-verbaux qu'ils étoient dispensés de signer.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Ce qui l'avait fait tressaillir, c'était le chant des moines dans la crypte, dont la lente psalmodie retentissait sourdement au-dessus de sa tête.Éliphas Lévi (1810-1875)
Un autre, un autre, plantent, vers le haut de la colline, des arbres de lumière violacée dont chacun illumine sourdement tout l'horizon.Henri Barbusse (1873-1935)
Mais déjà elle existe, elle agit sourdement, saisit le roi d'autant plus sûrement qu'elle ne veut et n'insinue guère que ce qu'il eût voulu lui-même.Jules Michelet (1798-1874)
Je bondis sur le tigre, qui gronda sourdement, et dont la patte, appuyée sur sa victime, n'oscilla même pas.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Il murmura quelques phrases incohérentes, grogna sourdement, et alla se rasseoir en face de son verre, qu'il se hâta de remplir et de vider rageusement.André Theuriet (1833-1907)
Tout à coup elle entend des gémissements et des lamentations retentir sourdement dans l'appartement du brahmane, son hôte.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Ce bruit qu'il n'avait entendu que sourdement jusque-là et qui dès lors parvint à lui, sombre et menaçant, le fit bondir de terreur.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Les menées, qui s'exercèrent autour de la captivité du pape, les complots royalistes, qui sourdement, se tramaient dans l'ombre, éveillèrent les soupçons de l'empereur.Aristide Briand (1862-1932)
Elle fut silencieux son dernier déjeuner dans la maison familiale, entre ces deux femmes sourdement hostiles l'une à l'autre, l'institutrice et l'aïeule sévère.Pierre Loti (1850-1923)
L'émeute grondait sourdement, mais, en présence de l'attitude énergique du commandant de la subdivision, n'osait éclater.Robert Du Casse (1849-1922)
Il s'est produit sourdement et il se produit aujourd'hui ouvertement une résistance à notre consentement qui nous autorise à de suprêmes exigences.George Sand (1804-1876)
Sous sa main rude et ferme, les peuples n'osent bouger, mais conspirent sourdement, car leurs souffrances augmentent sans cesse, et la mesure paraît comble.Albert Vandal (1853-1910)
Il souffrait toujours, mais d'une douleur sourdement engourdie : qui ne se raisonnait pas, qui se réfléchissait à peine sur la conscience, – une douleur qui ne pensait pas.Marcel Prévost (1862-1941)
Les guitares bourdonnaient sourdement comme des abeilles, les castagnettes babillaient et claquaient du bec : tout était joie et musique.Théophile Gautier (1811-1872)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SOURDEMENT » adv.

Secrettement & sans bruit. On a mené cette affaire, cette negociation bien sourdement, il n'en a rien paru en public
Les mots du bitume Miskine, Miskina Miskine, Miskina

n. et adj. : « pauvre, faible »

16/02/2020