colorer

définitions

colorer ​​​ verbe transitif

Revêtir de couleur, donner une teinte à. ➙ teindre, teinter. Colorer qqch. en rouge (rougir).
au figuré Donner un aspect particulier à. —  pronominal Son étonnement se colorait d'inquiétude. ➙ se teinter.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je colore

tu colores

il colore / elle colore

nous colorons

vous colorez

ils colorent / elles colorent

imparfait

je colorais

tu colorais

il colorait / elle colorait

nous colorions

vous coloriez

ils coloraient / elles coloraient

passé simple

je colorai

tu coloras

il colora / elle colora

nous colorâmes

vous colorâtes

ils colorèrent / elles colorèrent

futur simple

je colorerai

tu coloreras

il colorera / elle colorera

nous colorerons

vous colorerez

ils coloreront / elles coloreront

synonymes

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
L'aimable rougeur vint colorer son visage, et son modeste embarras m'apprit assez que son cœur avait palpité d'amour et non de crainte.Pierre Choderlos de Laclos (1741-1803)
Une teinte rose vint colorer sa joue, et sa bouche s'entr'ouvrit comme pour murmurer de caressantes paroles...Paul Féval (1816-1887)
Il ne saurait y avoir davantage d'illusion d'optique, pour colorer d'un vague prétexte de vraisemblance, une pareille infraction aux lois jusqu'alors immuables de la gravitation.Louis Boussenard (1847-1910)
Je les crayonnai aussitôt avec du pastel, désirant colorer l'arc-en-ciel qui ornait ces belles chutes d'eaux.Élisabeth Vigée-Lebrun (1755-1842)
Je l'avais préparée, avant qu'il fût venu, et je ne manquai point de prétextes pour colorer la nécessité où j'étais d'écrire.Abbé Prévost (1697-1763)
Non pour nier le fait, il était là, mais pour le colorer de quelque excuse...Victor Margueritte (1866-1942)
Il leva les yeux cependant ; et lorsqu'il la vit devant lui, une rougeur occasionnée par la honte vint colorer son joli visage.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Ta lettre, qu'on m'avais remise au retour, m'a servi à colorer d'un prétexte vraisemblable mon départ improvisé.Octave Feuillet (1821-1890)
J'ai cherché vainement de quelle apparence d'utilité, on pouvait colorer l'injustice du préjugé que je combats ; mais je suis moins embarrassé à découvrir les maux innombrables qu'il traîne après lui.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
J'ai déjà fait part à mes lecteurs, au commencement de ce traité, de l'impossibilité de colorer les vins de raisins secs en rouge avec leurs propres moyens.Joseph Audibert (1854-1921)
On employa, pour colorer le refus de cette dernière proposition, un argument tout à fait mensonger.Adolphe Thiers (1797-1877)
S'il vous plaît, je ne m'en tiendrais pas au lait : je tâcherais de lui faire avaler de la garance, pour le colorer en rouge des pieds à la tête.Anatole France (1844-1924)
Nous avons réussi seulement à colorer ces raisons basses et naturelles par les idées d'honneur que nous y répandons sans beaucoup d'exactitude.Anatole France (1844-1924)
Son cœur novice sourit à ma flamme : aux premiers aveux qui me furent dictés par la passion, je vis son front se colorer d'une aimable pudeur.Edmond About (1828-1885)
Et que de mains industrieuses employées à diviser ces feuilles, à les peser, à les couper, à les colorer, à les réduire, à les emballer !Léon Gozlan (1803-1866)
C'est, en effet, le propre de certains hommes de savoir colorer leurs actes, quelque injustes qu'ils soient, par un certain vernis qui leur donne l'apparence des convenances ou de l'équité.Joseph de Bonnefoux (1782-1855)
J'ai cherché vainement de quelle apparence d'utilité on pouvait colorer l'injustice du préjugé que je combats ; mais je suis moins embarrassé à découvrir les maux innombrables qu'il traîne après lui.Maximilien de Robespierre (1758-1794)
La calomnie n'est du moins pas absurde : elle cherche un peu de vraisemblance pour colorer ses noirceurs.Jean-François Marmontel (1723-1799)
Donc le géographe a sciemment empiré la situation, pour colorer d'un prétexte humanitaire son ultimatum de voyageur égoïste autant qu'exigeant.Louis Boussenard (1847-1910)
Je les crayonnai aussitôt avec du pastel, désirant colorer l'arc-en-ciel qui ornait ces belles chutes d'eau.Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COLORER » verb. act.

Donner de la couleur. Le Soleil commençoit à colorer le sommet des montagnes. Le rost commence à se colorer. Les Taverniers sçavent bien colorer leur vin.
 
COLORER, se dit figurément en choses morales. Il n'y a point de si méchante action, qu'un flatteur, qu'un Sophiste ne sache colorer.
 
COLORÉ, ÉE. part. & adj. Apparent. Il faut avoir un titre coloré pour se mettre en possession d'un Benefice ; autrement il y a intrusion.
Le mot du jour Juste énorme ! Ce « juste » est-il juste ? Juste énorme ! Ce « juste » est-il juste ?

Pierre Brochant : Il s'appelle Juste Leblanc.
François Pignon : Ah bon, il a pas de prénom ?
Pierre Brochant : Je viens de vous le dire : Juste...

Maria Candea 20/05/2021