pardonnable

définitions

pardonnable ​​​ adjectif

Que l'on peut pardonner (opposé à impardonnable). ➙ excusable.

synonymes

pardonnable adjectif

excusable, graciable, rémissible

acceptable, tolérable

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je dois savoir si elle est pardonnable, et si elle ne s'est pas vantée en prétendant avoir refusé vos dons.George Sand (1804-1876)
Voilà mes principes..... mon erreur étoit bien pardonnable ; j'en appelle au témoignage des hommes probes.Louis Ange Pitou (1767-1846)
Je citerai d'abord quelques lignes de la première lettre en avouant une ignorance qui ne serait point pardonnable à un éditeur, mais qu'on excusera peut-être dans une simple causerie.Anatole France (1844-1924)
Si l'on peut l'accuser ici d'une prévention trop forte, à qui sera-t-elle pardonnable, si ce n'est à un fils ?Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Il est très pardonnable d'avoir peur la nuit, à mon avis, lorsqu'on voit des choses qu'on ne comprend pas.Rudyard Kipling (1865-1936), traduction Louis Fabulet (1862-1933) et Robert d'Humières (1868-1915)
Mais cela est bien pardonnable dans celui dont l'état imposait des obligations que le caractère d'historien ne pouvait même faire rompre.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Mais ce sentiment involontaire de sa supériorité était bien pardonnable au milieu de l'effervescence d'un cerveau subitement éclairé du jour étincelant de la science.George Sand (1804-1876)
Le prince est la douceur et la bonté même ; il est gai et ouvert : son foible (il est bien pardonnable) est de vouloir être aimé.Alphonse de Fortia de Piles (1758-1826) et Pierre-Marie-Louis de Boisgelin de Kerdu (1758-1816)
Cela lui étoit plus pardonnable qu'à ce barbon, parce qu'il étoit encore si jeune qu'il n'avoit pas le jugement de connoître, qu'il prenoit là un méchant pli.Gatien de Courtilz de Sandras (1644-1712)
Cela est bien pardonnable, nous le lui pardonnons tous, mais nous ne pouvons nous empêcher de regretter l'impuissance de nos efforts pour le retenir plus longtemps parmi nous.George Sand (1804-1876)
Je ne vois dans tout cela qu'une adresse bien pardonnable à l'amour ; d'ailleurs en travaillant pour elle-même, elle sauvait aussi son amie d'un malheur inévitable.Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Un autre s'y seroit pû tromper tout aussi bien qu'elle, parce qu'elle recevoit elle-même de si grandes marques de mon amitié qu'il lui étoit pardonnable de s'y méprendre.Gatien de Courtilz de Sandras (1644-1712)
Elle était bien pardonnable de fricoter un peu le lundi, après avoir trimé la semaine entière.Émile Zola (1840-1902)
L'oubli d'une si petite affaire, au milieu de celles dont il était accablé, eût été pardonnable.Raymond Aimery de Montesquiou-Fezensac (1784-1867)
Voilà, je crois, un code complet de politique, que les circonstances dans lesquelles nous nous sommes trouvés rendent pardonnable.Napoléon Bonaparte (1769-1821)
Un enfant l'eût fait, et la chose lui serait pardonnable, mais non point à un homme, à qui un coup de fouet eût suffi pour s'en débarrasser.George Sand (1804-1876)
J'agis de même, et après un mouvement bien pardonnable, je reviens à mon premier avis.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
A mon âge, c'était pardonnable ; d'ailleurs, je n'ai jamais eu ce courage qui consiste à voir, sans en être troublé, les souffrances de ses semblables.Paul de Kock (1793-1871)
Quand, dans les vacances, j'allois voir mon père, il m'admiroit ; et moi, par une vanité pardonnable à ma jeunesse, je rougissois de la simplicité de ses mœurs.Joseph Fiévée (1767-1839)
C'était un divertissement assez pardonnable à des gens auxquels l'apparente monotonie de la mer faisait saisir toutes les occasions d'animer leur vie.Honoré de Balzac (1799-1850)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PARDONNABLE » adj. m. & f.

Qui merite grace & remission. Les fautes de fragilité, d'accident, sont pardonnables. Les assassinats sont des cas qui ne sont pas remissibles, ni pardonnables.
 
PARDONNABLE, signifie quelquefois simplement, Excusable. Il n'est pas pardonnable à un Professeur d'Eloquence de faire des solecismes. Si ce paysan a contrevenu à cette ordonnance de Police, cela luy est bien pardonnable, car il l'ignoroit.
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020