germain

définitions

germain ​​​ , germaine ​​​ adjectif et nom

Cousins germains : cousins ayant une grand-mère ou un grand-père commun. —  nom Cousins issus de germains, ayant un arrière-grand-père ou une arrière-grand-mère en commun.

germain ​​​ , germaine ​​​ adjectif et nom

Histoire Qui appartient à la Germanie. —  nom Les Germains.

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Germain continuait d'appeler et de heurter, non sans s'impatienter du retard qu'on mettait à lui ouvrir.Paul Lacroix (1806-1884)
J'eus à peine deux heures d'un sommeil tourmenté ; je ne revis pas les petits gnomes bienfaisants ; ces êtres panthéistes, éclos sur le sol germain, m'avaient totalement abandonné.Gérard de Nerval (1808-1855)
Germain se mit à marcher à grands pas, traversant une enfilade de pièces somptueusement ornées, et le chevalier le suivit.Paul Féval (1816-1887)
La respectueuse admiration de l'auteur pour son cousin germain explique qu'il lui ait consacré une étude spéciale.Joseph de Bonnefoux (1782-1855)
L'univers n'est ni français, ni russe, ni anglais, ni espagnol, ni germain ; il est l'univers.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Germain tressaillit : il eût préféré être lié par la reconnaissance à un homme moins criminel.Eugène Sue (1804-1857)
L'un était son cousin remué de germain, et elle avait pour lui toute la considération qu'il méritait ; l'autre était son favori.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Cherchez si c'est le fils, le père ou le grand-père, l'oncle ou le cousin germain, un homme ou un enfant.Ferdinand Berthier (1803-1886)
Germain pour venir reprendre cette place, il le fit même à leur barbe sans qu'ils osassent encore s'y opposer.Gatien de Courtilz de Sandras (1644-1712)
S'il ne laisse pas d'enfant, son frère hérite, non pas sa sœur ; son frère germain ou consanguin, non pas son frère utérin.Numa Denis Fustel de Coulanges (1830-1889)
Germain, profondément ému, effleura de ses lèvres, à travers le grillage, ce front pur et blanc.Eugène Sue (1804-1857)
Germain, d'une pâleur livide et violacée, à demi suffoqué, à genoux auprès du banc, ne paraissait pas avoir la conscience de ce qui se passait autour de lui.Eugène Sue (1804-1857)
Cousin et beau-frère, est-ce que cela ne fait pas bien la monnaie du titre de frère germain ?Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Germain devint passionnément amoureux de sa voisine, sans oser lui dire un mot de cet amour.Eugène Sue (1804-1857)
Germain, le fin laboureur, est veuf et doit se décider à reprendre femme, afin d'élever ses trois enfants.Albert le Roy (1856-1905)
Germain ne sentit rien, sinon les pulsations de ses propres artères qui se précipitaient avec extravagance.Paul Féval (1816-1887)
Les pactes nuptiaux subissent aussi l'influence romaine, tout en gardant le principe germain de la communauté.Clarisse Bader (1840-1902)
Or, il avoit un cousin-germain, dont le fils, que je connois fort, conte ainsi leur histoire.Gédéon Tallemant des Réaux (1619-1690)
Vous ne saviez pas d'où elle venait ; et bien vous allez le savoir : son père était mon cousin issu de germain.Jane Austen (1775-1817), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Je ne peux pas admettre qu'un chimiste, qu'un savant, fût-il cent fois germain, en soit capable !Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GERMAIN, AINE » adj.

Frere de pere & de mere ; & il se dit à la difference des freres uterins, qui ne sont freres que du costé de la mere.
 
GERMAIN, se dit aussi des proches parens collateraux, ou cousins qui sont les enfans de deux freres, ou de deux soeurs, & issus de germains, les enfans des cousins germains.
 
On dit aussi, il a le germain sur luy, pour dire, Il estoit cousin germain de son pere, il est plus proche d'un degré. Le mot de Germain s'est dit autrefois des habitans d'Allemagne ; & en ce sens il est Suedois, à ce que dit Mr. Rudbecks dans le livre intitulé Atlantico, cité dans le Journal d'Hollande de Janvier de l'année 1685.