barbu

définitions

barbu ​​​ , barbue ​​​ adjectif et nom

Qui a de la barbe, porte la barbe.
nom masculin Le barbu : le père Noël. —  Membre d'un groupe où le port de la barbe est significatif (intégristes musulmans, etc.).

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Celui qui a coupé la tête doit être cet homme barbu, noir de crasse, à tablier de cuir, qui est à droite de la cheminée.Eugène Chavette (1827-1902)
C'était, autant que je pus distinguer, un grand gaillard barbu habillé comme un chasseur ou un braconnier.Alain-Fournier (1886-1914)
C'était un tout petit cheval de la lande, à longs poils rouges, et barbu comme une chèvre.Octave Mirbeau (1848-1917)
Tu n'es qu'un sac plein, à cette heure, ô mon ventre souriant du nombril, ô mon ventre élastique, barbu, lisse, bombé, douloureux, rond, soyeux, qui anoblis.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Nous nous approchâmes dune petite ville où, daprès le commandant barbu, devait se trouver un fort détachement qui était en marche pour se réunir à lusurpateur.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Voilà que, quand il arrive en haut du pont qui est sur le torrent, un grand vilain barbu, vêtu tout en noir, le jette dans l'eau.Honoré de Balzac (1799-1850)
Attentif, il regarda le vieillard fardé de roses épauler sa canardière, puis le gnome barbu introduire dans son espingole les caractères d'imprimerie qui lui pesaient aux poches.Paul Adam (1862-1920)
C'était un gros garçon à la chair grasse et blanche, aux yeux bleus, au poil blond, barbu jusqu'aux pommettes, qui semblait idiot, timide et bon enfant.Guy de Maupassant (1850-1893)
Le barbu avait une calotte grecque, l'autre la tête nue et de la neige dans les cheveux.Victor Hugo (1802-1885)
C'était un garçon maigre, avec de gros os, une grosse tête, barbu, le nez très-fin, les yeux minces et clairs.Émile Zola (1840-1902)
Il estoit fils d'un marchand bonnetier qui estoit devenu fort riche à force d'épargner ses écus, et fort barbu à force d'épargner sa barbe.Antoine Furetière (1619-1688)
C'était un fort garçon de trente-six ans, très brun et barbu, ayant une grande bouche de santé et de beaux yeux brillants.Émile Zola (1840-1902)
Le rocher figure là un visage humain, barbu et sévère, que le conducteur ne manque pas de faire regarder aux voyageurs.Victor Hugo (1802-1885)
Les pelotes volent de tous côtés, rebondissent sur les fourrures et parfois s'aplatissent sur un visage barbu drôlement hérissé de givre.Louis Boussenard (1847-1910)
Mes yeux, troublés de lueurs dansantes, distinguèrent mal, dans l'endroit sombre, un visage maigre, barbu, sur lequel descendait le bord rabattu d'un chapeau mou.Daniel Lesueur (1854-1921)
Ce musicien des rues est petit, replet, barbu, et ses longs cheveux plats lui tombent jusqu'au milieu du dos.Émile Gaboriau (1832-1873)
Mon oncle, barbu comme il l'était, passait pour un homme dangereux, à ce que j'ai su depuis.Eugène Le Roy (1836-1907)
L'un d'eux, ainsi que je l'appris en écoutant leur conversation, était un ministre français, un petit barbu à binocle, dont j'ai oublié le nom.Arnould Galopin (1863-1934)
C'est un garçon tout maigre, tout noir, tout barbu, avec une inquiétante fixité dans ses yeux caves.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Le gnome barbu s'arc-bouta contre le socle de la presse, et, de ses bras musculeux, noirs de poils, serra la vis.Paul Adam (1862-1920)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BARBU, UË » adj.

Qui a de la barbe, du poil. On a veu à Paris une femme barbuë avec une longue barbe au menton, & par tout le corps.
 
BARBUE, se dit aussi d'une Comete, lors que la lueur blanche qui en fait ordinairement la queuë, paroît en sa partie anterieure entre son corps & celuy du soleil comme si c'étoit une barbe.
Le mot du jour Confiance Confiance

Il faut suffisamment de confiance pour se confier à quelqu’un ou lui confier ses enfants. C’est un acte de foi, à ceci près qu’il ne repose pas sur une croyance mais sur un contrat, un contrat dit « de confiance ».

Aurore Vincenti 04/05/2020