rugir

 

définitions

rugir ​​​ verbe

verbe intransitif
(lion, fauves) Pousser des rugissements.
(personnes) Pousser des cris terribles. ➙ hurler. Rugir de colère.
(choses) Produire un bruit sourd et violent.
verbe transitif Proférer avec violence, avec des cris. Rugir des injures.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je rugis

tu rugis

il rugit / elle rugit

nous rugissons

vous rugissez

ils rugissent / elles rugissent

imparfait

je rugissais

tu rugissais

il rugissait / elle rugissait

nous rugissions

vous rugissiez

ils rugissaient / elles rugissaient

passé simple

je rugis

tu rugis

il rugit / elle rugit

nous rugîmes

vous rugîtes

ils rugirent / elles rugirent

futur simple

je rugirai

tu rugiras

il rugira / elle rugira

nous rugirons

vous rugirez

ils rugiront / elles rugiront

 

synonymes

rugir verbe transitif et intransitif

[félin] feuler, [tigre] rauquer (rare)

[personne] crier, hurler, vociférer, tonitruer, tonner, gueuler (familier)

[moteur, etc.] gronder, mugir, ronfler, vrombir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On ne sait pas bien si ces arbres ne sont pas des monstres qui vont se mouvoir et rugir ou parler.George Sand (1804-1876)
J'ai assisté à une séance du procès des ministres, à l'avant-dernière, à la plus lugubre, à celle où l'on entendait le mieux rugir le peuple dehors.Victor Hugo (1802-1885)
On entend d'abord rugir au loin l'hymne révolutionnaire, devenu depuis chant officiel, admis à la table des souverains.Edmond Lepelletier (1846-1913)
La première explosion passée, la bourrasque, chassant toujours l'ourque, se mit à rugir en basse continue.Victor Hugo (1802-1885)
Une fois à terre, je m'éloignai du château ; je voulais gagner une allée couverte, pour y rugir à l'aise ; le ciel blanc me gênait.Louis Ulbach (1822-1889)
Comme elle était jeune, hautaine, et primitivement du peuple au fond, son ame dut rugir dans sa poitrine.Léon Gozlan (1803-1866)
Les spectateurs frémissent, impuissants à détacher leurs yeux de cette cage où les félins rampent et où l'homme seul a l'air de rugir.Charles Flor O'Squarr (1830-1890)
Je me contentai toutefois d'interpeller le fantôme à travers la mince cloison de bois, car j'entendais rugir cette bête coléreuse et je me souciais peu d'une conversation boxée.Gabriel Montoya (1868-1914)
Cette opération dut être fort douloureuse pour l'éléphant ; car, après avoir essuyé tant de balles sans pousser un seul cri, il se mit à rugir de toute sa force.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Mais il faut se résigner à bouillir de colère, à rugir d'impatience, à se glacer les pieds dans la boue, à transir et brûler, à dévorer de fausses espérances.Honoré de Balzac (1799-1850)
Cette scène fut semblable à celle qui se passerait entre deux tigres reconnaissant l'inutilité d'une lutte, après s'être examinés pendant un moment d'hésitation, sans même rugir.Honoré de Balzac (1799-1850)
Quand ces monstres proposaient leurs atrocités à la tribune, la commune faisait rugir, autour du lieu des séances, ses aveugles affidés ; il fallait que l'assemblée y souscrivît.Pierre-Louis Roederer (1754-1835)
Je montai chez moi en haletant, et enfermé, libre, je pus laisser rugir tout à son aise mon effroyable douleur.Louis Ulbach (1822-1889)
La cascade, ennuyée des pleurs qu'elle prenait pour un défi, se mit à rugir stupidement ; mais les cris de l'enfant luttèrent contre le tonnerre de la cascade.George Sand (1804-1876)
Rouget s'obstina à rugir ainsi pendant quelques jours ; puis, un matin, son père, fatigué de ses rugissements à domicile, l'envoya rugir en apprentissage, et je ne le revis plus.Alphonse Daudet (1840-1897)
Après avoir quelque temps écouté rugir ma tempête intérieure, je m'aperçus que le jour baissait.Hector Berlioz (1803-1869)
Il lui dirait enfin tout ce qu'il avait sur le cœur, à cette immonde société, dont l'inacceptable ignominie le faisait rugir !...Léon Bloy (1846-1917)
C'est le troupeau dont chaque membre fait le même geste de fuir, de mordre ou de rugir.Remy de Gourmont (1858-1915)
Puis, tout meurtri, à demi étouffé, hors d'état de rugir, il fut déposé à la porte de la maison.Jules Verne (1828-1905)
Aussi loin que mon œil put percer la nuit le val était désert, la neige continuait à tomber en silence, et l'ouragan à rugir sur la montagne.Émile Souvestre (1806-1854)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « RUGIR » v. neut.

qui ne se dit que pour exprimer les cris des lions. Il n'y a personne qui ne s'effraye d'entendre rugir un lion. Ce mot vient du Latin rugire.
 
RUGIR, se dit figurément du bruit que fait un puissant qui menace, qui est en colere, & de quelques autres bruits estonnants. Cet homme est prompt, & rugit comme un lion, quand on le choque. La mer irritée, les vents & les flots rugissent.
Le mot du jour Vaccinodrome Vaccinodrome

Court-on plus facilement quand on n'en a qu'une que quand on en a deux ? On peut légitimement se poser la question, car le dromadaire, qui n'a qu'une bosse, est étymologiquement le « (chameau) qui court ». Son nom fait partie de la famille du grec dromos « course ».

Édouard Trouillez 08/01/2021