Email catcher

lige

Définition

Définition de lige ​​​ adjectif

Homme lige (de qqn) : homme entièrement dévoué (à une personne, un groupe). Être l'homme lige d'un parti.

Exemples

Phrases avec le mot lige

Il l'en nomma comtesse, puis la reçut d'elle, comme son homme lige.Jules Michelet (1798-1874)
Imprégnés de tiédeur, ils se laissent faire, deviennent la chose lige de leurs magnétiseurs et ne bougent plus de peur que cette douceur, ce long énervement ne cessent !Georges Eekhoud (1854-1927)
Les plus importants de ces seigneurs durent prêter hommage lige directement au roi, selon un lien inspiré de la fidélité due à l'empereur.Revue historique, 2010, Laure Verdon (Cairn.info)
Je suis un de ses hommes, un de ses bons liges.Arnauld d'Abbadie (1815-1893)
Forts de l'expérience capitalisée dans des trafics en tout genre, ils disposent d'hommes liges et des innombrables filières tissées sur les routes de la contrebande.Hérodote, 2004, Laurence Hunzinger (Cairn.info)
Mais par une telle affirmation, nous rédigerions les premières liges d'un discours populaire, aux accents peut-être populistes, où marges et centres se confondraient, où fantasmes et savoirs coexisteraient.La revue des revues, 2021, Frédéric Gai (Cairn.info)
Ses hommes liges n'avaient pas la capacité d'empiéter sur le territoires des autres ni de prétendre agir sur le plan national, sauf accords réciproques ou compensations matérielles, politiques, voire symboliques.Outre - Terre, 2005, Michael Davie (Cairn.info)
Je lui demandai en riant si j'étais son lige, pour mettre mon corps dans toutes ses entreprises.Arnauld d'Abbadie (1815-1893)
Ne suis-je pas votre homme lige, au contraire, votre vassal, pour vous révérer, vous servir et vous aimer comme ma reine et ma dame ?Joseph Bédier (1864-1938)
Autant de têtes à faire tomber pour les remplacer par des hommes liges, prêts à mettre en place rapidement et sans moufter les réformes promises par le nouvel exécutif.Capital, 24/08/2017, « Quand notre administration nous rend fou »
Deux seulement sont liges, ce qui suppose un lien renforcé et privilégié avec le seigneur.Revue historique, 2002, Fabrice Mouthon (Cairn.info)
Bref, un homme lige indispensable pour asseoir l'idéologie du régime.Les temps modernes, 2006, Adrien Minard, Michaël Prazan (Cairn.info)
Le chef ls ignore ou y place ses hommes liges, il tisse un réseau de clientèles qui tend vers une forme monopolistique de l'exercice du pouvoir.Cités, 2005, Henri-Philippe Cart (Cairn.info)
La tactique de dissimulation activée en 1958, faite d'hommes liges et de silences brisés par des interventions prudentes mais dramatisées à l'initiative du leader, lui octroie une place centrale.Parlement[s], 2005, Olivier Rouquan (Cairn.info)
Si ces relations paraissent trop bonnes, il devient vite suspect, passant pour l'homme lige des militaires.Inflexions, 2012, Samy Cohen (Cairn.info)
Par ailleurs, curieuse et bien regrettable est la confusion que l'auteur entretient entre l'albergement et l'hommage lige roturier.Histoire & Sociétés Rurales, 2004 (Cairn.info)
Certains hommes très influents, certains notables et leurs hommes liges n'hésitent pas à violer.Les temps modernes, 2014, Djallal Gérard Heuzé (Cairn.info)
L'hommage lige est codifié par une cérémonie précise qui signifie une plus grande soumission qu'un hommage simple.Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, 2019, Sophie Le Goff (Cairn.info)
L'homme lige est, selon la définition des feudistes, celui qui doit reconnaître pour amis et pour ennemis tous les amis et ennemis de son seigneur.Giambattista Vico (1668-1744), traduction Jules Michelet (1798-1874)
Afficher toutRéduire
Ces exemples proviennent de sites partenaires externes. Ils sont sélectionnés automatiquement et ne font pas l’objet d’une relecture par les équipes du Robert. En savoir plus.

Dictionnaire universel de Furetière (1690)

Définition ancienne de LIGE adj. m. & f.

Vassal qui tient une certaine sorte de fief qui le lie envers son Seigneur dominant d'une obligation plus estroite que les autres. Ce mot vient d'une ceremonie qu'on faisoit en rendant la foy & hommage, de lier le pouce au Vassal, ou de luy serrer les mains dans celles du Seigneur, pour monstrer qu'il estoit lié par son serment de fidelité, comme disent Pontanus, Gui, Pape & Upton. Cujas, Vignier & Mr. Bignon croyent que ce mot vient de la même source que leudis ou leodis, qui signifioit leal & fidelle. Mais Du Cange est de l'advis de ceux qui croyent que ce mot vient de litis, qui estoit une espece de serfs attachez tellement au service de leur Maistre à cause des heritages ou fiefs qu'ils tenoient de luy, qu'ils estoient obligez à luy rendre toutes sortes de services, comme s'ils estoient ses domestiques : & il pretend qu'on disoit autrefois litgium servitium, & qu'on escrivoit litge. Il estoit obligé à servir son Seigneur tant en guerre qu'en jugement, c'est à dire, à servir d'Assesseur pour juger les causes. Par l'hommage lige, le Vassal estoit obligé de servir son Seigneur envers tous & contre tous, excepté contre son pere. Ce mot est opposé à l'hommage simple, qui obligeoit simplement à payer les droits & devoirs ordinaires, & non point au service contre l'Empereur, le Duc ou autre Seigneur superieur : ensorte que l'homme lige estoit comme donné & dévoüé au Seigneur, & estoit entierement sous sa puissance. Le Seigneur lige, est le Seigneur prochain & immediat dont on releve nuëment, ligement & à ligence, c'est à dire, sans moyen. Tels estoient les hommages que le Roy d'Angleterre a rendus au Roy de France à cause de Duché de Guyenne, & les Comtes de Flandres & d'Artois pour leurs Seigneuries.
 
Homme lige, hommage lige, fief lige, garde lige, se dit en parlant de l'obligation qu'a le vassal à garder le chasteau ou la personne du Seigneur. On disoit aussi, une protection lige, une puissance lige, une foy lige, & en autres occasions, pour dire, entiere, totale.
 
LIGE, est aussi un droit de relief qui se paye au Seigneur en cas de mutation de fief. Il est fixé en quelques lieux à dix livres pour plein lige ; en d'autres, à la moitié, ou au quart de cette somme ; & on le nomme alors demy-lige ou quart de lige.
Ces définitions du XVIIe siècle, qui montrent l'évolution de la langue et de l'orthographe françaises au cours des siècles, doivent être replacées dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. Elles ne reflètent pas l’opinion du Robert ni de ses équipes. En savoir plus.