étrier

définitions

étrier ​​​ nom masculin

Anneau métallique triangulaire qui pend de chaque côté de la selle et soutient le pied du cavalier. Se dresser sur ses étriers. —  locution Avoir le pied à l'étrier : être bien placé pour réussir. —  Le coup de l'étrier : le dernier verre avant de partir.
Technique Pièce métallique coudée, destinée à supporter, réunir ou consolider d'autres pièces.
Anatomie Osselet de l'oreille en forme d'étrier.

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le maréchal et nous, partîmes donc à franc étrier, escortés de poste en poste par des détachements de cavalerie.Jean-Baptiste de Marbot (1782-1854)
Au moment où il mettait le pied à l'étrier, une main se posa sur son épaule ; il se retourna.Gustave Aimard (1818-1883)
Je comptais te laisser mon cabinet, ma clientèle, te mettre le pied dans un étrier doré, heureux de te voir suivre une carrière consacrée au bien de l'humanité...Alphonse Daudet (1840-1897)
La chose était difficile, car l'un de ses pieds était engagé dans l'étrier sous le ventre du cheval.Jean-Baptiste de Marbot (1782-1854)
Six ou huit mois plus tard, je reçus du comte une lettre qu'un de ses serviteurs me vint apporter à franc-étrier.Joseph Marmette (1844-1895)
Il désigne soit un étrier, soit une barrière de tournoi ; on n'est pas d'accord sur ce point important, mais il est indice de chevalerie.George Sand (1804-1876)
Il gagea avec son frère que, tous deux partant à franc étrier, il arriverait avant lui.Jules Michelet (1798-1874)
Il lui écrivait tous les jours par un page, qui allait à franc étrier lui porter sa lettre et en rapporter la réponse.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
Mais, bien qu'il eut un cheval admirable, il crut devoir courir la poste à franc étrier, et ses forces le trahirent.George Sand (1804-1876)
Nous sortîmes donc ensemble du jardin ; je lui tins l'étrier pendant qu'elle montait à cheval, et nous nous mîmes en marche vers le château.Octave Feuillet (1821-1890)
Et, avant que son interlocuteur eût pu lui répondre, il avait mis le pied à l'étrier, assuré ses rênes, enfourché sa monture et il était parti au grand trot.Paul Bourget (1852-1935)
Moins de deux minutes plus tard, elle se trouvait dans la rue où les quatre cavaliers attendaient, et où un écuyer lui présentait l'étrier...Michel Zévaco (1860-1918)
Alors les dépêches étaient apportées à franc étrier, et il fallait bien des jours et bien des relais à un courrier pour venir de la frontière.Émile Gaboriau (1832-1873)
Et comme l'œil du gentilhomme était sévère, et qu'il redoutait pour son dos une douzaine de coups de plat d'épée, l'écuyer se résigna et mit le pied à l'étrier.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Haroun se fit amener un second cheval, mais il avait à peine le pied à l'étrier qu'une balle l'atteignit en pleine poitrine.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Deux gardians, bien droits sur leur selle, la pique à l'étrier, surveillaient la manade, immobiles et rêvant aussi, comme leurs taureaux.Jean Aicard (1848-1921)
Il faisait taire les chiens et tenait l'étrier, pour aider le voyageur à descendre ; s'il était à pied et las, il le prenait par le bras et l'aidait à s'asseoir.Hector France (1837-1908)
Il fallut donc me résigner à courir encore une fois la poste à franc étrier, par un très mauvais temps !...Jean-Baptiste de Marbot (1782-1854)
Un officier, qui courait à franc-étrier devant les voitures pour faire préparer des chevaux, avait gagné assez d'avance pour reconnaître les intentions criminelles qui animaient le peuple de cette contrée.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
À présent que mon âme est prête à monter en selle, je voudrais au moins boire le coup de l'étrier.Romain Rolland (1866-1944)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTRIER » s. m.

Appuy pour le pied du Cavalier, qui le tient ferme à cheval, & qui luy aide à monter en selle. Ce sont des bandes de fer rondes par enhaut, & plattes par embas, qui forment une ouverture pour y passer le pied à l'aise, & qui sont suspenduës à la selle par une longe de cuir. Il faut peser sur les estriers pour arrester un cheval. La plus grande adresse d'un Cavalier dans un tournoy, estoit de faire perdre les estriers à son adversaire. En combattant on doit avoir l'estrier droit plus court d'un demi-point que le gauche. On appelle les estriers detroussez, quand ils sont pendants. Au Manege on appelle chapelet, une paire d'estriers attachez à des estrivieres, que porte chaque Cavalier tout ajustées à son point. Matthiole dit que les Turcs empoisonnent les estriers d'un venin si subtil, qu'il perce les bottes, & fait mourir le Cavalier ; & on tient qu'Amurat II. Empereur des Turcs fut empoisonné en 1480. par un estrier d'une largeur extraordinaire. Ce mot vient de striparium ou strivarium, qu'on a fait de strepa, ou plustost de streparia, dont la basse Latinité s'est servie dans la même signification. Strepa a esté fait de l'Alleman stref, ou du Grec astrabi. Menage. Les estriers ont esté appellez autrefois sautoirs ; & la plus-part des Sçavants tiennent qu'ils sont d'invention moderne.
 
On dit figurément, qu'on a fait perdre les estriers à quelqu'un, ou qu'on l'a mis hors d'arçon, pour dire, qu'on l'a mis hors de combat, qu'on l'a obligé à s'accommoder, à venir à jubé. On dit aussi, qu'on luy tient l'estrier, quand on luy aide en quelque chose qu'il a entrepris.
 
On appelle le pied de l'estrier, le pied gauche du devant celuy du montoir.
 
On nomme proverbialement le vin de l'estrier, le dernier coup qu'on boit, quand on est prest de monter à cheval, ou à cheval même. On dit qu'un homme a toûjours le pied à l'estrier, pour dire, qu'il est toûjours en voyage, en course, ou prest à se mettre en chemin.
 
ESTRIER, en termes de Charpenterie, est une piece de fer platte qui accolle & embrasse une poutre ou un tirant pour l'attacher plus fermement à un poinçon. Il sert aussi à arrester les solives posées en bacule, lors qu'un pan de bois est en saillie sur une ruë ou sur une cour.
 
ESTRIER, en termes d'Anatomie, se dit d'un petit os qui est dans l'oreille interieure de l'homme auprés de deux autres qu'on appelle l'enclume & le marteau ; & il a esté ainsi nommé, à cause de sa figure triangulaire, qui estoit celle des estriers à l'antique.
Vidéos "Figurez-vous", épisode 2 "Figurez-vous", épisode 2

Ce mois-ci, Julien Barret nous dit tout sur la question oratoire, ou question rhétorique. Ne seriez-vous pas en train d'acquérir une technique...

Julien Barret 26/05/2021