ferrer

définitions

ferrer ​​​ verbe transitif

Garnir de fer, de métal. Ferrer un bâton.
Munir de fers. Ferrer un âne.
Engager le fer d'un hameçon dans les chairs de (un poisson qui a mordu à l'appât).

conjugaison

actif

indicatif

présent

je ferre

tu ferres

il ferre / elle ferre

nous ferrons

vous ferrez

ils ferrent / elles ferrent

imparfait

je ferrais

tu ferrais

il ferrait / elle ferrait

nous ferrions

vous ferriez

ils ferraient / elles ferraient

passé simple

je ferrai

tu ferras

il ferra / elle ferra

nous ferrâmes

vous ferrâtes

ils ferrèrent / elles ferrèrent

futur simple

je ferrerai

tu ferreras

il ferrera / elle ferrera

nous ferrerons

vous ferrerez

ils ferreront / elles ferreront

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Au centre, un beau groupe en bronze représente un maréchal en train de ferrer un cheval.Noémie Dondel Du Faouëdic (1834-1915)
Droit levé sur les forgerons et censé destiné à ferrer les chevaux du roi.Gustave Fagniez (1842-1927)
Aux murs, un shako moins ancien, large du haut, avec un grand pompon jaune, un havresac poilu et des vieilles images attachées avec des clous à ferrer les souliers.Eugène Le Roy (1836-1907)
Se présentait-il une vieille rosse à ferrer, nous aidions à lui lever la jambe.Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
Croira-t-on qu'il veut donner le loisir aux artilleurs de ferrer leurs chevaux contre la glace ?Philippe-Paul de Ségur (1780-1873)
Vous ne savez donc pas ferrer un cheval, le panser et l'étriller ?Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Et, dominant la senteur chaude du bétail, une violente odeur de corne roussie, une peste sortait d'une maréchalerie voisine, où les paysans profitaient du marché pour faire ferrer leurs bêtes.Émile Zola (1840-1902)
Il doit être attentif à tous les mouvements de sa flotte, et ne pas laisser échapper l'instant précis où il convient de ferrer la proie.Jules Verne (1828-1905)
Nous avions chacun d'excellents souliers à triple semelle, que nos guides firent ferrer à glace.Jules Verne (1828-1905)
J'ai pris les devants pendant qu'il faisait ferrer son gré, il ne peut tarder.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
Tu seras couvert de harnais de soie à ta droite et à ta gauche ; je ferai ferrer tes pieds de devant et tes pieds de derrière avec de l'or pur.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FERRER » v. act.

Mettre les fers necessaires à quelque chose. ferrer une porte, y mettre la serrure, les gonds, les clous, les verroux, les barres. ferrer un train de carrosse. ferrer des rouës. ferrer des aiguillettes.
 
On dit absolument Ferrer, pour dire, Mettre des fers aux pieds des chevaux. Ferrer à glace, c'est leur mettre des fers avec des crampons. Ferrer à lunette, en pantoufle, à fer vouté, à patin, à bec de corbin, ce sont diverses manieres de ferrer qu'ont inventé les Escuyers.
 
On dit aussi quelquefois, Ferrer d'argent, en parlant d'une canne, d'un livre, d'une cassette, & même des chevaux, pour dire, les garnir d'argent aux endroits où les autres se contentent de mettre du fer.
 
On dit proverbialement, Ferrer la mule, quand les valets ou les commissionaires trompent sur le prix des marchandises, & les comptent plus qu'ils ne les ont achetées. Ce proverbe vient d'une action que fit autrefois le Muletier de Vespasien, au rapport de Suetone, qui sous pretexte qu'une des mules estoit desferrée, arrêta long-temps la littiere de cet Empereur, & par là fit avoir audience à celuy à qui il l'avoit promise moyennant quelque somme d'argent ; dont l'Empereur ayant connoissance, il voulut partager avec luy le gain qu'il avoit fait à ferrer la mule.
 
On dit qu'un homme est bien ferré, est ferré à glace, pour dire, qu'il est extremement fort sur la matiere sur laquelle on l'attaque. On dit qu'un homme est difficile à ferrer, pour dire, qu'il ne se laisse pas gouverner aisément.
 
FERRÉ, ÉE. part.
 
On appelle un chemin ferré, celuy qui est pavé, ou dont le fonds est dur, ou de roche, ou pierreux, où les chevaux n'enfoncent point. On dit en ce sens, un gué ferré.
 
Ainsi on a appellé chemins ferrez, les grands chemins de l'Empire bastis par les Romains dans les Provinces, tant à cause de leur dureté, que parce qu'ils estoient construicts de pierre noire qui avoit la couleur du fer.
 
On appelle figurément, un stile ferré, un stile dur & ferme. Plusieurs ont dit que Tertullien avoit un stile ferré.
 
On appelle de l'eau ferrée, celle où on a trempé une bille d'acier rougie au feu.
 
On appelle en proverbe, un avaleur de charrettes ferrées, un grand mangeur, & aussi un grand fanfaron qui menace.
 
On appelle aussi, Gueule ferrée, Celuy qui mange son potage trop chaud, ou qui est avantageux en paroles, qui parle toûjours, ou qui rompt en visiere à ceux qui luy contredisent.
Les mots de l’époque Candidater, présentiel, distanciel... Comment savoir si des mots sont vraiment des anglicismes ? Candidater, présentiel, distanciel... Comment savoir si des mots sont vraiment des anglicismes ?

L’accusation d’anglicisme est l’épouvantail favori que dressent les puristes de la langue française contre les innovations linguistiques qui leur...

Florent Moncomble 15/09/2021