sil

 

définitions

sil ​​​ nom masculin

Argile rouge ou jaune avec laquelle les Anciens faisaient des poteries.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Où avait-on besoin de dépenser de largent et de louer un moussié, comme sil ny avait pas assez de domestiques dans la maison ?Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Sil me tombe sous la main, je le fais juger dans les vingt-quatre heures, et nous le fusillerons sur les glacis de la forteresse.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Sil était en compagnie, elle se contentait de le suivre, dépier le moment où il restait seul.Alphonse Daudet (1840-1897)
Sil i a quelque chosse dans nautre ville qui vous soit agreable, je vous prit de ne point mépargné.Alphonse de Fortia de Piles (1758-1826) et Pierre-Marie-Louis de Boisgelin de Kerdu (1758-1816)
Sil y a bien un message qui a été celui que nous avons constaté, c'est un défaut de régulation sur des segments de marché.Europarl
Les yeux dun homme gelaient instantanément, son nez se transformait en une pyramide de glace, sil se hasardait à aspirer une bouffée dair extérieur, en ouvrant la porte !Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Si bon il est, ma théorie sera démontrée ; sil fait le méchant nous le corrigerons ; voilà tout !Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
Je le plains, le malheureux ; mais j'avoue que j'ai la faiblesse de ne pas le condamner comme il le mériterait sil se mariait dans un milieu honnête.Hector Malot (1830-1907)
Mais qui est donc cet homme qui écrit là, sous mes yeux, installé à ce bureau comme sil était chez lui ?Gaston Leroux (1868-1927)
Il jouait avec le marqueur, qui buvait un verre deau-de-vie sil gagnait, et, sil perdait, devait passer sous le billard à quatre pattes.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Il y avait des moments où je me demandais sil ne se payait point ma tête.Gaston Leroux (1868-1927)
Ils ont le talent de soccuper fort sérieusement pendant tout un jour, et un mois entier sil le faut, de la plus petite bagatelle.Guillaume Hyacinthe Bougeant (1690-1743)
Car, à cet âge, sil faut tout dire, je métais formé une idée, et de l'amante et de lamour, toute particulière.Frédéric Mistral (1830-1914)
Et quand jai parlé de ma nièce malade, croiras-tu quil ma jeté un regard comme sil eût voulu me percer de son couteau ?Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Celui-là sera à genoux, ne me verra jamais de rides ni de cheveux blancs ; et sil mépouse, comme il en a lintention, cest moi qui lui ferai une grâce.Alphonse Daudet (1840-1897)
Quand nous navons pas trouvé lassassin, nous nous sommes demandé sil ny avait pas un trou dans le plancher...Gaston Leroux (1868-1927)
Alors, pourquoi, sil craignait réellement quon découvrît lassassin (je questionnais ici ma propre pensée), pourquoi aidait-il le reporter à le retrouver ?Gaston Leroux (1868-1927)
Maintenant que le danger a disparu, toute sa pensée va à son père... douée dune énergie surhumaine, elle lui cachera tout, sil en est temps encore !Gaston Leroux (1868-1927)
Sil marrivait parfois de voir leur bonnet à poil, si jentendais leurs hurlements, crois bien, mon petit père, que mon cœur se resserrait à mourir.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Sil y a tant de silence, derrière cette porte, cest sans doute quon y a besoin de silence !Gaston Leroux (1868-1927)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SIL » s. m.

Terre minerale propre à faire des couleurs, jaune & rouge, suivant ses diverses preparations, qui s'appelle de même en Latin. C'est aussi une terre d'ombre venant d'Achaye.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020