bassinoire

 

définitions

bassinoire ​​​ nom féminin

anciennement Bassin emmanché à couvercle percé, dans lequel on met de la braise et qu'on promène dans un lit pour le chauffer.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Si je m'étais laissé faire, j'aurais eu le nécessaire complet, avec la bassinoire d'argent et le service d'argenterie.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Nodier suivait la bassinoire, et tout était dit.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Je la regardais, chauffant mon lit avec une merveilleuse bassinoire de cuivre très ancienne, brillante comme un soleil.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Je ne touche jamais cette respectable bassinoire sans qu'elle me rappelle un de ces jours d'orgueil et d'ivresse qui comptent dans la vie des enfants.George Sand (1804-1876)
Contre le mur en face, une bassinoire dominait deux chenets et une plaque de foyer, qui représentait un moine caressant une bergère.Gustave Flaubert (1821-1880)
Bassin ayant un couvercle percé de plusieurs trous, et servant à chauffer le lit ; dites, bassinoire.Guy-Marie Deplace (1772-1843)
Attends-moi, je vais te chercher de beaux draps blancs et une bassinoire ; je chaufferai ton lit, et cette vilaine fièvre, nous la chasserons.Édouard Laboulaye (1811-1883)
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BASSINOIRE » s. f.

Utencile de chambre fait de cuivre ou d'argent qui sert à chauffer un lit, qui est une espece de poësle où on met du feu, qui a un couvercle à jour.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020