jaloux

 

définitions

jaloux ​​​ , jalouse ​​​ adjectif et nom

littéraire Jaloux de (qqch.), très attaché à. Être jaloux de son indépendance. —  locution Avec un soin jaloux : avec une vigilance particulière, ombrageuse.
Qui éprouve de la jalousie (1), de l'envie. ➙ envieux. Être jaloux de qqn, du succès de qqn. —  nom Sa réussite fait des jaloux.
Qui éprouve de la jalousie en amour. Mari jaloux. locution Jaloux comme un tigre.
nom Othello, personnage de jaloux.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Dans l'opinion de la majorité de la commission, ce paragraphe veut dire que le cabinet actuel n'est pas suffisamment jaloux de notre dignité...François Guizot (1787-1874)
Ils ne sont point nés pour vivre séparés comme deux voisins jaloux, comme deux puissances rivales.Charles Turgeon (1855-1934)
Ils ont pu être dictés par les prêtres de cour, par les chapelains, par le clergé central, naturellement jaloux de la puissance locale des évêques.Jules Michelet (1798-1874)
Il vivait là-dedans à la façon des grives, qu'il haïssait d'ailleurs d'une haine de rival jaloux.Guy de Maupassant (1850-1893)
Les événements ont rapidement prouvé qu'ils n'étaient pas une invention de l'imagination exaltée des dirigeants de l'opposition jaloux ou de journalistes en mal de sensations.Europarl
Ils n'étaient point trop jaloux de leur naturel, mais on les agaçait, on s'émerveillait exprès devant eux sur les embellissements de leurs successeurs.Émile Zola (1840-1902)
Quelque brillantes que fussent les propositions qui lui furent faites par des négociants ou des fermiers jaloux de lui donner leurs filles, il voulut rester veuf.Honoré de Balzac (1799-1850)
C'était un sot qui ne connaissait rien du monde, et, comme tous les hommes qui ne connaissent pas le monde, il était soupçonneux et jaloux.Lord Rosebery (1847-1929), traduction Augustin Filon (1841-1916)
Pour ne pas faire de jaloux, le capitaine eût bien désigné par le sort ceux qui doivent l'accompagner.Louis Boussenard (1847-1910)
On peut, du reste, se faire une grande idée de notre puissance à cette époque, seulement en voyant les projets auxquels s'arrêtaient nos jaloux ennemis.Adolphe Thiers (1797-1877)
Et comme les timides sont tousjours défians et jaloux, il luy advoua que, si elle devenoit sa femme, il auroit bien de la peine à la garder.Antoine Furetière (1619-1688)
J'ai causé ce matin deux heures avec monsieur votre père : si vous saviez comme nous nous aimons, vous en seriez jaloux.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Mareuil répondit vaguement : une femme du monde, un mari très jaloux, surveillance tyrannique, rendez-vous toujours contrariés, à tel point que, d'un commun accord, ils s'étaient résignés à rompre.Fernand Vandérem (1864-1939)
Quand on est jaloux, on cherche la vérité jusqu'à ce qu'on la trouve ; alors on est dix fois plus malheureux.Céleste de Chabrillan (1824-1909)
Chacun envia son bonheur, et ses jaloux l'accusèrent dès lors de n'avoir que du bonheur, sans faire la part à ses vertus ni à son courage.Honoré de Balzac (1799-1850)
Un mari jaloux et trompé, d'ailleurs, m'a toujours paru ressembler à un aveugle qui, dans son regret de la lumière, voudrait que tous les hommes fussent privés de la vue.Pierre de Lano (1859-1904)
Les maris jaloux de ce temps-là étaient trop soupçonneux, trop bien au fait des habitudes de leurs compatriotes, pour ne prendre leurs précautions que d'un seul côté.Alcide Bonneau (1836-1904)
Lætitia en fut ravie ; le ministre en fut jaloux ; et, s'approchant de la princesse, il lui parla à l'oreille.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Il nous en reste si peu que les camarades seraient jaloux s'ils me voyaient vous en donner.Albert Delpit (1849-1893)
Tu te rappelles, quand elle me rendait jaloux et que je ne pouvais plus travailler ?Paul Bourget (1852-1935)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « JALOUS, OUSE » adj.

Envieux, concurrent. Il se dit premierement à l'égard de l'ambition. Les gens d'un grand merite ont toûjours des envieux & des jalous. Themistocle estoit jalous de la gloire de Miltiade, ses triomphes l'empêchoient de dormir. Ce mot vient du Latin zelosus, ou de l'Italien geloso. Menage.
 
JALOUS, se dit particulierement en matiere d'amour, de celuy qui craint un rival qui partage le coeur de sa femme, ou de sa maistresse. Ce vieillard est fort jalous de sa femme, il l'observe, il la persecute sans raison.
 
On dit aussi en Theologie, que Dieu est jalous de sa gloire, pour dire, qu'il ne veut point qu'on adore les idoles, qu'on offre de l'encens à d'autres Dieux qu'à luy.
 
JALOUS, se dit aussi à l'égard de quelques autres passions, & de ceux qui possedent une chose qu'ils craignent de perdre. Une femme doit estre fort jalouse de son honneur, un Magistrat de sa reputation d'integrité. un Prince est jalous de son autorité.
 
JALOUS, en termes de Marine du Levant, se dit d'un vaisseau qui roule & qui se tourmente trop, qui est en danger de se renverser faute d'estre bien lesté ou appareillé.
 
JALOUS, se dit proverbialement en ces phrases. Il ne dort non plus qu'un jalous. Il est jalous de son ombre. Il en est jaloux comme un gueux de sa besace.
Podcasts Relaxez-vous avec Robert : La lettre C Relaxez-vous avec Robert : La lettre C

Calme, conscience et coquillettes vous attendent parmi les mots en C du Grand Robert.

17/02/2020