similor

 

définitions

similor ​​​ nom masculin

Métal imitant l'or. ➙ chrysocale.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Similor se pinçait le bras du doigt pour être bien sûr qu'il ne rêvait point.Paul Féval (1816-1887)
Similor était comme foudroyé et ne trouvait pas une parole.Paul Féval (1816-1887)
Similor haussa les épaules, mais il se tut.Paul Féval (1816-1887)
Similor avança de quelques pas et croisa ses bras sur sa poitrine.Paul Féval (1816-1887)
Similor m'appela plus d'une fois maladroit à l'égard de cette opinion, mais je m'en moque.Paul Féval (1816-1887)
Similor se redressa et ouvrit la bouche pour protester.Paul Féval (1816-1887)
Similor le laissait parler sans l'interrompre, parce qu'il faisait appel à toute sa rouerie, se demandant s'il fallait essayer des négociations ou entamer la bataille tout de suite.Paul Féval (1816-1887)
Similor avait fait comme ces tireurs de régiment qui débutent par le coup droit, avant que la main de l'adversaire ait acquis toute sa vitesse de parade.Paul Féval (1816-1887)
Il partageait ses regards d'admiration entre les breloques de similor et les sous-pieds du personnage.Paul de Musset (1804-1880)
Similor, sans perdre une bouchée, le suivait du coin de l'œil.Paul Féval (1816-1887)
Similor ne bougeait plus, tant il était effrayé du bruit qu'il venait de faire.Paul Féval (1816-1887)
Similor courba la tête et fit un pas vers la porte.Paul Féval (1816-1887)
Similor était l'un et l'autre d'avance, et dans quelle splendide mesure !Paul Féval (1816-1887)
Similor le lampa d'un trait et prit dans sa poche un pli qu'il ouvrit.Paul Féval (1816-1887)
Similor, ici, était injuste comme tous les envieux.Paul Féval (1816-1887)
Similor est venu chez moi aujourd'hui et m'a rappelé ses états de services.Paul Féval (1816-1887)
Similor siffla un verre de vin bleu et se permit de hausser les épaules.Paul Féval (1816-1887)
Similor se tenait la tête à deux mains et ne bougeait pas plus qu'une pierre.Paul Féval (1816-1887)
Similor alla vers la portière du premier et raconta ce qui venait de se passer.Paul Féval (1816-1887)
Similor, à l'autre bout de la baraque, faisait trêve à sa leçon pour rentrer dans son rôle d'incorrigible séducteur.Paul Féval (1816-1887)
Afficher toutRéduire
Déjouez les pièges ! « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? » « Une centaine de personnes attendait, ou « attendaient ? »

Un doute sur l'accord du verbe avec un sujet collectif ? Suivez le guide !

10/06/2020