sophisme

 

définitions

sophisme ​​​ nom masculin

Argument, raisonnement faux malgré une apparence de vérité.
 

synonymes

sophisme nom masculin

paralogisme, paradoxe

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
On ne finirait pas si l'on voulait relever tout ce qu'il y a de faux dans ce sophisme.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il n'y a pas de sophisme, de préjugé, de ruse, de tyrannie qui lui résiste.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Cette pensée paroît un sophisme, et la fausseté consiste dans ce mot d'ignorance, qu'on prend en deux sens différents.Nicolas François de Neufchâteau (1750-1828), Voltaire (1694-1778), Nicolas de Condorcet (1743-1794) et Blaise Pascal (1623-1662)
Maintenant qu'il s'était trop rapproché de l'enfant, il écoutait la voix du sophisme, toujours prête à plaider dans les intelligences incertaines.Paul Bourget (1852-1935)
Il faut remarquer, en outre, que le sophisme des ricochets pourrait être aussi bien invoqué par les pauvres.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Remarquons à cette occasion que, bien qu'il eût l'esprit fort juste, il ne répugnait pas à recourir au sophisme.Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)
Les mondains exigeaient de l'art ; ils n'acceptaient pas l'indulgence, à moins que le confesseur ne l'assaisonnât d'un sophisme.Jules Michelet (1798-1874)
Le sophisme que je combats dans cet écrit est d'autant plus dangereux, appliqué aux travaux publics, qu'il sert à justifier les entreprises et les prodigalités les plus folles.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il a donc introduit du faux dans son raisonnement, et cela sans se tromper ; car il savait que c'était faux, mais il voulait conduire à bonne fin son sophisme.Charles de Rémusat (1797-1875)
Dans ces heures pensives, solitaires, où l'on s'éprouve de bonne foi, le sophisme des passions disparaît.Johann Georg Zimmermann (1728-1795), traduction Xavier Marmier (1809-1892)
La première tentation ne se servit pas avec plus de sophisme et de sensualité du parfum d'un fruit.Auguste Angellier (1848-1911)
La société, au contraire, peut, sans sophisme, généraliser le sentiment qu'elle a d'elle-même, de son état de santé et de maladie.Émile Durkheim (1858-1917)
Il prend l'attendrissement pour la conviction, ce n'est pas cela : le sophisme, quelque larmoyant qu'il soit, n'en est pas moins sophisme.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Pas le moins du monde ; le sophisme des ricochets était trop enraciné dans leur tête.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Montrer que les mille chemins de l'erreur conduisent à ce sophisme générateur, c'est apprendre au public à le reconnaître, à l'apprécier, à s'en défier en toutes circonstances.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Contre la teneur d'une stipulation si explicite, les ministres autrichiens essayèrent de les frustrer de leurs capitaux : et ce fut par un ridicule sophisme de légiste.Émile Vincens (1764-1850)
Rassuré par ce vain sophisme, ce n'est pas contre les oppresseurs qu'on s'élève, c'est aux opprimés qu'on cherche des torts.Benjamin Constant (1767-1830)
Dans le premier cas, dire que les taxes placent le pays qui les paie dans des conditions de production plus défavorables que celui qui en est affranchi, c'est un sophisme.Frédéric Bastiat (1801-1850)
C'est à cela, et à cela seul qu'aboutissent tous vos argumens, dépouillés de tout sophisme.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Assurément c'était un état contraire à la dignité de l'homme, mais était-il vraiment ce que nous le voyons, à travers les buées du sophisme, avec les yeux de notre temps ?Oscar de Poli (1838-1908)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SOPHISME » s. m.

Raisonnement captieux qui induit en erreur, qui n'a que de l'apparence, & point de solidité.
Les mots du bitume Grailler Grailler

v. 1. Manger. 2. Dans la locution « ça graille » : c’est super, ça déchire.

Dérivés : graille, graillance.

Aurore Vincenti 11/05/2020