sémitique

définitions

sémitique ​​​ adjectif

Qui appartient à un groupe de langues présentant des caractères communs (racines de trois consonnes, etc.). L'hébreu et l'arabe sont des langues sémitiques.

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Or le manque de nuances est un des traits les plus constants de l'esprit sémitique.Ernest Renan (1823-1892)
La structure du verbe sémitique diffère profondément de celle du verbe indo-européen.François Lenormant (1837-1883)
Quant à la femme, elle aurait plutôt le type sémitique... mais si affiné, si mélangé, que je n'ose pas affirmer...Fernand Vandérem (1864-1939)
La racine sémitique peut admettre toutes les voyelles propres à modifier son sens.François Lenormant (1837-1883)
Son verbe était plus riche en voix dérivées que celui d'aucune autre langue de la famille sémitique.François Lenormant (1837-1883)
Cet orgueil sémitique avait même causé toutes les difficultés de sa vie aventureuse.Fernand Vandérem (1864-1939)
La nécessité de pousser aussi loin que possible mes études d'exégèse et de philologie sémitique m'obligea d'apprendre l'allemand.Ernest Renan (1823-1892)
Quant au groupe méridional des langues de la famille sémitique, il se divise de son côté en deux rameaux, que nous qualifierons d'ismaélite et de yaqtanide ou qa'htanide.François Lenormant (1837-1883)
L'assyrien est une des langues les plus riches de la famille sémitique ; il y occupe une position à égale distance des idiomes araméens et kenânéens.François Lenormant (1837-1883)
Les coutumes du paganisme grec et latin, qui ont transformé le christianisme primitif, purement sémitique, sont restées ici intactes et vivantes.Émile de Laveleye (1822-1892)
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020