haussement

 

définitions

haussement ​​​ nom masculin

Haussement d'épaules : mouvement (➙ hausser) que l'on fait en signe de dédain, d'irritation, de résignation, d'indifférence.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Saccard ignorait qu'elle fût là ; et d'un haussement d'épaules, il voulut dire son indifférence ; mais l'autre ricanait, refusait de croire à ce désintéressement.Émile Zola (1840-1902)
Mais c'est comme si le cri de la révolte, douloureux et rare, faisait place à un ricanement facile et général, à un simple haussement d'épaules.Georges Darien (1862-1921)
Il voulut répondre, puis il eut un haussement d'épaules désespéré : à quoi bon donner des explications, qu'elle ne comprendrait pas, dans sa douleur ?Émile Zola (1840-1902)
La colère le prenait à son tour, un juron jeté dans le vide, un terrible haussement d'épaules, comme pour se débarrasser de cette préoccupation imbécile.Émile Zola (1840-1902)
D'habitude on passe sans regarder devant ces choses, qui de nos jours sont tombées au-dessous du sourire et du haussement d'épaules.Pierre Loti (1850-1923)
Son compagnon, une maigre silhouette de fourbu, regardait cette scène, les lèvres closes, avec une physionomie dénigrante, un vague haussement d'épaules.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Et le mot fut dit sur le ton net d'une constatation d'évidence, avec le léger haussement d'épaules qui est le geste du : à quoi pensez-vous donc ?Émile Bergerat (1845-1923)
Ursus eut cette pantomime composée d'un haussement d'épaules, des deux coudes aux hanches avec les mains écartées, et des sourcils froncés en chevrons, laquelle signifie : soumission à l'inconnu.Victor Hugo (1802-1885)
Puis, la voyant trop grave, toute droite et pudique, une chose aiguë lui piquait la chair, il avait un haussement inquiet des omoplates.Joseph Henri Rosny (1856-1940)
Lahonce s'approcha de la table, puis, ayant déchiffré l'adresse de l'enveloppe, il esquissa un haussement d'épaules.Fernand Vandérem (1864-1939)
Farenheit eut un haussement d'épaules formidable et, se saisissant du gobelet que lui tendait l'ingénieur, en fit lestement disparaître le contenu dans son gosier.Henry de Graffigny (1863-1934) et Georges Le Faure (1856-1953)
Puis il songea à son père, il eut un haussement d'épaules plein d'une méprisante pitié.Émile Zola (1840-1902)
Et pas même un haussement d'épaules, et quant à se fâcher contre les lois éternelles, nous sommes bien trop spirituels, – et puis nous avons le sentiment des convenances.Remy de Gourmont (1858-1915)
Ils n'imaginent pas, ceux-ci, en échange de leur haussement d'épaules, tout le dédain que je leur offre.Pierre Loti (1850-1923)
Elle eut un imperceptible haussement d'épaules, les yeux vagues, allant de la cuisine au jardin et du jardin à la salle à manger.Émile Zola (1840-1902)
L'actrice tourna la tête, eut un haussement d'épaules, puis continua à chantonner son rôle, virant et voltant sur la scène.Victor Tissot (1845-1917)
Comme cette exclamation fut douce au poète, grâce au pli triste du sourire et au coquet haussement d'épaules qui l'accompagnait !Paul Bourget (1852-1935)
Mon oncle expliquait la présence de toutes ces jolies choses par un haussement d'épaules et un geste d'indifférence.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Puis, elle eut un joli haussement d'épaules, comme pour dire qu'elle en avait mangé d'autres.Émile Zola (1840-1902)
Mais il eut comme un imperceptible haussement d'épaules, et acheva son dîner sans prononcer une parole.Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « HAUSSEMENT » s. m.

Elevation de quelque chose. Le haussement de ce mur voisin a osté toute la veuë de cette maison. On dit aussi, le haussement de la voix, de la parole.
Le français des régions Boujou Boujou

Boujou, mon bijou ! Dans les parlers normands, on trouve le mot boujou, forme dialectale équivalente au français commun « bonjour », qui s’emploie pour saluer quelqu’un que l’on rencontre ou dont on prend congé : « Boujou de Normandie ! »

27/10/2020