ramer

 

définitions

ramer ​​​ verbe intransitif

Manœuvrer les rames ; avancer avec les rames.
au figuré, familier Avoir du mal à faire qqch. ; faire des efforts. ➙ galérer.
Ordinateur qui rame, qui fonctionne avec difficulté.

ramer ​​​ verbe transitif

Soutenir (une plante) avec une rame (22).
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je rame

tu rames

il rame / elle rame

nous ramons

vous ramez

ils rament / elles rament

imparfait

je ramais

tu ramais

il ramait / elle ramait

nous ramions

vous ramiez

ils ramaient / elles ramaient

passé simple

je ramai

tu ramas

il rama / elle rama

nous ramâmes

vous ramâtes

ils ramèrent / elles ramèrent

futur simple

je ramerai

tu rameras

il ramera / elle ramera

nous ramerons

vous ramerez

ils rameront / elles rameront

actif

indicatif

présent

je rame

tu rames

il rame / elle rame

nous ramons

vous ramez

ils rament / elles rament

imparfait

je ramais

tu ramais

il ramait / elle ramait

nous ramions

vous ramiez

ils ramaient / elles ramaient

passé simple

je ramai

tu ramas

il rama / elle rama

nous ramâmes

vous ramâtes

ils ramèrent / elles ramèrent

futur simple

je ramerai

tu rameras

il ramera / elle ramera

nous ramerons

vous ramerez

ils rameront / elles rameront

 

synonymes

ramer verbe intransitif

nager, godiller, pagayer, souquer, [vigoureusement] faire force de rames (soutenu)

[familier] se démener, peiner, en chier (très familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Préféreriez-vous donc être livré au lieutenant de police, qui vous ferait arracher vos épaulettes par le bourreau et vous enverrait ramer sur les galères royales ?Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Je goûte à certains songes, à certaines exaltations, le même plaisir que je goûtais autrefois à ramer comme un fou sous le soleil.Guy de Maupassant (1850-1893)
Nous nous mîmes à ramer vers la terre, mais avec le cœur gros et comme des hommes marchant au supplice.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
La malheureuse laissa tomber sa tête sur ses mains, et l'inconnu se mit à ramer avec furie vers le bord.Victor Hugo (1802-1885)
Les uns arrivaient à n'avoir plus que la misérable ressource de s'engager aux galères comme volontaires (buona voglia) pour ramer côte à côte avec les forçats enchaînés.Émile Vincens (1764-1850)
S'il eût fallu ramer, la barque eût coûté le double ; mais on pouvait aller à la voile, et l'absence de fatigue fut estimée deux piastres.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Si on envoie les amoureux aux galères, il y a longtemps que je devrais ramer.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Ils s'arrêtèrent, et cherchèrent en vain ; puis se remirent à ramer pour s'en retourner, la superstition même leur défendant de s'arrêter là plus long-tems.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Comme je les avois aidés à ramer, ils refusèrent d'abord de la prendre : mais j'insistai et la leur fis accepter.Benjamin Franklin (1706-1790), traduction Jean Henri Castéra (1749-1838)
Et vers dix heures enfin, tandis que nos bateliers continuent de ramer sans arrêt, nous nous étendons sous nos moustiquaires, pour dormir aussitôt d'un confiant sommeil.Pierre Loti (1850-1923)
Les matelots se mirent à ramer en arrière, afin de n'être point emportés par l'impétuosité du tourbillon.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Il comptait s'y embarquer et ramer vers la pleine mer jusqu'à ce qu'il rencontrât un navire qui consentît à le recueillir.Émile Gaboriau (1832-1873)
Pierre et moi commençâmes à ramer, mais il était évident que mon honorable cousin ne s'était jamais appliqué à cet exercice, ou ne s'y était plus livré depuis longtemps.Nicolaas Beets (1814-1903), traduction Léon Wocquier (1821-1864)
Nous avons fait une partie de bateau : personne ne sait ramer, et nous avons failli nous noyer dix fois.Jules Vallès (1832-1885)
L'équipage de chaque goëlette se compose d'une quinzaine d'hommes, qui doivent être de vigoureux et bons rameurs ; car il leur faut quelquefois ramer pendant des journées entières.Jean-Baptiste-Antoine Ferland (1805-1865)
Mais il eut beau regarder de tous côtés et ramer tout le jour sans prendre de repos, il ne découvrit rien.Charles Dickens (1812-1870), traduction Amédée Pichot (1795-1877)
Donc les deux cents pirogues étaient bien lancées, comme je vous l'ai conté ; mais les équipages ne savaient pas ramer ensemble et de long.Édouard Corbière (1793-1875)
Il ne paraît pas que ce soit l'usage pour les gondoliers de ramer et de chanter en même tems.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Et le batelier se met à ramer de mauvaise humeur ; le moine ne paie jamais son passage.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Keinec cessa aussitôt de ramer, releva ses avirons, et le canot, poussé seulement par l'impulsion de sa propre vitesse, s'approcha rapidement de la grève.Ernest Capendu (1826-1868)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « RAMER » v. n.

Tirer à la rame dans les galeres, dans les bateaux. On remorgue les vaisseaux à force de ramer.
 
RAMER. v. act. signifie aussi, Soustenir avec des rames, des branches d'arbres. On rame les pois qu'on cultive dans les jardins, on les soustient avec des rames : ce sont ceux-là qu'on appelle pois ramez.
 
On dit proverbialement de celuy qui ne sçait pas faire une besogne, qu'il s'y entend comme à ramer des choux.
 
RAMÉ, ÉE. part. pass. & adj. On appelle balles ramées, deux ou trois balles enfilées dans une aiguille de fer. On le dit aussi des boulets, qu'on appelle autrement Ange. Voyez Ange.
 
RAMÉ, se dit aussi en termes de Blason, en parlant du bois du cerf. C'est la même chose que chevillé.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020