vipère

 

définitions

vipère ​​​ nom féminin

Serpent à tête triangulaire aplatie, à deux dents ou crochets à venin, qui vit dans les terrains broussailleux et ensoleillés. ➙ aspic, péliade. Nid de vipères. Nœud* de vipères. —  locution Une langue de vipère, une personne méchante et médisante.
Personne méchante, malfaisante en paroles.
 

synonymes

vipère nom féminin

péliade, aspic, céraste

[familier] peste, mauvaise langue, poison

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle ne songea point que la vipère, pour amuser les princes, pouvait se divertir à ses dépens cruellement.Jules Michelet (1798-1874)
Pauvre vieil enfant couronné, tout charmé de son hochet, et qui ne voyait pas la dangereuse vipère, liée au bord de ses habits.Élémir Bourges (1852-1925)
Lorsqu'ils se trouvèrent face à face, ces deux hommes reculèrent simultanément en arrière, comme s'ils avaient tous deux marché sur une vipère.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
La masse des petits animaux rampants, sur qui principalement frappait la dent de la vipère, s'éclaircissant infiniment, la vipère aussi devient rare.Jules Michelet (1798-1874)
Tu es un homme droit, honnête, de bonne conduite, on peut le dire, mais tu as une langue de vipère.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Celle-ci ne feignait pas même le repentir, comme le supposait son oncle, mais lançait encore de sournoises allusions,– vipère blessée, non désarmée, suivant la comparaison de tout à l'heure.Daniel Lesueur (1854-1921)
En définitive, on ne me persuadera jamais que ce soit un mal de jeter à la vipère le lambeau d'étoffe sur lequel doit s'épuiser son venin.Eugène-François Vidocq (1775-1857)
La vipère concentre dans ses crochets sa vie et sa colère, y verse l'essence de son chyle et de ses humeurs, pourquoi l'homme n'en ferait-il pas autant ?Élie Reclus (1827-1904)
Quand je trouve une vipère sur mon chemin, je l'écrase ; si j'en rencontre deux, j'écrase les deux ; si j'en rencontre cent, mille, je tâche que pas une ne m'échappe.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Ce sont mêmes plantes qui nourrissent l'abeille ou la vipère ; dans l'une elles font du miel, dans l'autre du poison.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
J'en ai vu un tenir une vipère à la main et jouer un quart d'heure de suite avec son aiguillon sans être piqué....Jean Jules Jusserand (1855-1932)
Ce n'est pas la « vipère » qui est revenue à moi ; c'est moi qui, bientôt, n'avais plus de cesse que je ne fusse retournée à elle.René Boylesve (1867-1926)
Elle avait toujours eu peur des serpents ; il lui semblait à chaque instant qu'elle allait marcher sur une vipère, qui se redresserait en sifflant ; elle ne laissait pas de sourire.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Pour quelques instants alors, le souvenir implacable ne le tourmentait plus : la vipère attachée à ses flancs ne lui faisait plus sentir ses morsures ; il oubliait qu'il était maudit.Hector France (1837-1908)
La lettre, qu'il venait de glisser dans la poche de son vêtement, le mordait à la poitrine ainsi qu'une dent de vipère.Paul Mahalin (1838-1899)
Sa large volonté suffisait à la tâche de repousser cette éblouissante vipère qui cherchait à le mordre.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Il se heurta contre une branche d'arbre, son chapeau tomba à terre, il se baissa pour le ramasser ; quand il se releva, la vipère avait disparu.Victor Cherbuliez (1829-1899)
C'est un animal, à la fois utile puisqu'il détruit les insectes nuisibles, les limaces, les campagnols et la vipère, et un peu nuisible puisqu'il mange du gibier et des oiseaux.René Martin (1846-1925)
Les aiguilles serpentaient sur ce cadran de fer avec des sifflements de vipère, et le mouvement de l'horloge battait à coups précipités.Jules Verne (1828-1905)
Il reste une autre vipère avec laquelle je vais tâcher de m'entendre, car mon oncle y tient autant qu'à son gésier.Honoré de Balzac (1799-1850)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VIPERE » s. f.

Petit serpent dont la morsure est tres-venimeuse. La vipere a la teste plus platte & plus large que n'ont les autres serpens. Elle a le bout du museau relevé & retroussé presque comme celuy du cochon. Elle est longue environ d'une aune, & sa grosseur est d'un pouce. Elle a seize dents à chaque mâchoire, petites & immobiles. Elle en a deux autres grandes canines, crochuës, creuses, transparentes, & fort pointuës, flexibles dans leur articulation, situées aux deux costez de la maschoire superieure, qui sont couchées, & qui ne se dressent que quand la vipere veut mordre. La base de ces dents est entourée d'une vesicule contenant la quantité d'une bonne goutte d'un suc saliveux, jaune, fade & innocent. Elle n'a qu'une rangée de dents à chaque maschoire, au lieu que les autres serpens en ont deux. Sa queuë est plus courte. Son corps n'a rien de puant ; au lieu qu'on a peine à souffrir la puanteur des parties interieures des autres serpens. Elle rampe assez lentement, & ne bondit pas comme les autres, quoy qu'elle soit prompte & agile à mordre, lors qu'elle est irritée. Le masle a ses parties naturelles doubles, couvertes de pointes dures & aiguës ; & la femelle double matrice. Leur corps est de deux couleurs, d'un gris plus clair, ou plus obscur ; ou d'un jaune plus doré, ou plus tirant sur le rouge : & le fonds est parsemé de taches longues & brunes. Les escailles situées en travers sous son ventre sont de la couleur de l'acier bien poli. Elle met bas ses petits vivants ; au lieu que les autres serpens vuident leurs oeufs, & puis les couvent : delà vient qu'on l'appelle vivipara. Elle produit ses petits enveloppez en de petites peaux qui se rompent le troisiéme jour. Elle en jette jusqu'à 20. mais elle n'en pousse dehors qu'un par jour. Les Anciens, & entre autres Pline & Galien, disent qu'ils tuent leur mere en naissant. Les viperes mangent les buprestes, les cantharides & les scorpions ; ce qui rend leur venim plus dangereux. Neantmoins plusieurs Auteurs disent que les Indiens tant d'Orient que d'Occident mangent des viperes comme on fait icy des anguilles. Matthiole rapporte plusieurs exemples comme les viperes mortes dans du vin guerissent les ladres ; & Galien dit que leur chair fait venir des poux à ceux qui en mangent. Charras a écrit de la vipere, & en a fait plusieurs experiences. Francesco Reddi en a aussi fait un beau Traitté. Mais ils sont bien contraires en leurs experiences. Car Francesco Reddi pretend que tout leur venin est dans deux vesicules qui couvrent leurs dents, d'où il sort une liqueur jaunastre, quand elles mordent, qui envenime la playe : au lieu que Charras dit avoir experimenté que cette liqueur n'est point venimeuse, & qu'il en a fait manger à des pigeons, sans qu'ils en ayent été incommodez ; & qu'il faut que ce venin consiste dans les esprits irritez de la vipere, qu'elle pousse dehors dans sa morsure, qui sont si froids, qu'ils coagulent le sang, & empeschent la circulation. Car il demeure d'accord, qu'il n'y a dans la vipere ni humeur, ni excrement, ni partie aucune, non pas même le fiel, qui étant avalée puisse faire mourir. Au contraire le sel de vipere, la chair de vipere, sont de grands remedes, & on fait de la poudre de viperes de la chair de viperes sechées, couppées, pilées & passées par un tamis, qui est souveraine pour plusieurs maladies. On dit que le cerf a une grande avidité à devorer les viperes. C'est une erreur populaire, de croire que la salive d'un homme à jeun fasse mourir les viperes, quoy qu'Aristote & Galien disent l'avoir souvent experimenté.
 
VIPERE, se dit fig. des gens malins & médisans. JESUS-CHRIST a souvent appellé les Pharisiens, engeance de viperes. On appelle une langue de vipere, une langue médisante.
 
On dit proverbialement, qu'un homme nourrit une vipere dans son sein, quand il esleve quelqu'un d'assez meschant naturel pour contribuer un jour à sa perte.
Drôles d'expressions À la bonne franquette À la bonne franquette

À la bonne franquette : sans façon, sans cérémonie. 

Alain Rey 16/02/2020