tata

 

définitions

tata ​​​ nom féminin

familier
Tante.
populaire Homosexuel. ➙ tante (II).
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « tata »

Tata paie soixante laks et deux mille roupies.Jean-François de La Harpe (1739-1803)

Exemples de « tâta »

Il tâta la porte cochère et reconnut tout de suite quelle était condamnée au dedans et au dehors.Victor Hugo (1802-1885)
Il allongea sa main dans la chambre, tâta la fenêtre à l'intérieur, trouva l'espagnolette et la saisit.Edmond About (1828-1885)
Il se tâta tout le corps et retint son haleine pour voir s'il était sain et sauf, ou percé à jour en quelque endroit.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Simone se leva, se frotta les yeux du poing, se tâta l'épaule endolorie par le dossier de la chaise et s'approcha de la pendule.Victor Tissot (1845-1917)
L'un me tâta le pouls et dit qu'il était faible ; moi je disais mon âme en danger et mon corps n'ayant plus besoin des médecins.Catherine II de Russie (1729-1796)
D'un élan passionné de tendresse, elle se pencha sur l'enfant évanoui, tâta son pouls, qui battait faiblement, réchauffa ses mains glacées dans les siennes, frotta ses tempes.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Il parvint à entrouvrir la sacoche, y plongea la main, tâta les rouleaux d'écus, sentit les pierres sous ses doigts.Michel Zévaco (1860-1918)
Il s'assit, tâta le pouls de sa malade, se leva brusquement, vint parler à voix basse au prêtre, et sortit ; je le suivis.Honoré de Balzac (1799-1850)
En sortant de la tombe, du long ensevelissement, il se tâta lui-même, enfin poussa ce cri.Jules Michelet (1798-1874)
Le docteur le regarda attentivement, lui tâta le pouls, l'interrogea et enfin, après un examen attentif, il écrivit une ordonnance...Alexis Bouvier (1836-1892)
Après quoi, il tâta le gousset de l'officier, y sentit une montre et la prit.Victor Hugo (1802-1885)
Puis il regarda sa langue, tâta de nouveau son pouls, et après toutes ces formalités il jeta un coup d'œil comme au hasard sur le verre à moitié vidé.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Le docteur s'approcha du lit, lui prit le poignet, tâta le pouls, se baissa pour regarder de plus près la dilatation de la pupille de ces yeux éclatants.Louis Ulbach (1822-1889)
Un gentilhomme vint, tâta les archers sur la route, essaya, mais en vain, de les apprivoiser.Jules Michelet (1798-1874)
Elle se mit debout, se tâta, releva ses jupes jusqu'aux cuisses, tranquillement, pour voir ses genoux qui la brûlaient, si essoufflée encore, qu'elle ne pouvait parler.Émile Zola (1840-1902)
Il la caressa, tâta son rentre gonflé et brûlant, puis comme on apportait du lait, il en fit remplir une jatte qu'il posa devant elle.Oscar Méténier (1859-1913)
Et, sous cette impression, au lieu d'attaquer avec sa fougue accoutumée, il tâta prudemment le fer de son adversaire.Michel Zévaco (1860-1918)
Par un mouvement plus rapide que la réflexion, il tâta et fouilla ses poches, comme pour n'avoir aucun doute sur la réalité.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Surpris d'un changement aussi prompt, le chirurgien tâta le pouls du patient en hochant la tête.Joseph Marmette (1844-1895)
Il mit pied à terre et s'approcha des corps, qu'il regarda avec attention, et qu'il tâta et souleva l'un après l'autre.Gustave Aimard (1818-1883)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TATA » s. m.

Terme enfantin. C'est une lisiere qu'on attache au dos des robbes des petits enfants à qui on apprend à marcher, par où leur Nourrice les tient pour empêcher qu'ils ne tombent. Cet enfant est encore au tata, sa Nourrice le tient par le tata. Du Cange dit qu'on a appellé tata, un pere nourricier, un Pedagogue, d'où il y a apparence que ce mot est derivé.
Le dessous des mots Les surnoms donnés aux villes Les surnoms donnés aux villes

« Monaco-PSG : Paris s’impose rarement sur le Rocher » (Le Parisien, 15 janvier 2020).

La périphrase, figure de style qui remplace un mot précis par une expression, permet d’éviter les répétitions, souci stylistique bien français. Les grandes villes du monde, les pays possèdent des surnoms conventionnels. Ces formules figées, fréquemment employées par les journalistes pour désigner les lieux, restent parfois obscures quant à leur motivation.

Marie-Hélène Drivaud 10/06/2020