valseur

 

définitions

valseur ​​​ , valseuse ​​​ nom

Personne qui valse, qui sait valser.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le bal s'ouvre, je m'accroche au bras d'un joli prince russe, qui est un valseur accompli ; il s'était chargé de patronner mes débuts.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Mon valseur vient de se fouler le pied !Louise d'Alq (1840-1910)
La reine fit un signe aux musiciens, et se mit en place avec son valseur.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Elle prit un mauvais valseur ; elle en faillit briser son éventail.Arsène Houssaye (1815-1896)
Parmi les actes et les pensées chaotiques des hommes, se mouvoir alerte et souriant, comme un valseur parmi les coudes ; au jour comme à la nuit montrer un charmant visage !René Boylesve (1867-1926)
Celle-ci, de son côté, ne s'abandonnera pas sur l'épaule de son valseur, pas plus qu'elle ne se rejettera trop en arrière.Jules Rostaing (1824-?)
Mais ce fut surtout quand notre valseur reconduisit sa dame à sa place, qu'il me sembla le plus étonnant.Édouard Corbière (1793-1875)
Tant pis pour le valseur ; il faut qu'il la fasse tourner tant bien que mal, jusqu'à ce qu'il lui ait fait faire le tour du salon.Comtesse de Ségur (1799-1874)
On ne s'inquiétait pas de savoir si vous étiez comte ou baron, mais bon valseur.Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Une de ses amies la félicita d'avoir si bien valsé avec un si bon valseur.Arsène Houssaye (1815-1896)
Voyez donc là-bas, le beau valseur de votre nièce ; on ne parle que de lui, il fait événement dans votre bal, qui du reste est charmant.Delphine de Girardin (1804-1855)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020