manche

 

définitions

manche ​​​ nom féminin

Partie du vêtement qui entoure le bras. Manches longues ; manches courtes. Un vêtement sans manches. —  locution Relever, retrousser ses manches ; au figuré se mettre au travail avec ardeur. —  familier C'est une autre paire de manches, c'est tout à fait différent ; c'est plus difficile.
Chacune des parties liées d'un jeu. La seconde manche. ➙ revanche.
Technique Tuyau souple qui sert à conduire un fluide. Manche à incendie.
Manche à air : conduit pour aérer l'entrepont et la cale d'un navire. —  Tube en toile pour indiquer la direction du vent.

manche ​​​ nom masculin

Partie allongée (d'un outil, d'un instrument) par laquelle on le tient. Le manche d'une pelle. Manche de couteau, de cuillère. —  Manche à balai ; locution commande manuelle des gouvernails d'un avion. —  (situation, affaire) Branler dans le manche : marcher mal.
Partie par laquelle on tient un gigot, une épaule, pour découper la viande ; os (de gigot, de côtelette).
Partie (d'un instrument de musique), le long de laquelle sont tendues les cordes. Manche de violon.

manche ​​​ nom masculin

Maladroit, incapable. Il se débrouille comme un manche.

manche ​​​ nom féminin

locution, familier Faire la manche : faire la quête, mendier. Faire la manche dans le métro.
 

synonymes

manche nom féminin

[jeu, sport] partie, [Tennis, Volley, etc.] set

manche nom masculin

hampe, bâton, bois

queue

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je dégringole nu-pieds et me jette sur l'épais veston de velours, que j'arrache facilement, mais qui, complètement brûlé dans le dos, se partage en deux, une manche par-ci, l'autre par-là.Judith Gautier (1845-1917)
Il m'interrompit d'un coup sec de son couteau à papier dont il frappa ma manche.Paul Féval (1816-1887)
Vers le centre de la face sont insérés deux organes linéaires, coudés, très mobiles, les antennes, rappelant assez bien, par leur forme générale, un fouet avec son manche (c).Jean Pérez (1833-1914)
L'homme se dressa debout, et dit en époussetant avec des chiquenaudes sa manche râpée où il y avait de la poussière.Victor Hugo (1802-1885)
Au fond, le résumé de la réforme est : on rémunère la faucille et même le manche.Europarl
Ceux dont je me sers, et que je conseillerai à mes lecteurs, se compose d'un manche en bois ou en fer de 1 m.Joseph Audibert (1854-1921)
Tout contre, il y avait deux grands seaux et deux gros maillets, des plus gros qu'on puisse voir, tout cela aussi d'or massif jusqu'au manche.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Il n'existe donc pas de panacée ; l'essentiel, c'est que les trois niveaux européen, national et régional tirent du même côté du manche.Europarl
Toutes ces mesures, trop volontaristes au goût de certains à droite, ont bien entendu été balayées d'un revers de manche.Europarl
Il avait retiré son habit vert, qui ne tenait plus que par une manche à ses épaules.Paul Adam (1862-1920)
Un de mes doigts, passé par l'ouverture de sa manche caressait la peau extrêmement douce du bras frais.René Boylesve (1867-1926)
Je suis gentilhomme ; & par la double-triple manche de serpe, nous sommes tous gentilshommes en notre pays.François Béroalde de Verville (1556-1626)
La nuit était avancée ; je me sens tirer par ma manche, c'était un portefaix ; il voulait se charger de mes ballots.Jacques Cazotte (1719-1792)
Un sabre de cavalerie traînait à sa ceinture, et il tenait à la main un fouet à manche court.Jules Verne (1828-1905)
J'ai beau pousser sur le manche, ils l'auront ramenée à terre avant que nous ayons pu arriver à bonne portée ; leurs mitrailleuses se mettent de la partie.Marcel Nadaud (1889-?)
Et une main tenait le manche, dont les cinq doigts se terminaient par des têtes hurlantes.Romain Rolland (1866-1944)
Il vida prestement son verre, et continua, après s'être essuyé la bouche au revers de sa manche ; et s'adressant à son compagnon basanné...Eugène Sue (1804-1857)
Garde, manche du couteau, demi-anneau d'attache, pommeau de la poignée en fer incrusté de petits émaux cloisonnés.Edmond de Goncourt (1822-1896)
Je ne peux imposer à personne une obligation que j'aurais pour ainsi dire tirée de ma manche.Europarl
D'une main elle s'évente, et l'autre, retournée derrière sa tête, disparaît dans l'ampleur d'une manche retombante.Edmond de Goncourt (1822-1896)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MANCHE » subst. fem.

Partie d'un habillement qui couvre les bras en tout, ou en partie. Les manches d'une soustane vont jusqu'au poignet. Les manches d'ange que portent les femmes, ne passent gueres le coude. Les manches d'une casaque, d'un manteau à manches, d'une brangdebourg sont si longues, qu'on les rendouble. Ce pourpoint est chamarré sur les manches. Cette robbe est ouverte par les manches. Les Espagnols portent des manches pendantes attachées au dos de leur pourpoint. Les Pages de la Chambre en portent aussi. Ce mot vient du Latin manica.
 
On appelle des fausses manches, de grands poignets qui servent au lieu de manches de chemises fines, & dont on change pour la propreté ; ou de doubles manches de ratine, & doüate, qui sont postiches, pour tenir plus chaudement les bras. Garde-manches, sont des fourreaux qu'on met sur les manches pour les conserver. Des tours de manches sont des garnitures de dentelles ou de rubans qu'on met entre le bout de la manche & la manchette. On appelle des bouts de manches, de petites manchettes qui sont cousues au bout des manches du pourpoint des Ecclesiastiques, ou des gens qui portent le grand deuil.
 
On appelle Cordeliers à la grande manche, des Cordeliers qui ont en effet des manches fort larges, & qui different des autres, en ce qu'ils sont rentez. Il n'y en a guerre qu'en Provence & qu'en Italie.
 
On appelle chez le Roy, Gardes de la manche, les Gardes qui marchent toûjours au costé de sa personne, & qui sont armez de pertuisanes.
 
En terme de Blason, on appelle manche maltalée ou maltaillée, des representations de manches de differentes figures qui se trouvent sur les Escus, & qu'on dessigne tantost d'une facon, & tantost d'une autre. Ces manches ont degeneré en manipules à l'occasion de Charles de Villers Evêque de Beauvais, qui sur son tombeau a un manipule d'hermines, quoy que dans ses Armoiries il eût une manche en forme de mouchoir plissé. Il est mort en 1535.
 
En termes de Guerre, on appelle manche d'un bataillon, les ailes du bataillon qui sont composées de mousquetaires ; & on appelle la manche de main droite, & la manche de main gauche. On les divise en demi manches, & quarts de manches ; ce qui facilite l'ordre pour defiler. C'estoit autrefois un petit Corps de Mousquetaires qu'on mettoit a chacun des angles d'un bataillon.
 
On appelle l'espace de mer qui est entre la France & l'Angleterre depuis qu'on a passé la Bretagne jusqu'à Calais, la Manche. On appelle encore ainsi les autres destroits qui sont entre deux terres ; & si on ne peut monter qu'en pleine mer, on l'appelle barré. Dom Quichot a rendu fameux le surnom qu'il a prix de la Manche.
 
MANCHE. se dit aussi dans les Vaisseaux, d'un tuyau de cuir qui sert à vuider les liqueurs d'un tonneau dans un autre, dont on se sert en plusieurs occasions.

Définition de « MANCHE » subst. masc.

Ce qui sert à prendre, à manier, ou à se servir de quelque chose. Le manche d'une esclanche, d'une espaule de mouton, de veau. Le manche d'un ballay, d'un houssoir. Le manche d'une pelle, d'un marteau, d'une coignée, d'une faux. Les Turcs font les manches de leurs couteaux, de leurs cimeterres, de Jade, d'Agathe, &c. Ce mot est derivé du Latin manubrium. On disoit aussi autrefois mange, ou plustost ce mot vient de ce qu'on le manie avec la main.
 
On appelle manche de la charruë, la partie que tient le laboureur, & qui sert à la gouverner. Le Seigneur dit que quand on a mis, la main au manche de la charruë, il ne faut point regarder derriere, pour dire, que quand on veut travailler à son salut, il ne faut point tourner la veuë vers le monde.
 
MANCHE, se dit aussi de la partie des instruments de Musique où sont les touches qui font varier les tons. Il s'estend jusqu'au lieu où sont attachées les chevilles qui bandent les cordes. Le manche d'un luth a neuf touches ou divisions, qui sont marquées avec des cordes de Boyau. Le moyen de faire entendre la musique à un sourd, c'est de luy faire mordre le manche de l'instrument dont on jouë.
 
Il y a de certains oiseaux que les Pilotes appellent manches de velours, qu'on trouve vers le Cap de Bonne Esperance, qui ont les bouts des ailes noirs, & le reste du corps blanc, qui vont par bande flottant sur l'eau, & qui se nourrissent de poissons.
 
MANCHE, se dit proverbialement en ces phrases au premier sens. On dit qu'un homme à la conscience large comme la manche d'un Cordelier, pour dire, qu'il n'est point scrupuleux. On dit aussi, qu'un homme mettroit volontiers un autre dans sa manche, pour dire, qu'il voudroit l'asservir, l'assujettir à tout ce qu'il lui plairoit. On dit aussi, qu'un homme tient un arrêt dans sa manche, pour dire, qu'il en est seur, qu'il a les Juges dans sa manche, pour dire, qu'il les gouverne, qu'il dispose de leurs suffrages. On dit aussi, qu'il a mis une chose dans sa manche, pour dire, qu'il s'en est saisi, qu'il s'en est emparé. On dit aussi à ceux qui font quelque nouvelle proposition. C'est une autre paire de manches. On dit encore, Cela estoit bon du temps qu'on se mouchoit sur la manche, pour dire, au temps Jadis, quand on n'estoit pas si raffiné qu'on est. Ce proverbe vient de ce qu'autrefois on mettoit un mouchoir sur sa manche pour se moucher. Il en est resté une marque dans cet ornement Ecclesiastique, qu'en Latin on appelle manipule, en François fanon, & en terme de blason d'extrochere, ce qui estoit un vray mouchoir, que portoient les Prestres autrefois sur la manche, pour essuyer les larmes qu'ils versoient en songeant aux pechez du peuple au temps de la consecration. La priere qu'ils disent encore en se revestant de cet ornement en rend tesmoignage : Merear portare, Domine, manipulum fletus & doloris.
 
Au second sens on dit, jetter le manche aprés la coignée pour dire, se despiter, abandonner une affaire, parce qu'elle ne reüssit pas d'abord. On dit aussi, qu'un homme bransle au manche, quand il est irresolu, quand il est tenté de changer de partie, de Religion, de desseins.
Le mot du jour Mots bleus Mots bleus

Des mots bleus, comme le bleu de ses yeux. Un bleu comme on en voit en Belgique où « être bleu de quelqu’un » c’est en être fou amoureux, au-delà des mots.

Aurore Vincenti 20/04/2020