débonnaire

 

définitions

débonnaire ​​​ adjectif

D'une bonté extrême, un peu faible. —  Air débonnaire. ➙ bonasse, inoffensif.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Mais un gros homme de trente-huit ans, rasé, la figure ronde, parut avec un sourire débonnaire.Émile Zola (1840-1902)
Elle essaya de le rassurer en attachant sur lui un regard débonnaire, accompagné d'un indéfinissable sourire.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Tout à coup cependant, ce débonnaire animal (c'est le chien que nous voulons dire), se mit à dresser les oreilles et à japper de toute sa force.Éliphas Lévi (1810-1875)
Mais les larmes de sa femme l'avaient endurci ; il soupçonna une malice en la vicieuse et cruelle fille, si peu débonnaire.Camille Lemonnier (1844-1913)
Secundo devoirs envers les autres, c'est-à-dire être toujours loyal, débonnaire, et même fraternel, le genre humain n'étant qu'une seule famille.Gustave Flaubert (1821-1880)
Cet autre brassait des affaires de trahison, par milliers, avec un sourire débonnaire, se nourrissant de mets exquis, buvant les plus fines liqueurs.Gabriel-Tristan Franconi (1887-1918)
C'était un petit homme replet, à chevelure roussâtre, dont les exubérants anneaux encadraient un visage souriant et d'expression débonnaire.Paul Féval (1816-1887)
Partial et débonnaire, cet empereur recourt pour défendre l'orthodoxie aux subtilités du raisonnement et à l'ironie philosophique.Anatole France (1844-1924)
Trente ans après, le héros débonnaire était devenu un despote sanguinaire qui, après avoir usurpé le pouvoir et la liberté, fit périr trois millions d'hommes uniquement pour satisfaire son ambition.Gustave Le Bon (1841-1931)
Cette fois, il estima que le temps était enfin venu de se montrer moins débonnaire et d'exiger plus de politesse.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Lui, le lord débonnaire qui répugne à voir périr un insecte, il sera entraîné par sa femme, d'excitation en excitation, sur une pente tragique.Jean Marie Dargaud (1800-1866)
Ne te montre ni toujours rigoureux, ni toujours débonnaire, et tiens le milieu entre ces deux extrêmes : c'est là qu'est la sagesse.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Rodolphe, qui avait conduit cette fatalité, le trouva bien débonnaire pour un homme dans sa situation, comique même, et un peu vil.Gustave Flaubert (1821-1880)
Il n'était pas permis, au théâtre de la cour, d'avoir les caprices auxquels le souverain débonnaire de nos jours, le bon public, sait se ranger si patiemment.George Sand (1804-1876)
Elle ne pouvait avoir pour moi, homme simple, débonnaire et timide, l'enthousiasme qui brûlait son imagination.George Sand (1804-1876)
Sans doute, il restait sur le qui-vive ; mais la fille était assez rouée pour dépister sa vigilance bougonne, vague et débonnaire, et pour empêcher ses soupçons de se préciser.Jules Lemaître (1853-1914)
La critique, si débonnaire pour les auteurs arrivés, se montre tout d'un coup enragée contre certains débutants.Émile Zola (1840-1902)
Si je vous parais exigeant, c'est que vous ne considérez que le travail que j'ai accompli ; mais considérez aussi celui que je vous épargne, et vous me trouverez débonnaire.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Seuls, le regard assuré, la démarche altière, les moustaches toutes militaires, lui donnaient une apparence martiale qui contrastait avec son caractère doux, presque débonnaire.Antoine-François Marmontel (1816-1898)
Naturellement flâneur et débonnaire, il ne s'ennuyait d'aucune plainte et ne s'impatientait contre aucun bavardage de pauvre commère.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEBONNAIRE » adj. m. & f.

Doux, gracieux, clement. Louïs le Debonnaire ou le Pieux, Roy de France, étoit fils de Charlemagne. St. Louïs étoit un Prince debonnaire. Il n'est plus gueres en usage en bonne part, suivant ce qu'a dit Balsac : Ils ont nommé le debonnaire, celuy qu'ils n'ont osé nommer le sot. Pasquier aprés Henry Estienne dit que ce mot est composé de ces trois mots, de bonne aire. Mais Menage, à cause que cette signification est trop éloignée, tient qu'il vient de bonus & bonarius.
Déjouez les pièges ! « On est raisonnable » ou « raisonnables » ? « On est raisonnable » ou « raisonnables » ?

Vous hésitez souvent sur l'accord de l'adjectif qualificatif avec on ? Suivez le guide !

17/07/2020