sueur

 

définitions

sueur ​​​ nom féminin

Liquide odorant, salé, composé d'eau, de sels et d'acides gras, qui, dans certaines conditions, suinte des pores de la peau sous forme de gouttes. ➙ sudation, transpiration. Couvert, trempé, ruisselant de sueur. —  En sueur (→ en eau, en nage).
Une, des sueurs : fait de suer. ➙ suée.
locution Sueur froide, accompagnée d'une sensation de froid et de frisson. —  au figuré J'en ai des sueurs froides : cela me fait peur, m'inquiète vivement.
au figuré La sueur, symbole du travail et de l'effort.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je suis sorti avant la fin, très fatigué, et j'ai passé une nuit tout en sueur et en maladie.Eugène Delacroix (1798-1863)
Fantine prit dans ses mains moites la main de la sœur, qui souffrait de lui sentir cette sueur.Victor Hugo (1802-1885)
Je l'ai traversée tout entière, du plus bas au plus haut, à la sueur de mon front.Jules Michelet (1798-1874)
Son front s'inonda d'une sueur glacée, ses genoux tremblants se dérobèrent sous lui, et il tomba sans mouvement à côté de cette tombe ouverte.Eugène Sue (1804-1857)
De grosses gouttes de sueur coulent sur son front, et ses yeux, hypnotisés par les couleurs nationales, s'emplissent de larmes.Louis Boussenard (1847-1910)
Dès 1837, dans une lettre intime, il se déclarait « obligé, dans un temps où le travail est la loi commune, de faire sa carrière à la sueur de son front ».Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
La jeune femme, droite devant elle, la face en sueur, les bras ruisselants, la regardait toujours, d'un regard fixe et profond.Émile Zola (1840-1902)
Il semble que ces hommes se croient trop grands seigneurs pour nous parler comme à des hommes, de notre sueur, des mouvements naïfs de notre nature, etc., etc.Eugène Delacroix (1798-1863)
C'étaient des luttes atroces qui me laissaient, au matin, le front trempé de sueur et les mâchoires tremblantes.Pierre Louÿs (1870-1925)
L'empoisonneuse, épouvantée de ces commotions successives, regagna en tâtonnant la porte, et rentra chez elle la sueur de l'angoisse au front.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Trempé de sueur et de pluie, je n'y pense plus, je continue à marcher près d'elles.Alcide de Beauchesne (1800-1873)
J'étais dans une cruelle agitation, rien n'égalait mon trouble ; je m'éveillai enfin, et me trouvai dans mon lit baignée de sueur et de larmes.Jean-Paul Marat (1743-1793)
Dans l'espace d'une seconde, ses tempes et ses joues furent inondées de sueur froide, tandis que ses cheveux se hérissaient sur son crâne.Paul Féval (1816-1887)
Au lieu de tendre la main à la communauté, n'est-il pas plus honorable de gagner le repas de chaque jour à la sueur de son front ?Charles Turgeon (1855-1934)
Et de grosses gouttes de sueur ruisselaient sur son front... ses dents claquaient l'une contre l'autre.Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
Les pestes inéluctables ruisselaient avec la sueur de leurs épaules ; les famines et toutes les misères sortaient de leurs haleines...Victor Segalen (1878-1919)
Ces parchemins font mal à voir ; ce que chacun de ces chiffons représente de sueur, de gémissements et de larmes, on ne le saura jamais.Jules Michelet (1798-1874)
Un air chaud de mortels aromes pèse sur les muets débris : et c'est comme une vapeur de cassolettes funéraires, une bleue, enivrante et torturante sueur de parfums.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Il faut que la sueur tombe de notre front, ou pour nous ou pour ceux qui l'ont répandue à notre profit.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Pour moi, je passai ma main sur mon front où perlaient quelques gouttes de sueur froide.Jules Verne (1828-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SUEUR » s. f.

Humidité qui sort par les pores des animaux par trop de chaleur, ou d'exercice, ou de foiblesse. La punition du peché d'Adam fut qu'il seroit tenu de gagner du pain à la sueur de son corps. Les mauvaises humeurs s'exhalent par les sueurs. Ce Courier vint à toute bride & en sueur, la sueur luy couloit du front. Il est dangereux de faire boire un cheval, quand il est en sueur ; il faut avoir un couteau de sueur pour le penser. Les maladies ont des sueurs dans leurs crises. Une sueur froide, la sueur de la mort.
 
Matthiole dit que la sueur des bêtes à quatre pieds, comme chevaux, asnes, mulets, est venimeuse, & que celle des autres bêtes n'est gueres bonne. Tachenius dit que la sueur des chevaux est si acide, qu'elle perce les bottes les plus fortes qui sont à l'épreuve de l'eau. Quelques-uns disent que les chiens & les chats n'ont jamais de sueur, quelque chaleur qu'ils ayent, parce qu'ils n'ont point de pores dans la cuticule.
 
SUEUR, se dit aussi en Morale. Quand on luy fit ce vilain reproche, la sueur luy en vint au front. Ne luy ôtez pas la gloire de cet ouvrage, c'est tout le prix de ses sueurs & de ses veilles.
 
SUEUR, en termes de Medecine, est une maladie ou espece de peste nommée sueur Angloise, qui a fait de si grands ravages en Angleterre, qu'on a vû mourir la troisiéme partie du peuple en trois mois, qui est son periode ordinaire. Elle commença en 1485. & s'est de temps en temps renouvellée. Elle est bien expliquée dans la Pharmacie de Willis.
 
On dit proverbialement & ironiquement à celuy qui se couvre devant des gens à qui il doit du respect, Couvrez-vous, la sueur vous est bonne.
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020