bercail

définitions

bercail ​​​ nom masculin

par plaisanterie Famille, foyer, pays (natal). Rentrer au bercail.

synonymes

bercail nom masculin

bergerie

foyer, famille, maison, patrie, pénates (plaisant)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ils se bornent à constater le repentir du fugitif, sa soudaine résolution de rebrousser chemin et enfin sa rentrée au bercail.Hector Berlioz (1803-1869)
Si, au moins, tu rentrais au bercail, toi qui le peux sans danger !George Sand (1804-1876)
Pendant plus de quatre mois, il fit insérer dans tous les journaux une note qui promettait le pardon le plus complet à l'épouse rentrée au bercail.Eugène Chavette (1827-1902)
On y trouve trop de négligences abstraites, trop de lapsus aussi, comme ce « bercail » qui est un « perchoir ».Han Ryner (1861-1938)
S'ils sont deux, le bercail est partagé et chaque parti hait cordialement son adversaire ; s'il n'y en a qu'un, jalousies, rivalités, fureurs.Honoré-Gabriel de Riqueti de Mirabeau (1749-1791)
Je revenais seul au bercail ; mauvais pasteur, j'abandonnais la brebis égarée... et quand je revins, je ne la trouvai plus.George Sand (1804-1876)
C'était un homme sévère, pieux et vertueux, mais trop rigide peut-être, et ne sachant pas ramener la brebis qui s'éloignait du bercail...Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
La perspective de jeûner jusqu'au lendemain et de coucher dehors, le préoccupait uniquement à cette minute solennelle du retour au bercail.Arsène Bessette (1873-1921)
A midi, le vent ayant cessé, les pertes étaient presque toutes réparées, et les fuyards rentrés au bercail.Charles Des Écores (1852-1905)
Il était rentré au bercail et s'était mis à la disposition du frère pénitencier.Paul Féval (1816-1887)
Tantost font sortir des loups d'un arbre creux & les enuoient on bercail que ilz veulent dont ces loups ne sortent sans auoir faict grand carnaige.Edmond Teinturier (1839-1902) et Désiré-Magloire Bourneville (1840-1909)
Quelquefois il disparaissait pendant des semaines entières, et, lorsqu'il revenait au bercail, on le recevait sans rancune, en lui adressant seulement de tendres reproches.Paul Scudo (1806-1864)
Quelquefois, le mal de mer les gagne, et il faut alors que chaque époux s'occupe d'aller chercher ses femmes, de les faire descendre et de les ramener ensuite au bercail.Gérard de Nerval (1808-1855)
Rentrée au bercail, elle parla de son excursion avec prudence et amphibologie, laissant cependant deviner, à qui voulait comprendre, que l'arbre était plus haut que la fourmilière.Hans Christian Andersen (1805-1875)
Les joies qu'il n'a pas trouvées dans le monde extérieur, il les implore avec certitudes du bercail dont la porte ouverte attendit longtemps, et non pas en vain, l'aventurier.Remy de Gourmont (1858-1915)
Néanmoins il entrait comme un jeune loup dans le bercail des théâtres à la mode.Anatole France (1844-1924)
Le directeur du bagne pouvait dormir tranquille ; la matinée ne devait pas s'écouler sans que la brebis galeuse ne fût réintégrée de force au bercail.Jules Lermina (1839-1915)
Effusions intimes par-ci par-là, qui rappellent l'âme à son nid comme le chalumeau du berger rappelle au bercail le troupeau dispersé.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Ces rois se bornaient à faire rentrer tout doucement le troupeau dans le bercail des anciennes routines.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Il me gardait seulement à vue comme le chevrier garde le chevreau qu'on lui a confié et qu'il doit ramener au bercail.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BERCAIL » s. m.

Vieux mot qui signifioit autrefois bergerie. Il n'est en usage qu'en cette phrase figurée : Ramener une brebis égarée au bercail de l'Eglise, pour dire, Convertir quelqu'un qui s'étoit perverti.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020