agnus dei

 

définitions

agnus dei ​​​ nom masculin invariable

Prière de la messe, commençant par ces mots.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
L'on doit acheter encore des crucifix, des chapelets, des agnus-dei, etc.Volney (1757-1820)
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « AGNUS DEI » s. m.

Petite piece d'estoffe qui est ordinairement brodée & triangulaire, dans laquelle on enferme quelque relique, image, ou paste benite, qu'on porte par devotion. Les plus beaux presens des Religieuses sont des Agnus Dei. Le Pape benit de sept ans en sept ans les Agnus Dei avec le St. Chresme, dont la distribution appartient à la charge du Maistre de sa Garderobbe. Les Cardinaux les reçoivent avec grande reverence dans leurs mitres. Les Feuillans ont droit de paistrir ceux qu'on fait de paste.
 
Cette ceremonie vient d'une coûtume ancienne de l'Eglise. On prenoit une certaine partie du cierge de Pasques qu'on avoit beni le Samedy Saint, & aprés la communion on la distribuoit au peuple pour en faire des parfums dans leurs maisons, & dans leurs champs & vignes, afin d'en chasser les Demons, & les preserver des tempestes & des orages, comme témoigne le Pere Sirmond. Et à Rome l'Archidiacre benissoit de la cire arrosée d'huile, & il mettoit dessus l'empreinte de la figure d'un agneau pour la distribuer au peuple. Ce qui a fait que depuis les Papes en ont fait des consecrations plus solemnelles. Alphonse Ciccarelli a fait un Traité de l'origine, de la benediction, & des vertus de l'Agnus Dei, dont le Pere Labbe fait mention en sa Bibliotheque.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020