figue

définitions

figue ​​​ nom féminin

Fruit charnu et comestible du figuier, vert ou violacé. Figues fraîches, séchées.
Figue de Barbarie : fruit comestible de l'oponce.
Zoologie Figue de mer : ascidie comestible de la Méditerranée.
Mi-figue, mi-raisin locution adjective invariable : qui exprime un mélange de satisfaction et de mécontentement. ➙ mitigé. Un air mi-figue, mi-raisin.

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
De temps en temps, une figue trop mûre se détachait et dégringolait de branche en branche.Alphonse Daudet (1840-1897)
Ce n'est pas comme l'autre qui n'est jamais ni figue ni raisin.Marcel Proust (1871-1922)
Tiens, prends une figue ; pas celle-là, elle n'est pas mûre.Pierre Louÿs (1870-1925)
Moi je ne donnerais pas une figue de la peau du maire.Prosper Mérimée (1803-1870)
Quelques-uns avaient défriché des courtils : une rose leur était plus odorante, une figue plus savoureuse, cultivées de leurs mains.Aloysius Bertrand (1807-1841)
Mi-figue, mi-raisin, fallut bien que le capitaine le trouvât bon.Romain Rolland (1866-1944)
Elle sortit de sous son châle un sac en papier rouge contenant deux caramels et une figue sèche, et me l'offrit d'une main tremblante.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Michel Delines (1851-1914)
A ce moment, elle entendit près d'elle un cri d'oiseau, et, sur sa jupe, tomba un fruit qu'elle prit d'abord pour une pomme de pin, mais qui était une figue.Berthe de Buxy (1863-1921)
La poire vieillit auprès de la poire, la pomme auprès de la pomme, la grappe auprès de la grappe, et la figue auprès de la figue.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Enfin, il prit une figue, l'approcha, comme pour l'examiner de tout près.Émile Zola (1840-1902)
En conclusion, les résultats obtenus sont mi-figue, mi-raisin.Europarl
Si l'on est indulgent avec cette directive, on pourrait dire qu'elle contient certaines bonnes choses, qu'elle est mi-figue, mi-raisin.Europarl
Et lui, à moitié figue, à moitié raisin, ne savait plus s'il devait continuer à fulminer ou s'il allait rire aussi...Marie Quinton (1854-1933)
Son gilet était défait, ses cheveux emmêlés, sa figue toute brouillée, comme celle d'un homme qui a passé la nuit à boire.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Tout à coup, voilà une grosse figue qui tombe de l'arbre et vient s'aplatir sur la joue de l'enfant.Alphonse Daudet (1840-1897)
Qui croirait qu'on peut déployer tant d'érudition à propos d'une figue ?Alcide Bonneau (1836-1904)
Puis un autre joyeux et moqueur, puis la chute preste d'une nouvelle figue.Berthe de Buxy (1863-1921)
Dans les gares, les femmes ne nous vendent plus la banane et autres fruits tropicaux, mais la poire, le raisin, la figue et les oranges.Ernest Michel (1837-1896)
Mords dans ta figue, crois-moi ; il n'y a que le premier coup de dent qui coûte.Joseph Vilbort (1829-1911)
Lentement, de son air sérieux, le visage noyé d'ombre, le cardinal porta la figue à la perruche, la lui donna, sans une hésitation ni un regret.Émile Zola (1840-1902)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FIGUE » s. f.

Fruit mol & dous qui vient en forme de petite poire. Il y a des figues blanches & des figues violettes. Il y en a aussi de noires & de couleur de pourpre, de verdes, de rousseastres, de pasles, & de plusieurs autres couleurs. On les cueille en automne, & on les met sur des clayes pour secher. Un cabat de figues.
 
Figue grasse, est une vieille figue, une figue d'antan ou grosse figue qui sert à meurir les abscez.
 
On dit proverbialement, Moitié figues, moitié raisins, pour dire, qu'une chose a esté faite assez bien, ou assez mal, en partie de gré, & en partie par force.
 
On dit aussi, Faire la figue à quelqu'un, pour, Se mocquer de luy. Ce proverbe vient de l'Italien Far la fica. Il tire son origine, à ce que dit Munster & autres Auteurs, de ce que les Milanois s'estant revoltez contre Frideric, avoient chassé ignominieusement hors de leur ville l'Imperatrice sa femme montée sur une vieille mule nommée Tacor, ayant le derriere tourné vers la teste de la mule, & le visage vers la croupiere. Frideric les ayant subjuguez, fit mettre une figue aux parties honteuses de Tacor, & obligea tous les Milanois captifs d'arracher publiquement cette figue avec les dents, & de la remettre au même lieu sans l'aide de leurs mains, à peine d'estre pendus & estranglez sur le champ : & ils estoient obligez de dire au boureau qui estoit present, Ecco la fica. C'est la plus grande injure qu'on puisse faire aux Milanois que de leur faire la figue : ce qu'on fait en leur monstrant le bout du pouce serré entre les deux doits voisins. Delà ce proverbe est passé aux autres nations, & même aux Espagnols, qui disent, Dar las higas. Les Latins par derision monstroient la moitié de l'ongle, comme on voit dans ce passage de Juvenal, mediumque ostenderet unguem. Les François font les cornes, en monstrant deux doits estendus pour faire le même signe.
Vidéos "Figurez-vous", épisode 3 "Figurez-vous", épisode 3

Dans ce troisième épisode de « Figurez-vous », Julien Barret nous enseigne l’art de l’à-peu-près, arme absolue des humoristes.

Julien Barret 25/06/2021