spéculateur

 

définitions

spéculateur ​​​ , spéculatrice ​​​ nom

Personne qui fait des spéculations (II).
 

synonymes

spéculateur, spéculatrice nom

agioteur, boursicoteur (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Certes, ce n'étaient ni les spéculateurs subalternes, ni les commissionnaires tarifés du grand spéculateur en chef, réduits à peine à un modique droit de commission.Joseph Fouché (1759-1820)
Ces pigeons servaient souvent aussi pour le commerce, les affaires, et plus d'un spéculateur a profité habilement de ces messagers ailés.Gaston Tissandier (1843-1899)
Les uns attribuaient ses jugements sévères à une vile jalousie ; d'autres, à un intérêt de spéculateur du plus bas étage ; personne ne soupçonna qu'il pût être sincère.Édouard Rod (1857-1910)
En huit jours, le spéculateur, à qui elle fit flairer sa caisse, offrit sa main, son cœur et son avenir, trois choses de la même valeur.Honoré de Balzac (1799-1850)
C'est une spéculation dont le peuple se trouverait bien, si le spéculateur consentait à subir avec lui le déficit des mauvaises années.George Sand (1804-1876)
Or, comme ces ingrédients ne peuvent donner ce que recherchent les amateurs, c'est-à-dire des yeux au bouillon, un spéculateur habile a inventé l'employé aux yeux de bouillon.Alexandre Privat d'Anglemont (1815-1859)
Je crains même que, comme quelques gens de lettres trop faciles et abandonnés, il ne se soit mis à la merci du spéculateur.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Le bilan des derniers huit jours se soldait sans profit, sorte d'échec pour un spéculateur accoutumé, comme lui, au gain.Fernand Vandérem (1864-1939)
Hâtons-nous d'ajouter que notre spéculateur était propriétaire d'un quartier tout entier de cette dernière ville.Paul Mahalin (1838-1899)
Quel est en ce moment le hardi spéculateur qui oserait monter une usine ou se livrer à une entreprise ?Frédéric Bastiat (1801-1850)
Cet estimable spéculateur s'intitule modestement changeur, mais il serait naïf de lui venir demander de la monnaie.Émile Gaboriau (1832-1873)
Ce n'était plus cet endroit triste et oublié que heurte aujourd'hui, sans le savoir, le pied du marchand de poisson ou du spéculateur de charbon de terre.Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice (1844-1897)
La tradition, autorisait les négociants assemblés à châtier, dans cette mesure, le spéculateur de mauvaise foi.Georges Eekhoud (1854-1927)
Il était clair que le spéculateur qui l'avait entreprise n'avait pas eu les reins assez solides pour l'achever.Émile Gaboriau (1832-1873)
Juneau vendit avec profit ses terrains, une petite ville surgit peu à peu, et l'heureux spéculateur devint à la fois millionnaire et maire de la nouvelle cité.Charles Gailly de Taurines (1857-1941)
Je croyais ma réputation de spéculateur assez bien établie, pour me mettre à l'abri d'être taxé de niaiserie.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Il refoula ses douleurs dans son âme, en se voyant seul, sans appui, en trouvant un spéculateur dans son père que, par curiosité philosophique, il voulut connaître à fond.Honoré de Balzac (1799-1850)
Elle l'estima presque de n'avoir pas été un spéculateur, le jour où il avait conduit à l'autel l'amie d'enfance, l'admirable créature qu'un grand désespoir lui donnait à consoler.Louis Ulbach (1822-1889)
Pour le reste, un spéculateur, un boursier, qui se moquait radicalement de la bonne peinture.Émile Zola (1840-1902)
Cet homme, joueur ou plutôt spéculateur effréné, était de ces gens qui veulent tout donner au hasard et ne tout attendre que de lui.Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SPECULATEUR » s. m.

Qui s'attache à la contemplation, à l'admiration des grandeurs de Dieu & des mysteres, des causes naturelles & celestes.
Vidéos Épivarder, par Alain Rey Épivarder, par Alain Rey

Saviez-vous que le verbe épivarder, couramment utilisé au Québec, était employé au XVIIe siècle dans les provinces de l'ouest de la France ? Écoutez Alain Rey nous raconter l'histoire de ce mot, témoin du lien profond entre le français québécois et le français de France.

Alain Rey 16/09/2020