joueur

 

définitions

joueur ​​​ , joueuse ​​​ nom et adjectif

Personne qui joue (actuellement ou habituellement) à un jeu. —  Joueur de. Joueur de boules, d'échecs, de tennis. Joueur de jeux vidéos. ➙ anglicisme gameur.
adjectif Qui aime jouer. Chaton joueur.
Personne qui joue à des jeux d'argent, qui a la passion du jeu. Un joueur invétéré.
adjectif Un tempérament joueur.
locution (au sens propre et au sens figuré) Beau joueur : personne qui s'incline loyalement devant la victoire, la supériorité de l'adversaire. Mauvais joueur, qui refuse d'accepter sa défaite.
Personne qui joue d'un instrument (lorsque le mot particulier n'est pas très courant). Joueur de cornemuse.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
C'était un garçon frais, vermeil, bien portant, joueur, aux yeux brillants et doux, mais que rien ne distinguait des autres, du moins à des regards peu attentifs.Théophile Gautier (1811-1872)
On avait la sécurité d'un joueur qui s'amuse et tient les cartes encore, mais qui déjà a gagné la partie.Jules Michelet (1798-1874)
Hoffmann était joueur, nous le savons ; mais cette fois ce n'était pas pour le jeu, c'était pour l'argent qu'il venait.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
J'aime celui qui a honte de voir le détomber en sa faveur et qui demande alors : suis-je donc un faux joueur ?Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
On voit, sur la même scène, un homme sensé, et un joueur de trictrac qui vient lui tenir des propos impertinens : l'un tranche, l'autre le relève.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Il venait souvent chez mon père, grand joueur comme tous les hommes de cette société.Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889)
Le malheureux joueur de grosse caisse, qui n'a rien à faire là-dedans, s'agite avec inquiétude dans son coin.Hector Berlioz (1803-1869)
La présence inopinée de son frère ne le troublait vraiment que dans sa superstition de joueur.Daniel Lesueur (1854-1921)
Un témoin dit que l'accusé était un joueur ; un autre, qu'il avait demeuré dans une maison où on avait volé de la vaisselle d'argent.Jean-Baptiste-Joseph Champagnac (1798-1858)
Jeune et riant toujours, cet enfant des montagnes, aussi rude joueur que porteur ou scieur de bois, ira haut, ira loin dans les affaires, n'ayant ni hésitation, ni scrupule.Jules Michelet (1798-1874)
Où prend-on que le joueur soit dans la même catégorie que les flibustiers et les brigands ?George Sand (1804-1876)
Grand joueur, accoutumé à tout perdre ou à tout gagner avec les événements, il les fit entrer toujours comme enjeu dans sa fortune.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Ce paresseux, ce prodigue, ce joueur, se leva matin, travailla dix heures par jour et devint le modèle des employés.Émile Gaboriau (1832-1873)
Le joueur a la sienne, l'estime sacrée, et la garde ; dans le désordre des passions, elle est donnée, reçue, et, toute profane qu'elle est, on la tient saintement.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Chaque joueur ramassant ce qu'il avait devant lui attendit, pour prendre une résolution, que la reine eût laissé deviner la sienne.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Noirtier leva les yeux au ciel comme fait un joueur qui joue sur un coup tout ce qu'il possède.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
C'était un appel à tout joueur qui voudrait prendre part à la partie qui allait s'engager.Eugène Chavette (1827-1902)
Mon rapide voyage fut comme un rêve, mais un rêve de joueur ruiné ; j'étais au désespoir de ne point avoir reçu de nouvelles.Honoré de Balzac (1799-1850)
Semblable au joueur ruiné qui dirige les néophytes, il indiquait les spéculations, il en déduisait bien les moyens, les chances et la conduite.Honoré de Balzac (1799-1850)
La plupart s'acharnaient avec cette fureur du joueur malheureux, avec ce délire de l'orgueil aux prises avec l'impossible.Théophile Gautier (1811-1872)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « JOÜEUR, EUSE » adj.

Qui jouë, ou qui sçait joüer, qui a l'inclination au jeu. On appelle beau joüeur, celuy qui jouë gros jeu, qui tient tout ce qu'on met au jeu, qui donne revanche, qui jouë paisiblement & honnestement : & mechant joüeur, celuy qui jure & qui tempeste, qui fait à tous moments des contestations sur le jeu, qui ne tient point jeu, qui ne donne point de revanche.
 
On appelle un grand joüeur de Paulme, un grand joüeur d'Eschecs, ceux qui jouënt à ces jeux avec grand avantage sur les autres, qui y excellent ; & aux autres jeux, celuy qui ne fait autre mestier que de joüer, ou qui jouë gros jeu.
 
On dit figurément, qu'un homme est un rude joüeur, pour dire, qu'il est brave, qu'il se bat bien, qu'il est dangereux. On le dit aussi de celuy qui blesse les autres en joüant à des jeux de main.
 
JOÜEUR D'INSTRUMENT, est celuy qui fait mestier & profession de joüer des instruments. Il y a un corps de mestier à Paris qu'on appelle de Joüeurs d'instruments, qui est composé pour la plus-part de Joüeurs de violons, mais qui est presentement fort avily depuis qu'on a estably des Academies de Musique.
 
On appelle aussi Joüeurs de farces, Joüeurs de gobelets, Joüeurs de marionnettes, des Charlatans qui divertissent le public par ces sortes de moyens, & qui amassent le peuple pour vendre leurs drogues.
 
On dit proverbialement, Au bon joüeur va la balle, pour dire, que ceux qui excellent en une profession sont ceux qui ont le plus de pratique.
Vidéos Interloqué Interloqué

Découvrez une mini-série exclusive pour Le Robert, par l'humoriste Karim Duval.

15/04/2020