jean

 

définitions

jean ​​​ nom masculin

Toile très solide servant à confectionner des vêtements. ➙ denim. Blouson en jean.
Pantalon en jean (bleu à l'origine ➙ blue-jean), à coutures apparentes. Des jeans délavés. Elle était en jean ou en jeans.
Pantalon coupé comme un jean. Jean de velours.
 

synonymes

jean nom masculin

pantalon

denim

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Jean étant revenu chez sa mère, celle-ci lui demande à qui il a vendu sa mélasse ; il répond que c'est à ses frères.Emmanuel Cosquin (1841-1919)
Jean, cria-t-il à un ouvrier, me ... me ... mesure avec ta toise dans tou ... t ou ... tous les sens ?Honoré de Balzac (1799-1850)
Jean se taisait ; mais il voyait seulement le geste par lequel cet inconnu se frottait vigoureusement le nez, en signe de satisfaction sans doute.Albert Delpit (1849-1893)
Jean éprouva une gêne cachée ; il ne se rendait pas compte de ce qu'il éprouvait.Albert Delpit (1849-1893)
Jean adossé à sa porte, les yeux baissés, ne tourna même pas la tête de son côté.Jacques Fernay (1849-?)
Jean raconta à son ami ce que nous connaissons : le pauvre petit réveillé par lui dans la neige, et dont il comptait se charger désormais.Albert Delpit (1849-1893)
Jean remercie et remonte à cheval, fort étonné que son cœur ait pu le tromper, mais si le cœur était toujours sorcier, cela exposerait à beaucoup de désagrémens.Paul de Kock (1793-1871)
Jean se souvint des petits rires d'extase qu'elle avait roucoulés un jour qu'il la mordillait à cette place...Daniel Lesueur (1854-1921)
Jean n'était pas loin de cette rue, et je parvins à faire comprendre au barbarin que je voulais y être conduit.Gérard de Nerval (1808-1855)
Jean, assis sur la bancelle, le menton à la hauteur de la table, mangeait déjà sa soupe.Anatole France (1844-1924)
Jean, aurions-nous souffert pour rien, et ce que nous avons cru être le devoir était-il donc un mensonge ?Albert Delpit (1849-1893)
Jean a regardé tout cela en restant sur sa chaise, sur laquelle il semble collé.Paul de Kock (1793-1871)
Jean était absorbé dans ses pensées, arrêté devant un groupe d'arbres près duquel était un banc de verdure.Paul de Kock (1793-1871)
Jean est allé mettre sa chaise loin de la fenêtre, et il se trouve alors près des dames.Paul de Kock (1793-1871)
Jean gagne le petit bois qui est sur la droite, et là s'assied au pied d'un bouquet d'arbres.Paul de Kock (1793-1871)
Jean descendit, paya, comme le lui avait recommandé le chef de train, et ils se trouvèrent devant une porte fermée, ne sachant comment faire pour entrer.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Jean chassa loin de lui toute pensée importune et courut se jeter dans les bras du vieillard.Albert Delpit (1849-1893)
Jean, vous en aurez demain ; mon mari a mis le sable à sec, et a fait passer l'eau de l'autre côté du pont.Jean-Roch Coignet (1776-1865)
Jean se chargeait des paroles dures, des exécutions qui répugnaient à la mansuétude de son frère.Honoré de Balzac (1799-1850)
Jean se plût d'abord à l'école ; il était charmé de se trouver avec une foule de petits garçons de son âge, et de pouvoir s'y livrer à de nouveaux jeux.Paul de Kock (1793-1871)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « JEAN » s. m.

Nom propre que le peuple a mis en usage dans la Langue, en le joignant abusivement à plusieurs mots injurieux. Jean Logne. Jean des Vignes. Jean Doucet. Jean Sucre. Jean tout adroit. Tous ces mots ne sont en usage que chez le peuple.
 
JEAN, se dit particulierement de ceux qui ont des femmes infidelles, & qui souffrent leurs desordres. Sa femme l'a fait Jean. On appelle double Jean, Celuy dont la femme fait beaucoup de scandale. Ce mot vient, selon quelques-uns de Janus, Dieu de l'ancien Paganisme representé avec deux visages, comme si le mari & l'adultere estoient deux testes en un bonnet, & occupez à même ouvrage, dont le nom demeure au mari, à cause que c'est celuy qui paroist dans la maison.
 
On appelle aussi le haut mal ou l'epilepsie, le mal de St. Jean. L'Evangile de St. Jean preserve du tonnerre. Les poires de Messire Jean ont esté mises en vogue par un Curé de Lorraine qui portoit ce nom.
 
JEAN, se dit aussi au Triquetrac, quand il y a 12. dames abattuës deux à deux, qui font le plein d'un des costez du Triquetrac. Petit Jean, grand Jean, Jean de retourne. On dit aussi, Jean qui ne peut, quand on trouve l'endroit bouché par où on vouloit faire passer une dame.
 
JEAN, se dit proverbialement en ces phrases. Quand on void quelque rieur incommode, on luy dit, Ri t'en Jean, on te frit des oeufs. On dit aussi d'un mal qu'on ne peut guerir par les remedes, qu'on y a appliqué toutes les herbes de la St. Jean. On dit aussi de celuy qui ne sçauroit garder un secret, C'est St. Jean bouche d'or. On dit encore, C'est comme le Breviaire de Messire Jean, cela s'en va sans dire. On appelle aussi le feu de la St. Jean, celuy qu'on fait la veille de la St. Jean en resjouïssance de sa nativité.
 
On dit encore en proverbe, Il fait comme le chien de Jean de Nivelle, qui s'enfuit quand on l'appelle. Il vient de Jean de Montmorency Seigneur de Nivelle, qui ayant donné un soufflet à son pere, fut cité au Parlement, proclamé & sommé à son de trompe pour comparoir en Justice. Mais tant plus on l'appelloit, tant plus il se hastoit de courir & de fuir du costé de Flandres. On le traittoit de chien, à cause de l'horreur qu'on avoit de son crime & de son impieté. On dit encore, C'est le mariage de Jean des Vignes, tant tenu, tant payé. Ce proverbe s'est fait par corruption de gens des vignes, parce que les Vendangeurs qui se ramassent ensemble de plusieurs endroits, font ordinairement de petites alliances, qui ne durent qu'autant que la vendange dure, & se rompent lors qu'elle finit. Quelques-uns, mais mal à propos, l'ont attribué à un certain Jean des Vignes Gentilhomme dont la famille subsiste encore au pays de Nivernois.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020