muse

définitions

muse ​​​ nom féminin

(avec une majuscule) Mythologie Chacune des neuf déesses qui, dans la mythologie grecque, présidaient aux arts.
littéraire L'inspiration poétique, souvent évoquée sous les traits d'une femme. —  locution Taquiner la muse : faire de la poésie en amateur.
Inspiratrice (d'un écrivain, d'un artiste).

synonymes

muse nom féminin

inspiratrice, égérie

les muses

les neuf sœurs

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Sa muse trouvait partout des inspirations, depuis le sujet le plus sublime jusqu'aux plus prosaïques raisonnemens.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
On ne lui parlait pas sans lui donner le nom d'une muse, et cela, sans affectation.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Quoique ma muse déréglée varie ses notes, elle n'a pas oublié que son héros avait sauvé une jeune enfant – véritable perle vivante.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
La passion de la vérité est une muse qui tient lieu de force, de jeunesse, de lumière.Astolphe de Custine (1790-1857)
Sa muse avalait des épithètes enflammées, excellait à faire le grand écart avec des enjambements invraisemblables et se faisait casser des hémistiches sur le ventre.Pierre Véron (1833-1900)
La vérité est que de secrètes affinités, un irrésistible instinct l'attiraient vers la muse antique.Anatole France (1844-1924)
Homme, vous avez encore dans les mains le trésor de vos belles années ; artiste, vous servez une muse plus féconde et plus charmante que la mienne.George Sand (1804-1876)
La femme est la muse et le conseil de l'écrivain, la femme est le juge, le public souverain des lettres.Edmond de Goncourt (1822-1896) et Jules de Goncourt (1830-1870)
Il se calme, ne nous en veut plus, mais la muse, si violemment interrompue, se tait encore ; elle ne s'éveillera qu'au printemps.Jules Michelet (1798-1874)
Bienvenu sois-tu, oiseau, et pour la chère main qui t'apporte, et pour toi-même, pour ta muse sacrée, le génie qui réside en toi !Jules Michelet (1798-1874)
Qui n'a éprouvé les sentiments et les regrets exprimés ici avec toute la douceur de la muse ?François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Enfin, la muse des courtisans le visita : il eut une idée ; et le jour de la visite arriva.Léon Gozlan (1803-1866)
Flaubert, quand il fut choisi par cette muse, avait déjà, à vingt-trois ans, le goût du travail et l'horreur de la contrainte.Anatole France (1844-1924)
Si les minores de l'antiquité étaient perdus, la couronne de la muse hellénique serait dépouillée de ses fleurs les plus fines.Anatole France (1844-1924)
C'était une muse qui inspirait tous ceux qui l'approchaient, et non point une sirène qui cherchât à séduire par le faste de sa beauté.Paul Scudo (1806-1864)
Mais si ma muse se proposait pour but ce qu'on appelle la gloire, elle vous ferait avec moins de peine une toute autre narration.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Je me souvins qu'en écoutant ces doux chants récités par cette douce muse, j'avais été attendri jusqu'aux larmes, et qu'elle-même essuyait ses beaux yeux à chaque strophe.George Sand (1804-1876)
Je sais que les répétitions sont détestables ; mais il ne m'a pas été possible d'imposer plus tôt silence à ma muse.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
L'âme est la littérature moderne ; l'âme, c'est l'homme sous les mots ; l'âme est la muse souveraine et convaincue des écrivains qui remuent les masses et le monde.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Ses imitateurs lui avaient bien pris son sujet, mais ils n'avaient pu lui dérober son esprit, sa facilité, et la verve de sa muse rieuse et bouffonne.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MUSE » subst. fem.

Divinité fabuleuse des Payens, qu'ils croyoient presider aux arts & aux sciences. Ils en admettoient neuf, & les croyoient filles de Jupiter & Mnemosyne. Elles habitoient le mont Helicon dans la Beotie, & le Parnasse montagne de la Phocide. Leurs noms sont Calliope, Clio, Erato, Thalié, Melpomine, Therpsicore, Euterpe, Polthymnie & Vranie, chacune desquelles presidoit à quelque art particulier.
 
On dit qu'un homme caresse la Muse, qu'il entretient les Muses, pour dire, qu'il aime les Lettres, & sur tout la Poësie. Et on appelle les Poëtes les nourriçons des Muses, les favoris des Muses ; & leur logement le sejour des Muses, le cabinet des Muses. On appelle aussi les fruits de la Muse de quelqu'un, ses ouvrages poëtiques.
 
MUSE, en termes de Venerie, se dit de la triste contenance du cerf, où il se trouve tandis qu'il est en amour.
Top 10 des mots Top 10 des mots venus du japonais Top 10 des mots venus du japonais

Sushi, sashimi, maki, chirashi, gomasio, gyoza, teriyaki, yakitori, mochi, tataki… Avec l’engouement pour la cuisine nippone, nos dictionnaires...

Édouard Trouillez 28/06/2021