hurler

 

définitions

hurler ​​​ verbe

verbe intransitif
(animaux) Pousser des hurlements. Chien qui hurle à la mort. ➙ aboyer. —  locution Hurler avec les loups, se ranger du côté du plus fort ; faire comme les autres.
(personnes) Hurler de douleur. —  familier Hurler de rire : rire bruyamment.
Parler, crier, chanter de toutes ses forces. ➙ brailler, vociférer ; familier gueuler. La foule hurlait. —  La radio hurle.
Produire un son, un bruit semblable à un hurlement.
au figuré Jurer (couleurs).
verbe transitif Exprimer par des hurlements. Hurler sa colère. —  Dire avec fureur, en criant très fort. ➙ clamer. Hurler des injures.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je hurle

tu hurles

il hurle / elle hurle

nous hurlons

vous hurlez

ils hurlent / elles hurlent

imparfait

je hurlais

tu hurlais

il hurlait / elle hurlait

nous hurlions

vous hurliez

ils hurlaient / elles hurlaient

passé simple

je hurlai

tu hurlas

il hurla / elle hurla

nous hurlâmes

vous hurlâtes

ils hurlèrent / elles hurlèrent

futur simple

je hurlerai

tu hurleras

il hurlera / elle hurlera

nous hurlerons

vous hurlerez

ils hurleront / elles hurleront

 

synonymes

hurler verbe intransitif

crier, vociférer, beugler (familier), brailler (familier), gueuler (très familier)

s'époumoner, s'égosiller

[vent] mugir, rugir

[couleurs] jurer, détonner, dissoner

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le malheureux a deviné ce qui fait rire les uns, hurler les autres, reculer les plus nombreux.Georges Eekhoud (1854-1927)
Bien étrange échelle, en effet, et dont on ne se servirait pas sans faire hurler de douleur la señora, et très probablement la faire choir à terre.Albert Cim (1845-1924)
Et, dehors, ils entendirent de nouveau le loubet ; le petit chien jaune, qui n'avait pas cessé de hurler.Émile Zola (1840-1902)
Au bout d'une heure, il revint à lui et se mit à hurler comme un chien.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Je n'ai pas l'intention de hurler avec les loups en disant que l'évolution démographique est si terrible.Europarl
N'est-ce pas un mal qu'on vienne crier, hurler sous votre nez, vous déranger de votre besogne et vous faire grincer les dents de colère ?Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Comme les heures s'enfuirent, effarées sans doute d'entendre hurler l'amour avec la voix maudite des damnés.Octave Mirbeau (1848-1917)
Ces vauriens de douze à quinze ans se criaient des mots abominables ; et, pour les avertir, il fallait en hurler de plus violents.Émile Zola (1840-1902)
Barbedor fit signe à la musique, et les vingt-quatre cuivres se mirent aussitôt à hurler.Paul Féval (1816-1887)
Et l'un des deux faubouriens lui vitriola la face du même sobriquet que venaient de lui hurler les échos de la caserne.Georges Eekhoud (1854-1927)
Au même instant, nous entendîmes plusieurs loups qui vinrent hurler autour de la baraque et même contre la porte.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Et, quand je me suis éloigné, il s'est mis à hurler de la façon la plus touchante.Jules Lemaître (1853-1914)
Et vous avez beau vous insurger, beau protester, piailler et hurler, autant en emporte le vent.Albert Cim (1845-1924)
Son vicaire le vint relayer, et cependant la veuve s'avisa de hurler, et le fit avec beaucoup d'ostentation et de vanité.Paul Scarron (1610-1660)
Je voudrais hurler toutes mes souffrances, crier les révoltes de mon cœur contre l'ignominie qu'on a déversée sur un innocent, sur les siens.Alfred Dreyfus (1859-1935)
Mais le monde a beau hurler et se boucher les oreilles, nous forcerons le monde à entendre ces voix.Romain Rolland (1866-1944)
Une partie de nos ouvriers tremble devant le manque d'ouvrage et se borne à hurler tout bas des menaces fanfaronnes.George Sand (1804-1876)
Il s'amusait, par exemple, à lancer des soucoupes de porcelaine à la volée dans les glaces, ce qui faisait hurler d'angoisse les filles superstitieuses.Georges Ohnet (1848-1918)
Quelquefois, quand une équipe lancée passait à toute vitesse, les amis descendus à terre poussaient des cris, et tout le public subitement pris de folie, se mettait à hurler.Guy de Maupassant (1850-1893)
Et des jours et des nuits se passèrent sans qu'ils cessassent de hurler l'un et l'autre.Guy de Maupassant (1850-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « HURLER, ou Heurler » v. act.

Faire des hurlements, soit comme les loups, les chiens, les Barbares, ou les gens qui souffrent. Ce mot vient du Latin ululare, ou de l'Italien urlare. On dit aussi quelquefois, que le chien hurle, lors qu'il sent le loup, ou les chiennes chaudes qu'il ne peut joindre.
 
On dit proverbialement, qu'il faut hurler avec les loups, pour dire, qu'il faut faire comme les autres, faire le meschant avec les meschants.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui viennent de l’arabe Top 10 des mots qui viennent de l’arabe

Non, le français n’a pas emprunté des mots qu’à l’anglais ! De tout temps, notre lexique s’est enrichi grâce à de nombreuses langues et l’arabe fait partie des sources les plus importantes.

Édouard Trouillez 17/07/2020