vilainement

 

définitions

vilainement ​​​ adverbe

D'une manière laide, vilaine.
 

synonymes

vilainement adverbe

salement

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Son père meurt, sa mère meurt ; elle perd son petit commerce ; elle est blâmée de ses parents, vilainement soupçonnée.Jules Michelet (1798-1874)
Gina lui trouva une physionomie vilainement joviale et trigaude.Georges Eekhoud (1854-1927)
Cela satisfait mieux son œil, en même temps que son instinct ; il s'est résigné à se vêtir vilainement pour que la femme soit plus belle.Remy de Gourmont (1858-1915)
Or je te tromperais vilainement si je te disais que je suis ton fait.George Sand (1804-1876)
Les jours de fête, qu'elles ne soient ni trop « acointables » (familières), ni « vilainement gourdes » (empruntées).Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Je me repentirai toute ma vie de l'avoir traitée si vilainement l'autre jour.Jean de la Brète (1858-1945)
Penché sur la selle, il la pinça vilainement à la taille avec ses deux gros doigts.Jean Aicard (1848-1921)
En effet, si une femme parle vilainement, on lui répondra sur le même ton, au grand dommage de sa réputation.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Vilains sont ceux qui se conduisent vilainement et ne rendent service à personne que contraints par la force.Charles-Victor Langlois (1863-1929)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VILAINEMENT » adv.

D'une maniere sale, vilaine, sordide, malpropre. Il nous a traitté fort vilainement, avec injure, avec avarice : nous avons été trompez vilainement au jugement que nous en avons fait. Il a été vilainement estrillé.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020