tourte

 

définitions

tourte ​​​ nom féminin

Pâtisserie ronde garnie de produits salés.
familier Imbécile, idiot. Quelle tourte !
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
En 1501, il donna à dîner aux cardinaux qui l'avaient assisté dans les fonctions pascales, et leur fit servir une tourte monstrueuse, toute dorée.Émile Gebhart (1839-1908)
Passa un marmiton qui portait une tourte monumentale.Arsène Houssaye (1815-1896)
Pour dessert, la tourte de cochon à l'ail.Albert le Roy (1856-1905)
Elle n'est pas bonne, la tourte, peut être ?Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Un pâtissier venait d'apporter une tourte, car la blanchisseuse n'avait pas la tête à s'occuper de cuisine.Émile Zola (1840-1902)
Je t'ai fait une tourte et un pastis comme je te l'avais promis.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Cherrier, qui n'avait cessé de tenir la tourte, venait de la laisser échapper, comme par mégarde, et elle s'envolait à tire d'aile.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Puis il alla tirer à boire, dans une espèce de pichet en bois, à un barriquot qui était dans la cabane, et porta une tourte de pain.Eugène Le Roy (1836-1907)
Après le poisson, une tourte grasse parut, et ces demoiselles crurent le moment arrivé de commencer l'attaque.Émile Zola (1840-1902)
Car il avait toutes les gaucheries d'une tourte et toutes les ferveurs d'une poire.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « TOURTE » s. f.

Pâtisserie qui se sert aux entrées, au dessert, à l'entremets, qui est faite de pigeonneaux, de beatilles, de moelle, de confitures, &c. Ce mot vient du Latin torta. Menage.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020