milice

définitions

milice ​​​ nom féminin

vieux Armée.
Troupe de police supplétive qui remplace ou renforce une armée régulière. —  Histoire Milices communales, au Moyen Âge. —  spécialement La Milice : corps de volontaires français qui soutint les occupants allemands contre la Résistance.
Formation paramilitaire ou policière non officielle. Une milice privée. Milices populaires.
(Belgique) Service militaire.

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La garnison, sans y comprendre la milice, se composait à cette époque de deux mille deux cents hommes de troupes.Jules Verne (1828-1905)
Les autres membres du conseil opinèrent pour la levée de la garde nationale, en surveillant la nomination des chefs qui devaient commander cette milice urbaine.Anne-Jean-Marie-René Savary (1774-1833)
Je lui tenais ce langage à dessein, parce que je savais qu'il était kisilbach, et qu'il serait flatté de l'opinion que je marquais de cette milice.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Renommés par leurs mœurs paisibles et la douceur de leur caractère dans la paix, ils formaient dans la guerre une milice aussi dévouée qu'elle était redoutable.François-Xavier Garneau (1809-1866)
L'aisance seule exempte ; quand un cultivateur figure annuellement parmi les plus haut imposés, ses fils ont le privilége d'être exempts de la milice : c'est ce qu'on appelle encourager l'agriculture.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Xanthus, votre affranchi, est faible et timide : ne différez pas, retirez-le des légions et de la milice.Jean de La Bruyère (1645-1696)
La milice, bien traitée par lui, se tint tranquille et oublia pour quelque temps ses traditions d'indiscipline.Ernest Mercier (1840-1907)
L'empire ne cessa d'être le jouet des passions de la milice, que pour se voir opprimer par celles des empereurs.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
On compte par milliers les offices qui les exemptent de tout ou partie des charges publiques : celui-ci de la milice, cet autre de la corvée, ce dernier de la taille.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Tels étaient les désirs modestes de nos bons paysans qui ne voulaient du reste demander ni diminutions d'impôts, ni exemptions de milice, ni privilèges particuliers.Marie-Louise-Victoire de Donnissan La Rochejaquelein (1772-1857)
Des sabres pendent à leur côté, des pistolets à leur ceinture ; quelques-uns portent l'uniforme en drap foncé de la milice canadienne.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Le premier ban de la milice, composé du quart des citoyens de vingt à cinquante ans, prend part chaque année à des exercices militaires ; il est immédiatement mobilisable.Élisée Reclus (1830-1905)
Masaniello le pêcheur se voit bientôt obéi par une multitude, à laquelle la milice espagnole n'ose résister.Eugène Muller (1826-1913)
La milice des femmes avait été mise sur pied, et un objet spécial s'offrait à son activité.Albert Vandal (1853-1910)
Ces derniers, à cette époque, privés de leur autorité par la milice turkmane, n'étaient plus capables de réprimer ces prétentions.Volney (1757-1820)
Périer ne peut se passer de cette milice, en laquelle il n'a qu'une confiance médiocre ; mais il veut l'encadrer dans des éléments plus solides.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Chacun d'eux était de six hommes : ce qui fait supposer que la force de la milice bourgeoise n'était, dans l'origine, que de deux mille hommes, les exemptions étant très-nombreuses.Théophile Lavallée (1804-1867)
Ces dernières conditions ne seront pas exigées de ceux que la loi exempte de toute imposition, ou qui ne font pas partie de la milice, parce qu'ils servent comme pompiers.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Ses membres ne pouvaient communiquer que sous le regard de leurs geôliers, et il y avait toujours avec eux plusieurs officiers de la milice parisienne.Maxime de La Rocheterie (1837-1917)
Mais l'esprit de révolte agitait partout les populations indigènes et le gouverneur ne pouvait compter sur sa milice, pour laquelle l'indiscipline était devenue une habitude.Ernest Mercier (1840-1907)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MILICE » subst. fem.

Terme collectif, qui se dit des gens de guerre, de ceux qui font profession des armes. La milice des Romains & des Grecs estoit brave, courageuse & disciplinée. Les milices des Asiatiques ont esté toûjours fort peu estimées. Ce mot & ses derivez viennent de militia.
 
MILICE, se dit plus particulierement des habitans d'un pays qui s'arment soudainement pour le deffendre ; & en ce sens les milices sont opposées aux trouppes reglées. Les ennemis ont tenté une descente sur nos costes, mais ils ont esté repoussez par les milices du pays, par les communes. Toute la milice bourgeoise s'est mise en armes pour aller au devant du Roy.
 
MILICE, se dit quelquefois de l'art militaire, de la discipline des trouppes. L'ordre de la milice Romaine estoit merveilleux. Ce Capitaine entend bien la milice, l'art de conduire des trouppes. Les milices des Tartares ne sont bonnes que pour faire des courses, & non pas pour continuer la guerre. Aelian, Vegece nous ont donné des idées de la milice des Anciens.
Les deux font la paire Figue et foie Figue et foie

La cuisine française mélange volontiers gastronomie et anatomie, en accommodant divers organes ou autres abats… et cela se retrouve dans l’étymologie.

Dr Orodru 15/09/2021