barbier

 

définitions

barbier ​​​ , barbière ​​​ nom

nom masculin anciennement Celui dont le métier était notamment de faire la barbe au rasoir à main. « Le Barbier de Séville » (pièce de Beaumarchais).
nom Personne dont le métier consiste à raser ou à tailler les barbes.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Gavroche, tout en cheminant, jeta un coup d'œil indigné et rétrospectif à la boutique du barbier.Victor Hugo (1802-1885)
Là-dessus, le barbier rendit sa barbe d'emprunt, ainsi que les autres hardes qu'on lui avait prêtées.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
On n'inquiétait ni le saltimbanque, ni le barbier ambulant, ni le physicien, ni le colporteur, ni le savant en plein vent, attendu qu'ils ont un métier pour vivre.Victor Hugo (1802-1885)
Les deux amis entrèrent, et peu après le barbier vint lui apporter ce qu'il demandait.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Grâce pour lui, reprit le barbier ; car bien des gens assurent que c'est le meilleur livre que nous ayons en ce genre.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Dans le plus petit de ces villages, un homme ayant eu besoin d'une saignée et un autre de se faire faire la barbe, le barbier s'y acheminait à cette intention.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
La corporation était placée sous la direction du premier barbier, valet de chambre du roi ; on n'y entrait qu'après examen, et la corporation avait le droit d'exclure les indignes.Paul Sébillot (1843-1918)
Vous serez obéi, dit le barbier ; mais que ferons-nous de tous ces petits volumes qui restent ?Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Une échoppe primitive de barbier, dont la profession est écrite à l'encre sur le crépi du mur, fait appel aux mentons de messieurs les militaires.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Mais, comme on voit que ce n'est rien autre chose qu'un bassin de barbier, personne ne s'en met en souci.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Je donne deux sous au barbier et quatre sous pour deux verres de lunettes ; je perds encore une pièce blanche au jeu.Albert Durer (1471-1528), traduction Charles Narrey (1825-1892)
Le peintre me conduisit plus loin encore, à un point où la rue se resserre et s'obscurcit, dans une boutique de barbier, qui est une merveille d'ornementation.Gérard de Nerval (1808-1855)
À quelques pas est le lieutenant ou sous-lieutenant du premier barbier du roi, le haut magistrat du métier.Paul Sébillot (1843-1918)
Elle m'a conté que vous disiez au barbier qui vous pançoit, & vous avoit assuré que vous aviez la vérole : hélas !François Béroalde de Verville (1556-1626)
L'infortuné barbier, épouvanté de ce qu'il venait de faire, tremblait de tous ses membres et s'excusait de son mieux.Émile Gaboriau (1832-1873)
D'ailleurs cette étude serait infinie ; il n'y a point aujourd'hui de barbier qui n'ait ses armoiries ; et vous savez que tout ce qui devient commun est peu fêté.Voltaire (1694-1778)
Je donne deux ducats à mon barbier pour qu'il me rase seulement la moitié de ma barbe.Nikolaï Vassilievitch Gogol (1809-1852), traduction Louis Viardot (1800-1883)
On le voit s'arrêter devant la boutique d'un barbier ou d'un parfumeur, et là annoncer qu'il va faire un grand repas et s'enivrer.Jean de La Bruyère (1645-1696)
Du jour où il avait été recueilli par l'hospitalière famille, le barbier n'avait jamais été si heureux.Jules Verne (1828-1905)
Barbier vient de publier un nouveau volume de satires que je n'ai pas encore lues.Hector Berlioz (1803-1869)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BARBIER » s. m.

Celuy qui fait la barbe. Il y a des Chirurgiens Barbiers, d'autres Etuvistes, d'autres Perruquiers. Eutrapel Barbier chez Martial étoit si lent, que durant qu'il faisoit la barbe d'un côté, elle revenoit de l'autre.
 
Les Romains se passerent de Barbiers pendant 454 ans. Ce fut Ticinius Menas, au rapport de Varron, qui en amena le premier dans la ville à son retour de Sicile.
 
Les Barbiers n'exerçoient point leur mestier dans des boutiques, mais au coin des ruës, & par tout indifferemment où ils se trouvoient.
 
On dit proverbialement, Glorieux comme un Barbier. On dit aussi, qu'un Barbier rait l'autre, pour dire, qu'il faut que chacun dans sa profession se rende des offices reciproques.
Le mot du jour Crise Crise

Nous l’entendons partout et tout le temps, en ce moment et à raison, puisque nous traversons une crise, soit un épisode violent et aigu qui n’a pas vocation à s’installer dans le temps.

Aurore Vincenti 06/05/2020