rôtie

 

définitions

rôtie ​​​ | ​​​ nom féminin

vieilli ou régional Tranche de pain grillé. ➙ toast.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Et cela dit, elle referme mes rideaux, appelle ses enfants, et les voilà qui se mettent à dépêcher ma rôtie au sucre.Denis Diderot (1713-1784)
Quand le faisan est cuit, servez-le couché avec grâce sur sa rôtie ; environnez-le d'oranges amères, et soyez tranquille sur l'événement.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
Vorel venait chaque soir faire une partie de brisque près de son lit, en mangeant une rôtie arrosée de poiré.Émile Souvestre (1806-1854)
Tout valait mieux d'ailleurs pour la pauvre petite qu'être embrochée et rôtie ainsi qu'un chevreau.Paul d'Ivoi (1856-1915)
C'est à tort que l'on emploie le mot anglais toast, pour signifier tranche de pain rôtie.Thomas Maguire (1776-1854)
La viande, rôtie et très-cuite, s'avalait encore ; mais bouillie, elle puait tellement, qu'elle donnait souvent des coliques.Émile Zola (1840-1902)
Et une des outardes, plumée, vidée, embrochée d'une baguette, rôtie à point devant une flamme vive, pétillante, fut dévorée à belles dents.Jules Verne (1828-1905)
Jeanne prit son bol sur ses genoux, trempant sa rôtie gravement, avec des mines de grande personne.Émile Zola (1840-1902)
Quant à l'amande, qui nous paraît si amère, c'est elle qui, séchée, épluchée, rôtie et pilée, forme la base de ce chocolat que nous aimons tant.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Quand le domestique lui offrit la poularde rôtie, il en prit un morceau avec ses doigts et le déposa sur la nappe.Jules Lemaître (1853-1914)
Quelque chose d'imposant et de particulier dans sa figure ouverte, rôtie par le soleil, attira, comme il passait, notre attention vers lui et nous lui dîmes bonjour.Frédéric Mistral (1830-1914)
Rôtie est en français le correspondant de toast : et si la rôtie est recouverte de beurre, l'on dit, une rôtie au beurre.Thomas Maguire (1776-1854)
Mais la sorcière liée à cet enfer miaulant, la sorcière hurlante et rôtie, quelle joie pour l'aimable jeunesse des moinillons et des cappets !Jules Michelet (1798-1874)
Homère nous montre toujours ses héros se nourrissant de chair rôtie, nourriture la plus simple de toutes, celle qui demande le moins d'apprêt, puisqu'il suffit de braises pour la préparer.Giambattista Vico (1668-1744), traduction Jules Michelet (1798-1874)
Il me faudrait tous les jours une oie rôtie et la soupe aux choux ; c'est une faiblesse, je le sais, mais je la contenterais.Édouard Laboulaye (1811-1883)
Nous eûmes pour cette occasion un souper chaud, orné de l'inévitable volaille rôtie, et pour terminer nous bûmes un peu de liqueur.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
Dans les premières années de son règne, il ne mangeait que des mets simples préparés par elle-même ou sous sa surveillance, comme l'asida, de la viande rôtie ou des poules.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Les uns étaient remplis de chair rôtie et d'autres de racines de fougère, qui servent de pain aux naturels.Jules Verne (1828-1905)
Quant à cette pièce de veau, si elle n'était pas rôtie et mise en daube, on en pourrait goûter ; mais il ne faut pas y songer en cet état.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
La rôtie, déjà si richement parée, reçoit encore les sucs à triple combinaison qui découlent de l'oiseau qui rôtit.Jean Anthelme Brillat-Savarin (1755-1826)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ROSTIE » s. f.

Morceau de pain delié qu'on fait secher en le rostissant. On fait des rosties au beurre, à l'huile ; on les trempe dans l'hypocras, & autres vins de liqueur. On fait des rosties pour mettre dans des sauces, dans des estuvées, pour mettre sous un rognon, sous des beccasses.
 
On dit proverbialement, qu'un homme fait des rosties d'une chose, lors qu'il en mange ou qu'il en boit avec avidité, ou avec profusion. On dit au jeu, qu'un homme va aux rosties, lors qu'il a perdu, qu'il quitte le jeu, comme s'il alloit vers le feu faire des rosties.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020