gras-double

 

définitions

gras-double ​​​ nom masculin

Membrane comestible de l'estomac du bœuf. Des gras-doubles à la lyonnaise.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
En rôdant, je vois un gros homme qui entre, et une minute après, la portière au gras-double qui sort.Jules Vallès (1832-1885)
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « GRAS DOUBLE » subst. masc.

Espece de trippe que vendent les trippieres : c'est le second des quatre ventricules du boeuf, ou des autres animaux qui ruminent. Les Medecins l'appellent le livre ; les Bouchers le psautier, ou le meslier. Leur premier ventricule est la panse qui reçoit d'abord l'herbe ou le foin, & où se fait la premiere digestion ; puis l'aliment remonte par une ligne spirale pour estre remasché une seconde fois, ce qu'on appelle ruminer ; ensuitte il redescend par une autre ligne spirale dans ce livre & dans le bonnet, qui sont le second & le troisiéme ventricule où se fait la seconde digestion ; & de là il tombe dans la caillette, où se fait le chile, & qui descharge dans les boyaux les excrements. On l'appelle livre ou psautier, parce qu'il a en effet plusieurs feuillets comme un livre, dans lesquels on trouve les aliments demi digerez.
 
On dit, qu'un homme est chargé de gras double, quand il a le ventre si gros, qu'il s'y fait comme des feuillets sur la peau qui semble se redoubler.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020