bailler

 

définitions

bailler ​​​ verbe transitif

vieux Donner. —  locution Vous me la baillez belle : vous vous moquez de moi.

bâiller ​​​ verbe intransitif

Ouvrir involontairement la bouche en aspirant. Bâiller de sommeil, de faim, d'ennui. Bâiller à se décrocher la mâchoire.
(choses) Être entrouvert, mal fermé. Son col bâille (➙ entrebâiller).
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je baille

tu bailles

il baille / elle baille

nous baillons

vous baillez

ils baillent / elles baillent

imparfait

je baillais

tu baillais

il baillait / elle baillait

nous baillions

vous bailliez

ils baillaient / elles baillaient

passé simple

je baillai

tu baillas

il bailla / elle bailla

nous baillâmes

vous baillâtes

ils baillèrent / elles baillèrent

futur simple

je baillerai

tu bailleras

il baillera / elle baillera

nous baillerons

vous baillerez

ils bailleront / elles bailleront

actif

indicatif

présent

je bâille

tu bâilles

il bâille / elle bâille

nous bâillons

vous bâillez

ils bâillent / elles bâillent

imparfait

je bâillais

tu bâillais

il bâillait / elle bâillait

nous bâillions

vous bâilliez

ils bâillaient / elles bâillaient

passé simple

je bâillai

tu bâillas

il bâilla / elle bâilla

nous bâillâmes

vous bâillâtes

ils bâillèrent / elles bâillèrent

futur simple

je bâillerai

tu bâilleras

il bâillera / elle bâillera

nous bâillerons

vous bâillerez

ils bâilleront / elles bâilleront

 

synonymes

bâiller verbe intransitif

[d'étonnement] béer (littéraire)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « bailler »

Non, je n'en ai qu'un, dont je suis bien empêchée ; chacun me le demande ; je voudrois pouvoir le bailler à rente, afin qu'on ne m'en importunât plus.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Aussy fauldroit-il bien sçavoir l'entretenement qu'il vous plaira luy bailler.Jules Delaborde (1806-1889)
Tu as dit vrai ; c'est ne plus ne moins qu'elles font les chastes, afin de nous faire désirer de leur bailler ce qu'elles enragent d'avoir.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Vous pourriez bailler en allant de ce côté.Antoine-Joseph Pons (1829-1884)
Non, dit-il, je n'y irai pas, il me veut bailler le fouet, mais ne lui dites pas.Jean Héroard (1551-1628)
De tout temps, la police a su, quand il le fallait, fermer les yeux et entre-bailler la porte d'un cachot.Émile Gaboriau (1832-1873)
Je me suis guéri de souhaiter autre chose que ce que tu peux me bailler.George Sand (1804-1876)
Les femmes de bien baillent, ou font bailler, ou ont qui baille de l'argent pour leur faire, & en faut bailler aux autres.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Il se serait défait sans doute de ses vieux termes ruer, bailler, de ses proverbes un peu rustiques.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Mais on aime mieux se quereller et se heurter que bailler.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
De même ceci doit être mêlé en votre cervelle : il le vous faut bailler tout mêlé.François Béroalde de Verville (1556-1626)
Il va en sa chambre ; il lui prend une humeur de vouloir entrer en garde, se fait bailler sa pique, se fait mettre son hausse-col.Jean Héroard (1551-1628)
Ensuite ce sera moi, ce sera vous, qui nous croirons capables de lui bailler quelques clystères de science, de libéralisme, voire d'équité...Paul Adam (1862-1920)
Afficher toutRéduire

Exemples de « bâiller »

Je ne pus résister à l'impression que faisait sur moi la condition générale, et me mis à bâiller comme les autres.Jacques Cazotte (1719-1792)
Ce qui n'est pas marqué à ce coin, on l'admire un temps ; mais on finit par bâiller.Denis Diderot (1713-1784)
Passe encore de pleurer deux volumes in-douze, mais bâiller deux volumes in-octavo, en vérité c'est trop.Alexandre Vinet (1797-1847)
Quand le hasard nous rassemblait et que nous étions dix minutes ensemble, l'impatience me prenait, et je voyais bien qu'il faisait des efforts terribles pour ne point bâiller.Paul Féval (1816-1887)
Je le vis bâiller à son tour, et je lui demandai la permission de me retirer de bonne heure.Walter Scott (1771-1832), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Elle était la seule femme, à cette époque, osant bâiller tout haut, en pleine académie, ce qui lui valut une verte semonce du secrétaire perpétuel.Jules Janin (1804-1874)
Moutier mangeait encore ; les enfants avaient fini ; ils s'étaient renversés contre le dossier de leurs chaises et commençaient à bâiller.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Tout ce qui est facile, les rires, la bonne honorabilité, les conversations oiseuses me font jaunir et bâiller.Maurice Barrès (1862-1923)
Mes fonctions de secrétaire du général me laissant de nombreux loisirs que j'employais à bâiller méthodiquement, ce piccolo fut un monde pour moi.Charles Des Écores (1852-1905)
Paris me plaît ; j'y perds l'habitude de bâiller, et vous-même, vous êtes tout rajeuni par l'air des boulevards.Alfred Assollant (1827-1886)
Autrefois on pouvoit bâiller, et c'estoit assez pourvû que l'on ne parlast pas en bâillant : à présent une personne de qualité s'en choqueroit.Alfred Franklin (1830-1917)
Un joli rôle, et propre, et intelligent, que de bâiller d'ennui devant le labeur des autres !Émile Zola (1840-1902)
La tablée s'était apitoyée pour la forme, non sans bâiller et s'étirer, sur la guigne d'un ancien compagnon, d'un boute-en- train, une belle fourchette et le reste !Georges Eekhoud (1854-1927)
Avec la même nonchalance botticcellienne, le même complet home-spun, et sa cravate « œil de truite », on eût dit qu'il attendait le plaisir de bâiller.Aimery de Comminges (1862-1925)
Je puis secouer mes jambes et mes bras, pleurer, rire, bâiller, crier comme l'idée m'en viendra.Jules Vallès (1832-1885)
Les trois ou quatre romans qui paraissent chaque semaine nous font bâiller à force de perfection morale ; mais les auteurs ne peuvent attraper le style grandiose.Stendhal (1783-1842)
Elle n'a pas d'esprit, c'est vrai, et toutes ces dames des environs s'accordent à dire que sa conversation est à faire bâiller, mais elle est pleine de bon sens.Émile Gaboriau (1832-1873)
L'estomac plein, le visage rafraîchi, il retrouvait sa tranquillité épaisse, il arrivait à son bureau et y passait la journée entière à bâiller, à attendre l'heure de la sortie.Émile Zola (1840-1902)
L'ennui certain de demain fait bâiller dès aujourd'hui, et la perspective des jours, des années d'ennui qui suivront, pèse d'avance, dégoûte de vivre.Jules Michelet (1798-1874)
L'émotion le faisait bâiller, ce qui donnait une expression comique à son petit visage ratatiné.Ivan Tourgueneff (1818-1883), traduction Michel Delines (1851-1914)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BAILLER » v. act.

Donner, mettre en main. Il luy a baillé cent escus par cette donation. il luy faut bailler cette lettre en main propre. En ce sens il est moins en usage que Donner. Nicod le derive du Grec ballo, c'est à dire mitto ; car celuy qui baille envoye en quelque façon.
 
BAILLER à ferme, à loyer, à cens & rente, c'est, Donner à quelqu'un la jouïssance d'une terre, d'une maison, moyennant certain prix par an, à certaine rente ou redevance. On le dit aussi des droits en general, comme Aides, Gabelles, dixmes, passages, & autres droits seigneuriaux.
 
Au Palais on dit aussi Bailler des écritures, pour dire, les fournir. Ainsi on dit, Griefs que met & baille par devant vous Noss. &c. Des contredits offerts en baillant, c'est à dire, en se communiquant reciproquement telles écritures. Bailler bonne & suffisante caution.
 
On dit proverbialement, En bailler d'une, en bailler à garder, pour dire, En faire accroire à quelqu'un. On luy a baillé belle, pour dire, On luy a dit une bourde.

Définition de « BAILLER » v. n.

Ce mot a la premiere syllabe longue, & on écrivoit autrefois Baailler. Faire des bâillements, qui sont causez par une vapeur qui fait ouvrir la bouche extraordinairement pour sortir, & qui marque de l'ennuy, ou du sommeil. Despreaux a dit de la Pucelle,
 
Et je ne sçay pourquoy je bâille en la lisant.
 
Ce mot vient de balare, qui a été dit par onomatopée du cri des brebis. Menage.
 
BÂILLER, signifie aussi, S'entrouvrir, qui se dit des ouvertures ou crevasses qui se font dans les murs, ou bastiments. Il est moins en usage, que son composé Entrebâiller.
Vidéos Gargouille, par Alain Rey Gargouille, par Alain Rey

Le –gouille du mot gargouille est une variante du terme goule, qui signifie « gueule ». Découvrez l’histoire du mot gargouille avec Alain Rey.

Alain Rey 15/09/2020