mantelet

 

définitions

mantelet ​​​ | ​​​ nom masculin

Manteau de prélat, sans manches, fendu par-devant. Le mantelet violet d'un évêque.
Courte cape de femme qui couvre les épaules et les bras.
 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Enfin elles sont parties ; j'ai malgré moi pris mon chapeau et mon mantelet, et je me suis vue poussée dehors, marchant dans la nuit sans savoir où j'allais.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Le mantelet était d'un violet sombre, l'épaule était ronde, et les gouttes d'eau tremblaient bien, à cette lueur de lampe, sur cette rondeur soyeuse.Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889)
Je lui ôtai son mantelet ; je desserrai les cordons de sa robe ; je relâchai ceux de ses jupons, et je lui jetai quelques gouttes d'eau fraîche sur le visage.Denis Diderot (1713-1784)
Prenez ceci, me dit-il, en me montrant un chapeau avec un voile et un mantelet noir.Louise Élisabeth de Croÿ de Tourzel (1749-1832)
Ce mantelet, à ce que nous apprîmes peu de temps après, avait donné lieu à un accident assez singulier.Catherine II de Russie (1729-1796)
Près de la fenêtre se tenait assise une vieille femme en mantelet, la tête enveloppée dun mouchoir.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Une de ses filles est assise là, en face de lui, à côté de cette brute géante, et le misérable lui prend la taille sous son mantelet.Alphonse Daudet (1840-1897)
Etant couchée, elle demanda ce mantelet, ayant froid ; on le chercha partout et on ne le trouva pas, parcequ'il était resté dans ma chambre.Catherine II de Russie (1729-1796)
Les deux femmes se revêtirent d'un mantelet noir, elles se cachèrent sous de vastes chapeaux, et, me prenant le bras, les voilà qui s'abandonnent à tous les hasards.Jules Janin (1804-1874)
Et, pour prouver ce qu'elle disait, elle pencha, dans le jour ambré de la lampe, son épaule, où quelques gouttes d'eau perlaient sur la soie de son mantelet.Jules Barbey d'Aurevilly (1808-1889)
Elle s'y était acheminée en boitant très bas, et y prenait le frais, enveloppée dans son mantelet, la jambe allongée sur un coussin.Victor Cherbuliez (1829-1899)
Ses ailes revêtent, de leur mantelet noir, une robe toute jaune, mais réellement d'un jaune superbe.André Lemoyne (1822-1907)
Roumestan aperçut alors une grosse dame en mantelet de velours, chapeau à plumes, qui du bout du salon s'avançait sur des révérences en trois temps.Alphonse Daudet (1840-1897)
Elle avait un chapeau blanc, une robe lilas clair sans volants et un mantelet de dentelle blanche.Jules Claretie (1840-1913)
Coiffée d'un petit bonnet, et habillée d'une robe et d'un mantelet, elle se détache d'un drap blanc étendu sur une table à l'effet de faire ressortir le modèle.Edmond de Goncourt (1822-1896)
Une femme vêtue de blanc, et les épaules couvertes d'un mantelet noir, entra d'un pas léger, et vint se placer dans la pénombre lumineuse projetée par la lampe.Théophile Gautier (1811-1872)
Tête nue, sans bas à ses pieds chaussés de savates, la vieille n'avait pour tout vêtement qu'un jupon et une sorte de mantelet en peau de lièvre.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction Victor Derély (1840-1890)
Ellénore passa tout le temps de la route à supposer ce que pouvait renfermer la petite lettre qu'elle s'était empressée de cacher sous son mantelet.Sophie Gay (1776-1852)
L'un d'eux s'était déjà vêtu de son mantelet ; les autres emportaient les matelas, les coffres, le linge, les services à thé et toutes sortes d'objets.Alexandre Pouchkine (1799-1837), traduction Louis Viardot (1800-1883)
Sa taille petite et grosse soutenait, je ne sais comment, un jupon sale, sur lequel flottait un petit mantelet de taffetas noir tout en loques.Dorothée de Dino (1793-1862)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MANTELET » subst. masc.

En termes de Blason, estoit autrefois une espece de lambrequin large & court dont les Chevaliers couvroient leurs casques & leurs Escus, que quelques Autheurs ont nommé camail.
 
MANTELET, se dit aussi des courtines du Pavillon des Armoiries, quand elles ne sont pas couvertes de leurs chapeaux.
 
MANTELET, en termes de Guerre, est un parapet portatif & roulant sur des rouës dont se couvrent les pionniers qui sont employez au travail d'un siege. Il est fait de gros madriers doublez de cinq pieds de haut, & de trois de large, qui sont attachez ensemble avec des barres de fer, & qui font quelquefois un angle & deux faces. Les Anciens s'en servoient aussi à la guerre, comme il paroist dans Vegece.
 
MANTELET, se dit aussi d'un petit manteau violet que mettent les Evêques sur leur rochet, lorsqu'ils sont devant le legat, ou devant le Pape, pour tesmoigner que leur autorité est subordonnée.
 
MANTELET, se dit aussi des cuirs qui s'abattent sur les portieres & aux costez d'un carosse ou d'un coche pour deffendre de la pluye, ou du vent, & qu'on releve pendant le beau temps pour avoir de l'air.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020