remontrer

définitions

remontrer ​​​ | ​​​ verbe transitif

En remontrer à (qqn) : se montrer supérieur à ; donner des leçons à. Il prétend en remontrer à son professeur.
Montrer de nouveau. Remontrez-moi ce modèle.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je remontre

tu remontres

il remontre / elle remontre

nous remontrons

vous remontrez

ils remontrent / elles remontrent

imparfait

je remontrais

tu remontrais

il remontrait / elle remontrait

nous remontrions

vous remontriez

ils remontraient / elles remontraient

passé simple

je remontrai

tu remontras

il remontra / elle remontra

nous remontrâmes

vous remontrâtes

ils remontrèrent / elles remontrèrent

futur simple

je remontrerai

tu remontreras

il remontrera / elle remontrera

nous remontrerons

vous remontrerez

ils remontreront / elles remontreront

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il y a vraiment peu de gondoliers de profession capables d'en remontrer à ces deux dilettanti.George Sand (1804-1876)
Vous êtes une artiste et vous devez en remontrer à votre patronne...André Theuriet (1833-1907)
Il faut que je me repose un peu avant de revenir, car je ne veux pas me remontrer à vous comme je suis.Guy de Maupassant (1850-1893)
Aucune bonne parole ne put la déterminer à remontrer sa figure.Émile Zola (1840-1902)
Il a plu un peu, les lièvres sortiront de bonne heure, car le soleil a tout l'air de vouloir se remontrer et si on en trouvait un sur pied...Louis Pergaud (1882-1915)
Il avait même une brusquerie dangereuse, qui ne lui laissait pas la patience d'écouter ce qu'on aurait eu à lui remontrer.Romain Rolland (1866-1944)
Elle lui reprochait surtout d'être mal élevé, avec des mines de femme comme il faut, à qui personne ne pouvait en remontrer sur la bonne éducation.Émile Zola (1840-1902)
Puis, elle s'abîma sous les flots, pour se remontrer en l'an soixante-neuf et s'abîmer encore une fois.Jules Verne (1828-1905)
J'essayai de lui remontrer qu'il n'était pas malaisé, en faisant le sacrifice de l'argent qu'elle empochait, de confier ce petit à quelque femme bien douce et bien soigneuse.George Sand (1804-1876)
Le diable lui-même ne pourrait lui en remontrer.Harriet Beecher Stowe (1811-1896), traduction Louis Énault (1824-1900)
Il se trompe encore cette fois, et perd son grec à remontrer à la taupe combien il est avantageux d'y voir clair.Auguste Du Roure de Beaumont (1783-1858)
D'ailleurs, ce grand seigneur philanthrope, avec sa prétention de toujours en remontrer aux gens du pays sans en vouloir rien apprendre, m'avait déplu extrêmement.Marquise de La Tour du Pin Gouvernet (1770-1853)
Vous pouvez agir sur lui et surtout lui remontrer qu'il sera la première victime de sa pusillanimité.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
En fait de générosité et de grandeur dans les procédés, ni moi ni personne ne pourra se flatter de vous en remontrer.George Sand (1804-1876)
Sans penser à mal, quoi qu'elle fît pour s'en remontrer à elle-même, elle s'affligeait du commerce assidu du comte et de son protégé.Georges Eekhoud (1854-1927)
Il en crut sentir les parfums, et, les paupières humides de larmes, il la vit scintiller, grandir, disparaître et se remontrer.Saintine (1798-1865)
Ils peuvent en remontrer à tout constructeur de vaisseaux ; quelques-uns ont jusqu'à dix nageoires, qui, à volonté rames et voiles, peuvent être tenues toutes ouvertes, ou bien en partie pliées.Jules Michelet (1798-1874)
Elle avait aussi formé un corps garant et conservateur des priviléges, dans les assemblées politiques ; on avait à craindre qu'elle ne vînt à renaître et à s'y remontrer encore.Pierre-Louis Roederer (1754-1835)
J'estime impertinentes ces matrones qui prétendent en remontrer en de telles matières au plus sage des rois.Anatole France (1844-1924)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « REMONSTRER » v. act.

& redupl. Monstrer de nouveau. On a été quelque temps qu'on ne monstroit point ce Tresor, on le remonstre à present.
 
REMONSTRER, signifie aussi, Enseigner une seconde fois. Il avoit oublié l'Arithmetique, il se la fait remonstrer. J'ay oublié le chemin, venez me le remonstrer.
 
REMONSTRER, signifie aussi, Prier humblement un superieur de faire reflexion sur ses ordres, sur ses jugements, d'avoir égard aux raisons qu'on luy propose, aux consequences d'une affaire. Le Parlement a remonstré au Roy la misere du peuple. Un Advocat remonstre à la Cour le bon droit de sa partie, son interest, l'injustice qu'on luy fait. Un Procureur du Roy commence ainsi ses requestes, Vous remonstre le Procureur du Roy, &c.
 
REMONSTRER, se dit aussi d'un superieur à un inferieur, quand il l'advertit doucement de son devoir. Un General prest de combattre remonstre à ses trouppes qu'il s'agit de l'honneur de l'Empire, &c. Il est de la charité Chrestienne de remonstrer à son frere avec modestie, de le remettre dans le bon chemin.
 
REMONSTRÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020