gabier

 

définitions

gabier ​​​ nom masculin

Matelot chargé de l'entretien et de la manœuvre de la voilure.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Voilà que, sans ajouter un mot, l'empereur monte en vrai gabier sur son trône, son porte-voix de combat à la main.Édouard Corbière (1793-1875)
Alors je le choisis pour être mon gabier de hamac.Pierre Loti (1850-1923)
Mais, avec ce sac sur le dos, il ne pouvait manquer d'être rattrapé par le jeune marin, qui devait avoir des jambes de gabier.Jules Verne (1828-1905)
Le lendemain nous prîmes à l'émérillon ce redoutable avaleur, dans le ventre duquel nous trouvâmes encore les doigts de pied et les os du crâne de notre pauvre gabier.Édouard Corbière (1793-1875)
À bord, il était le gabier infatigable, toujours à l'ouvrage, toujours vigilant, toujours leste, toujours propre.Pierre Loti (1850-1923)
Pour un midship, le gabier de hamac, c'est le matelot chargé de lui accrocher tous les soirs son petit lit suspendu et de le lui décrocher tous les matins.Pierre Loti (1850-1923)
Je pris sa main, sa pauvre main de gabier dans les miennes ; il fallait la serrer très fort pour qu'elle sentît la pression, car le travail l'avait beaucoup durcie.Pierre Loti (1850-1923)
Cependant un petit gabier, qui peut-être, lui aussi, était seul au monde et n'avait jamais trouvé de pitié, – avait entendu son appel, entendu au fond de l'âme comme moi.Pierre Loti (1850-1923)
Mais il a su réparer celle-ci en habile aéronaute ; il est excellent gabier, et la navigation aérienne touche en bien des points à la navigation océanique.Gaston Tissandier (1843-1899)
Aussi un gabier de grande hune n'eût pas fait meilleur garde.Émile Souvestre (1806-1854)
Mais, quand on est gabier, on navigue emporté comme une chose, sans rien savoir, ignorant les distances et les mesures sur l'étendue qui ne finit pas.Pierre Loti (1850-1923)
L'enfant, par-dessus ses loques, était affublé, selon le principe qu'une veste d'homme est un manteau d'enfant, d'une souquenille de gabier qui lui descendait jusqu'aux genoux.Victor Hugo (1802-1885)
Jadis il avait été, lui aussi, un gabier dur à la peine ; il s'y connaissait en hommes courageux et forts.Pierre Loti (1850-1923)
Un gros gabier, affublé d'une robe blanche et d'une longue barbe d'étoupes, monta sur les grandes barres, un harpon à la main.Édouard Corbière (1793-1875)
George profita de la perturbation générale pour se faire accepter, comme gabier, par un vaisseau de marine marchande.Armand de Pontmartin (1811-1890)
Ces secondes, pendant lesquelles le vent balançait le gabier à l'extrémité d'un fil, semblèrent des siècles à ceux qui regardaient.Victor Hugo (1802-1885)
Le second s'élança aussitôt comme un simple gabier, et en un instant fut au poste désigné.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Au premier plan, un gabier, accroché dans les haubans de misaine, se tenait d'une main et travaillait de l'autre avec une adresse remarquable.Jules Verne (1828-1905)
Cependant le malheureux gabier se fatiguait ; on ne pouvait voir son angoisse sur son visage, mais on distinguait dans tous ses membres son épuisement.Victor Hugo (1802-1885)
Et c'était drôle, le lendemain, de le voir redevenu matelot, aussi bon gabier que devant.Pierre Loti (1850-1923)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GABIER » s. m.

Terme de Marine. C'est un matelot qui est sur la hune, qui fait le guet & la descouverte pendant son quart.
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020