dorer

 

définitions

dorer ​​​ verbe transitif

Revêtir (qqch.) d'une mince couche d'or. Dorer la tranche d'un livre.
locution Dorer la pilule à qqn, lui faire accepter une chose désagréable au moyen de paroles aimables, flatteuses. ➙ tromper.
Donner une teinte dorée à. Dorer un gâteau.
pronominal Se dorer au soleil. —  locution, familier Se (faire) dorer la pilule. ➙ bronzer.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je dore

tu dores

il dore / elle dore

nous dorons

vous dorez

ils dorent / elles dorent

imparfait

je dorais

tu dorais

il dorait / elle dorait

nous dorions

vous doriez

ils doraient / elles doraient

passé simple

je dorai

tu doras

il dora / elle dora

nous dorâmes

vous dorâtes

ils dorèrent / elles dorèrent

futur simple

je dorerai

tu doreras

il dorera / elle dorera

nous dorerons

vous dorerez

ils doreront / elles doreront

 

synonymes

dorer

verbe transitif

cuivrer, bronzer

verbe intransitif

bronzer, griller, rôtir (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle glissa, tomba, et resta étendue sur le tapis de sa chambre, tandis qu'au dehors un pâle soleil de février commençait à dorer les arbres du parc.Daniel Lesueur (1854-1921)
Ces edel-heers ont la prérogative de faire dorer en plein leurs voitures, devant lesquelles ils ont deux coureurs, tandis que les particuliers n'en peuvent avoir qu'un.Louis-Antoine de Bougainville (1729-1811)
Qui peindrait cette figure si mobile et si animée, brusquement éclairée par un rayon qui semblait la dorer, et la faisait resplendir sur le fond noir et sombre du feuillage ?Eugène Sue (1804-1857)
Il revenait aujourd'hui partager ses épargnes avec son père, et dorer ses vieux jours de l'aurea mediocritas du poète.Narcisse-Henri-Édouard Faucher de Saint-Maurice (1844-1897)
Le diable ordonne à celui-ci de donner de l'or qui vienne de ses parents, parce que avec l'or du diable on ne peut dorer les saints.Paul Sébillot (1843-1918)
Ils auront de l'eau pour arroser leurs vignes et du soleil pour en dorer les grappes.Émile Zola (1840-1902)
Dorer au bassin, c'est faire cette opération sur le bâtissage qui s'exécute quelquefois sur une plaque légèrement chauffée, qu'on nomme bassin.Jean-Sébastien-Eugène Julia de Fontenelle (1780-1842)
On sait que, pour dorer, on dissout l'or dans l'eau régale, puis on le précipite avec du sulfate de fer.Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont (1774-1852)
Ensuite, il fait mieux que de dorer la pilule, il la cache, et nous insinue l'exercice sans le nommer.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Si vous aviez vu cette lumière vacillante courir et jouer sur ces corps, tant souples, tant gracieux, qu'elle semblait dorer....Eugène Sue (1804-1857)
Il vit le soleil se lever sur l'immense plaine, dorer les jaunes découvertes, démasquer la vieille cité parmi les brumes et les fumées.Marcel Prévost (1862-1941)
La provision de poudre avait juste suffi à dorer l'eau des lettres et de la rature.Raymon Roussel (1877-1933)
Il ne leur en faut pas beaucoup, et quelques simples mensonges suffisent à dorer des millions d'existences.Anatole France (1844-1924)
Nous errons sur les pavés de la rue, le long du crépuscule, qui commence à se dorer d'illuminations – dans les villes, la nuit se pare de bijoux.Henri Barbusse (1873-1935)
Le ton local est gris, d'un gris sourd que la vive lumière du matin parvenait à peine à dorer.Eugène Fromentin (1820-1876)
Tu m'as toujours semblé fine comme l'or à dorer du plomb, et tu es faite pour être l'amour d'un grand seigneur.Honoré de Balzac (1799-1850)
Loin de chercher, par une insistance toujours grossière, à cueillir un bonheur encore vert, il laissa la moisson à l'avenir ; l'espérance était assez riche pour dorer le présent.Charles de Bernard (1804-1850)
Les recommandations concernant le soi-disant respect des droits des travailleurs visent à dorer la pilule et à étouffer les réactions des travailleurs.Europarl
De loin, on dirait une immense moisson qui ne veut pas mûrir et qui se flétrit sans se dorer.Eugène Fromentin (1820-1876)
Enfin, lorsque le premier rayon du soleil vint dorer les plus hautes branches, elle s'arrêta au milieu de la terrasse et parut regarder attentivement la façade de la maison.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DORER » v. act.

Estendre, appliquer de l'or en feuilles ou moulu sur quelque corps. On dore des tabernacles, des chapelles, des platfonds. On dore les calices d'argent par le dedans. On a deffendu de dorer les carrosses. On dore les Livres à petits fers. On dore à colle & à huile, avec des feuilles d'or, avec de l'or moulu & amalgamé avec du Mercure. Le fer & le cuivre se dorent au feu. Pline asseure que dans Rome on n'a commencé à dorer les planchers qu'aprés la ruine de Carthage, & que les premiers lambris qui furent dorez furent ceux du Capitole.
 
Dorer à petit fer, se dit quand on fait des armes ou compartimens avec plusieurs fers qui se rapportent les uns aux autres, comme font les Doreurs, les Gainiers, &c.
 
On dit figurément & poëtiquement, que le Soleil dore les montagnes, lors qu'il commence à les éclairer, qu'il les rend jaunes par sa lumiere : que les espics se dorent, quand ils meurissent, aussi-bien que les citrons & d'autres fruits.
 
DORER, signifie aussi, Desguiser, adoucir l'amertume de quelque chose. Quand on apporte aux Grands quelque mauvaise nouvelle, il faut un peu la dorer, l'adoucir.
 
En termes de Marine on dit aussi dorer, pour dire, Espalmer, donner le suif à un vaisseau, luy donner le flore.
 
DORER, se dit proverbialement en ces phrases. Dorer la pilule, c'est, Faire paroistre une chose plus belle qu'elle n'est, faire avaler quelque amertume, quelque chose de fascheux, en l'adoucissant par de belles paroles. On dit qu'un homme est fin à dorer, pour dire, qu'il est extremement fin & adroit : faisant allusion à l'or, qui doit estre bien fin pour estre propre à dorer. On dit aussi, A vieille mule frein doré, pour dire, qu'il faut parer sa marchandise pour s'en deffaire. On le dit aussi des vieilles qui se parent. On dit encore, que des gens sont bien dorez, qu'ils sont dorez comme des calices, pour dire, qu'ils sont braves, qu'ils ont bien de la dorure & de la broderie sur leurs habits. On dit aussi, que bonne renommée vaut mieux que ceinture dorée, pour dire, qu'il vaut mieux avoir la reputation d'estre femme de bien, que d'en avoir la marque, qui étoit autrefois une ceinture dorée.
 
DORÉ, ÉE. part. & adj. On dit de l'argent doré, du cuivre doré, du vermeil doré, du cuir doré, du papier doré, qui se dore sur tranche, sur la couppe, quand il est encore dans la presse du Relieur.
 
DORÉ, se dit aussi de ce qui imite l'or, d'un jaune brillant. Il y a une nuance que les Tapissiers appellent du mors doré. On appelle le beau blond qui n'est point fade, un blond doré. Les Fleuristes ont une sorte de fileria qu'ils appellent doré, & du pourpier doré, parce qu'ils ont quelques feuilles qui tirent sur le jaune.
 
On appelle aussi, souppe dorée, celle qui a une couleur jaune, qu'on dore avec du saffran : une piece de pâtisserie dorée, quand elle est enduite d'une composition d'oeufs & de beure.
 
DORÉ, se dit aussi en parlant des choses qu'on estime. Les vers dorez de Pythagore. Les Epistres dorées de Guevare. Le Livre doré de Marc Aurele. La Legende dorée des Saints, celle des Mendiants. La Legende dorée de Jacques de Voragine. On couronne Cerés d'espics dorez, de bleds murs & prests à moissonner.
Le mot du jour Touché ! Touché !

Contact, tact, tactile, toucher : ces mots viennent du latin tangere, « toucher ». C’est ce contact qui est au cœur de nos pratiques sociales : la poignée de main, la bise, l’accolade, le câlin.

Aurore Vincenti 05/05/2020