adorablement

 

définitions

adorablement ​​​ adverbe

D'une manière adorable, exquise.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Chose admirable, ils étaient adorablement jetés dans les bras l'un de l'autre par le malheur.Victor Hugo (1802-1885)
On lui pardonne tout, parce qu'elle est adorablement jolie, mais il faut convenir qu'elle a fait tout ce qu'il fallait pour se déclasser.Fortuné du Boisgobey (1821-1891)
Elle était en robe d'un bleu pâle, au corsage à peine échancré, et ses fins cheveux châtain clair encadraient une oreille diaphane adorablement chantournée.André Lemoyne (1822-1907)
Le ciel était plein de cette lumière d'une nouvelle vie, adorablement triste comme la terre encore dépouillée, et si tendre qu'elle pousse le bonheur à pleurer.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Oui, quand on avait saisi une fois cette mélancolique et captivante, et adorablement désespérante odeur, – eh bien, c'était pour la vie !Gaston Leroux (1868-1927)
Je vous ai donc représenté votre cousine, jusqu'ici, comme la plus adorablement heureuse des créatures ; hélas !Eugène Sue (1804-1857)
Il se retourna et étouffa un cri de stupéfaction : une jeune fille accourait vers lui, cheveux épars, mains jointes, regard suppliant... une enfant adorablement belle dans sa terreur même.Michel Zévaco (1860-1918)
Il semblait que ce magasin fût le garde-meuble de tout le mobilier contourné et si adorablement sculpté du dix-huitième siècle.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
La masse des arbres avait une sombre puissance encore, dense, opaque, dominée de quelques frondaisons grêles, à peines feuillues, effiloquées en charpies noires, en filaments adorablement capillaires.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Tout cela dit d'une voix grave, avec je ne sais quoi d'effroyablement satanique et d'adorablement enfantin.Anatole France (1844-1924)
Celle de femme, jolie, minuscule, adorablement cambrée et visiblement toujours au service des mêmes petits pieds.Alphonse Allais (1854-1905)
C'était là qu'il avait éprouvé un véritable penchant pour ce bel homme, en le trouvant adorablement sot, creux et superbe.Émile Zola (1840-1902)
C'est adorablement joli, au soleil, ces prêtres en dalmatique de soie d'autrefois, ces groupes agenouillés, et cette musique qui semble lointaine.Pierre Loti (1850-1923)
Vous l'êtes si adorablement dans d'autres, que j'en bénis le ciel et que je vous en bénis.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Pas d'autre ornement qu'un nœud sur l'épaule, pas une fleur dans les cheveux, de beaux cheveux châtains, épais, adorablement nuancés.Pierre Sales (1854-1914)
Une très jolie femme, adorablement vêtue de soie et de velours aux tons chatoyants et clairs, franchissait le seuil de la boutique encadré de viandes.André Gill (1840-1885)
Une voix qui, parfois, tourne, se dérobe en son de petite flûte, en fausset de petit enfant, – et c'est alors qu'elle est le plus adorablement impayable, ma sérieuse tragédienne.Pierre Loti (1850-1923)
Elle avait les pieds blancs, les genoux et les bras roses, la nuque blonde, la gorge adorablement veinée, pâle, d'une moiteur exquise.Émile Zola (1840-1902)
Quand je songe que pour plus de sûreté... j'ai même caché mon nom à cette femme adorablement dévouée... qui a donc pu me trahir ?Eugène Sue (1804-1857)
De toutes ses séductions de femme, aucune n'était nue, excepté ses pieds, des pieds adorablement nus, foulant l'églantier mystique.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020