édit

définitions

édit ​​​ nom masculin

Acte législatif émanant des anciens rois de France. L'édit de Nantes.
Règlement publié par un magistrat romain. —  Constitution impériale, à Rome. L'édit de Dioclétien (contre les chrétiens).

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Édit portant établissement d'une marque sur le papier et parchemin pour valider tous les actes qui s'expédient dans le royaume (papier timbré).Pierre Clément (1809-1870)
On ne voulut même pas que les ministres, ayant reçu permission de sortir avant l'édit de révocation, et non encore sortis, pussent vendre leurs biens...Charles Alfred de Janzé (1822-1892)
En la cour du château, la cour de parlement, en robe rouge, lui demande pardon du refus qu'ils avoient fait à la vérification de son édit sur les revenus ecclésiastiques.Jean Héroard (1551-1628)
Là, où ils auront été soufferts, ajoute l'édit, l'exercice sera interdit et le temple sera démoli.Charles Alfred de Janzé (1822-1892)
Les édits réformateurs de l'ordre judiciaire furent conçus dans le même esprit que cet édit du 5 juillet sur la réforme de l'ordre administratif.François Guizot (1787-1874)
Il parut en mai 1749 un édit qui établissait un impôt d'un vingtième, et qui affectait cet impôt à la fondation d'une caisse d'amortissement pour l'extinction de la dette publique.François Guizot (1787-1874)
Les conférences eurent pour objet l'édit de janvier, que la reine offroit de rétablir en le modifiant, tandis que le prince s'obstinoit à en demander l'entière exécution.Jacques Bins de Saint-Victor (1772-1858)
Pour la première fois, par cet édit, des règles fixes et invariables étaient établies pour l'instruction et le jugement des causes criminelles.François Guizot (1787-1874)
L'enthousiasme était grand dans les villes et l'empereur fut obligé d'interdire par édit les applaudissements qui accueillaient son entrée dans les temples.Anatole France (1844-1924)
Un édit municipal, souvent renouvelé, interdisait les premiers, « de peur qu'ils n'effondrassent les canaux et gouttes souterrains » creusés, vers 1450, pour l'assainissement de la ville.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Si, même alors, on ne pouvait en venir à un jugement définitif, chaque parti rentrerait en possession de tous les droits qu'il avait exercés avant que parût l'édit de restitution.Friedrich von Schiller (1759-1805), traduction Adolphe Regnier (1804-1884)
Cet avis fut donc la base d'un édit qu'il rendit au mois de mars de l'année suivante, peu de jours avant le terme fatal fixé par le parlement.Jacques Bins de Saint-Victor (1772-1858)
Le parlement n'enregistra l'édit, et encore avec des restrictions, qu'après la quatrième lettre de jussion.Charles-Henry-Joseph de Batz-Trenquelléon (1835-1914)
Il n'y a pas en effet d'édit, de déclaration du roi, de lettres patentes solennellement enregistrées qui ne souffrent mille tempéraments dans la pratique.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Le parlement étoit déjà trop puissant pour qu'un pareil édit ruinât ses espérances et son ambition.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Les châtellenies furent appelées à la direction du plat pays par l'édit du 15 mars 1720.Joseph Kervyn de Lettenhove (1817-1891)
Il avait obtenu l'assentiment de tous les souverains pour l'édit solennel qui, sous le nom de pragmatique sanction, avait réglé ce grand héritage.Émile Vincens (1764-1850)
Enfin, le même édit laissait aux archevêques et aux évêques la faculté d'établir dans leurs diocèses autant de séminaires qu'ils le trouveraient à propos.Pierre Clément (1809-1870)
Il revit avec eux l'édit qu'ils en avaient dressé, tout hérissé de foudre contre les délinquants.Hippolyte Taine (1828-1893)
En effet, l'édit de création du conseil en décrétant la nomination annuelle des membres, gardait le silence sur ce fonctionnaire.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ÉDIT » s. m.

Lettres de Chancelerie que le Roy signe & foit sceller pour servir de loy à ses sujets. Les Édits contiennent quelquefois des loix & des reglements, comme l'Édit de Melun des secondes nopces, l'Édit des duels, du reglement des monnoyes ; quelquefois des creations d'offices, des établissements de droits, des creations de rentes, comme la plus-part de ceux qu'on appelle Édits bursaux ; quelquefois des articles de pacification, comme l'Édit de Nantes. Les Édits & Declarations du Roy se verifient dans les Compagnies Souveraines, & s'executent par provision. Les Édits se scellent en cire verte. Les Édits n'ont point de datte du jour, mais seulement du mois où ils ont été donnez. Les Édits portent toûjours la qualité de perpetuels & irrevocables. Le Droit Romain fait souvent mention de l'Édit du Preteur.
 
On appelle Chambre de l'Édit, celle qui a été établie en vertu des Édits de pacification avec ceux de la Religion pretenduë Reformée. C'estoit une Chambre mi-partie, où il y avoit des Conseillers de l'une & de l'autre Religion pour juger les causes des Religionaires. Elles sont maintenant supprimées.
Les mots de l’époque Candidater, présentiel, distanciel... Comment savoir si des mots sont vraiment des anglicismes ? Candidater, présentiel, distanciel... Comment savoir si des mots sont vraiment des anglicismes ?

L’accusation d’anglicisme est l’épouvantail favori que dressent les puristes de la langue française contre les innovations linguistiques qui leur déplaisent.

Florent Moncomble 09/04/2021