banni

 

définitions

banni ​​​ , bannie ​​​ adjectif et nom

Qui est banni de son pays. ➙ exilé. —  nom Les bannis.
Écarté, supprimé. C'est un sujet banni.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
J'avais devant moi sa pâle figure si douce, si belle aussi, mais marquée au coin d'une si terrible faiblesse, et d'où le malheur avait banni la fierté.Paul Féval (1816-1887)
Il est arrivé, et avec lui l'espionnage ; les chagrins, qui forment ordinairement son cortége, ont déjà banni toute la gaité de notre petit cercle.Louis Constant Wairy (1778-1845)
Jusqu'ici, il a abouti à l'interdiction des pièges à mâchoires dans 60 pays, dont 22 ont banni cette chasse au cours des cinq dernières années.Europarl
Nous avons, en effet, banni de nos livres de classe les courtes remarques par lesquelles on y signalait jadis les beautés de style.Charles Dejob (1847-1916)
Il ne l’est plus aujourd’hui, notamment parce qu’il s’est senti banni du reste du monde.Europarl
J'ai obligé ma fille à aller s'enfermer dans un couvent ; j'ai banni pour toujours de ma demeure la paix et le bonheur...Jean-Baptiste Caouette (1854-1922)
Il consacre une partie de son existence et toutes les ressources de son génie à construire et à décorer un édifice ; mais dès qu'il est achevé, il en est banni.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
Son nom, – comme si elle n'eût jamais existé, – fut banni de toutes les lèvres, comme les mots d'indécence ou de terreur.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Bien que le calife ait banni l'ancienne musique militaire égyptienne, il a toutefois conservé les clairons parmi lesquels deux sont de sa suite régulière.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Sélim, se rangeant de l'avis du sultan, ajouta que, si deux choses arrivaient, l'amour serait banni de la société pour n'y plus reparaître.Denis Diderot (1713-1784)
Elle occupe tout son être, elle en a banni le reste : il reviendra la chercher, la subir, la vivre profondément...Hector Bernier (1886-1947)
Celui-ci a été méchant, séditieux, et sans nul doute banni de la communauté de ses semblables.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
La plus grande partie de sa fortune fut confisquée, il est vrai ; mais, sans mauvais traitement aucun, il fut banni, lui et les siens.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Il se tint un instant debout devant son lit, mais il lui fut impossible de soutenir la vue de la malheureuse enfant qui l'avait banni de sa présence.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
O banni qui t'es bannis toi-même, tu ne veux plus vivre au milieu des hommes et de la pitié des hommes ?Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
Agité de fureurs prophétiques, il faut sortir de cette tourmente et vous oublier vous-même, pauvre père, homme désolé, souverain banni !George Sand (1804-1876)
Tout ce qui ressentait la licence était proscrit sous diverses peines ; les spectacles étaient permis, mais ce qui pouvait causer quelque scandale en était sévèrement banni.Richard de Bury (1730?-1794?)
Madame la comtesse m'a banni de sa présence, je sens que j'ai mérité sa colère !...Paul de Kock (1793-1871)
Que cet homme triche au jeu, il est immédiatement banni de la bonne compagnie qui ne lui pardonnera jamais.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Ses biens, ceux de sa femme et ses droits seraient acquis aux créanciers, et il serait banni du royaume.Honoré de Balzac (1799-1850)
Afficher toutRéduire
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir

Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa... Si cette petite rengaine réjouit les forts en thème, elle peut aussi rappeler de mauvais souvenirs à certains ! Pourtant, comme les autres langues romanes, le français est issu du latin et la majorité de son lexique est héritée de cette langue morte. Certains mots et expressions ont même été directement empruntés à la langue latine, et nous les employons quotidiennement sans forcément nous en rendre compte. Pour preuve, je vous propose un petit voyage au cœur de la langue française afin de découvrir dix mots latins qui se sont dissimulés dans notre vocabulaire. In fine, plutôt vivace le latin !

Édouard Trouillez 19/12/2019